En ce moment
L'évent
Emeute au ministère
Les Cours
Cours de l'air
Cours d'histoire de la magie
Les Missions
Des cadeaux pour Noel
Aider les Forains
Les Concours
Photo de Noel
Maison en tête




 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue parmi nous !
Nous vous souhaitons la bienvenue ! Please
Le forum a ouvert le 21 mai 2012 kikou !
Éléments prioritaires !
Privilégiez l'air, l'eau et la terre ! Merci Please
Besoin de testostérones !
Merci de privilégier les hommes ! canard

L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Académie Eroda :: Le Hall d'Entrée :: Les Grands Escaliers
Faustine Weber
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 17 ans
METIER : Péfète des Cerfs
ACTIVITE : 471
MessageSujet: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Mer 9 Aoû 2017 - 14:40

C’était dans l'habitude de Faustine de passer la majeure partie de sons temps libre en solitaire, entre les mains d’un bon livre ou tout simplement de son imagination. C’était ce à quoi notre jeune apprentie de la Terre œuvrait cet après-midi-là sur les dernières marches de l’escalier principal, plus communément appelé le grand escalier. Le simple fait d’observer les élèves, professeurs et autres personnel valser dans le hall, devant elle pour s’occuper de leurs tâches quotidiennes était pour Faustine une sorte de télévision. Certains regards curieux voire malveillants se posaient de temps à autre sur la jeune fille seule au milieu de cet immense escalier de pierre et de marbre.

Tout se déroulait comme d’habitude quand Faustine se rendit compte qu’une élève blonde passait pour la troisième fois dans la hall au milieu du groupe, mais jamais elle n’avait remarquée la jeune fille solitaire. Faust ne l’avait jamais vue auparavant, elle qui est si observatrice. C’était comme si cette élève se faufilait toute l’année à travers les couloirs de l’académie sans se faire remarquer et qu’aujourd’hui elle avait envie de se faire voir. Mais pendant que Faustine s’interrogeait sur cette mystérieuse jeune fille, celle-ci avait encore disparue. La jeune apprentie de la Terre se secoua la tête pour se réveiller et commença à penser que c’était probablement son imagination qui lui jouait des tours.

Mais avant de passer à autre chose, Faust eut un sursaut quand elle entendit que quelqu’un se tenait juste derrière elle, quelques marches plus haut. Il n’y avait que les fantômes qui pouvaient apparaître d’une telle manière sans provoquer aucun bruit de pas. Perplexe, ou peut-être même plus, craintive, Faustine se retourna le cœur battant pour découvrir un visage d’une beauté stupéfiante. La jeune fille qui se dressait derrière elle était cette élève qui avait mystérieusement disparue au milieu de la foule. Elle avait un air très amical et un visage illuminé d’un doux sourire. Tout de suite, Faustine sentit qu’elle s’entendrait bien avec cette élève si elle avait un jour l’occasion de la connaître.

Timide comme elle est, Faust ne dit pas un mot, elle restait pétrifiée sur les marches sur lesquelles elle était assise. Elle voulait dire quelque chose, un «Salut» au moins, mais rien ne sortit. Elle se contenta de sourire bêtement, puis la curieuse jeune fille fit un pas avant de lancer:

. . . . . . . . . . . .

Je parle en#11601e


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 16 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 156
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Dim 13 Aoû 2017 - 16:07


La journée s'annonçait mal. Pourtant, il fallait admettre qu'elle avait bien commencée. Kallié s'était levée tôt ce matin-là. Quand elle vivait encore à la tanière des darkness, elle avait l'habitude qu'Azarel la réveille tôt pour lui demander de chasser ou de commencer un nouvel entrainement. Ça n'avait jamais dérangé Kallié, elle avait l'habitude de dormir peu de temps, elle aimait que son père adoptif, son mentor soit fier d'elle, mais si elle avait bien horreur d'une chose, c'était de se lever pour aucune raison. Avant qu'elle entre à l'académie, la jeune adolescente trouvait toujours une excuse, un motif, un nouvel objectif qui donnait un sens à sa journée. Elle chassait avec Miah, Erwin ou encore Zofia, mais aujourd'hui elle avait l'impression d'être seule au monde. Kallié regrettait énormément leur entrée dans l'académie, certes elle savait que cela permettait d'aider Azarel dans ses recherches contre les sangs mêlés, mais depuis son entrée dans ce vieux château, elle avait réellement l'impression de perdre son temps. Azarel n'était plus là et les autres alphas étaient dans différentes maisons. Kallié savait qu'ils pouvaient se voir quand ils le voulaient, mais elle était contrainte de rester discrète, après tout, si l'un d'eux était attrapé, les trois autres seraient soupçonnés.

Kallié s'était donc levée relativement tôt, sans qu'aucun but illumine sa journée. Elle avait rapidement quitté son dortoir car elle ne voulait pas être tentée par l'envie de retourner dans son lit. Après tout, si son mentor savait qu'elle était devenue flemmarde, qu'elle avait perdue en énergie il serait sûrement déçu. Elle rejoignit donc le hall dans une errance des plus totales. Elle balayait l'établissement du regard, à la cherche d'un visage familier, d'un ami darkness qui viendrait lui proposer d'aller s'entrainer, de s'améliorer, qui lui confierait une nouvelle mission. Mais rien. La jeune fille fit donc les cent pas devant le grand escalier, cherchant désespérément quelque chose à faire, mais quelque chose d'utile. Elle pensait aux autres alphas, se demandant pourquoi et comment cela se faisait qu'ils soient comme par hasard, tous d'une maison différente. Ça la dérangeait. Elle n'avait personne pour la soutenir, personne avec qui elle pouvait parler, échanger dans sa propre maison.

Confrontée à sa solitude, Kallié n'eut d'autre choix que de penser, de réfléchir. Sa plus grande peur. Elle pensait à elle, à sa vie, à son but, à ses parents. Azarel l'avait adopté et certes elle le considérait comme un père, mais depuis qu'il lui avait dit qu'il connaissait l'identité de ses parents, Kallié ne cessait de se questionner sur l'identité de ceux-ci. Certes elle avait dit à Azarel qu'elle ne voulait pas connaître leurs noms, mais elle avait l'impression qu'il lui manquait une partie de son être, qu'ignorer sa vraie nature, sa réelle identité l'empêcherait d'avancer. C'est d'ailleurs pourquoi Kallié passait la plupart de ses journées à se cacher derrière une fausse identité, derrière des réactions, des sentiments, des pensées qui n'étaient pas les siennes. Cela ne faisait que quelques mois qu'elle était entrée à l'académie, elle savait qu'elle devait se construire une fausse identité, afin que personne ne la soupçonne d'être une infiltrée. Elle avait surtout du mal, lorsqu'elle était dans sa chambre, chambre qu'elle partageait avec une belle inconnue. Certes elle avait l'air d'être tout à fait gentille, tout à fait aimable, probablement attentionnée et à l'écoute, mais Kallié savait parfaitement qu'elle ne pouvait pas lui confier qu'elle cherchait à détruire tous les sangs mêlés, elle ne comprendrait probablement pas.

Alors qu'elle continuait à faire des allés et retours dans le hall, elle aperçut sa colocataire, assise sur les marches du grand escalier. Celle-ci balayait le hall du regard, l'air perdu, cherchant elle aussi un but à sa journée. Kallié ne savait pas si elle était triste ou si elle se réjouissait d'être seule, isolée des autres, mais une idée lui vint à l'esprit. Sa mission était de trouver tous les sangs mêlés, peut-être pouvait-elle simplement découvrir les origines de cette jeune adolescente, cela donnerait un sens à sa journée ? Et si elle était de sang pur, peut être pouvait-elle découvrir si elle était comme les autres étudiantes de cette académie ? Après tout, elle aussi pouvait-être contre les sangs mêlés, quoi qu'il en soit, il fallait qu'elle en ait le cœur net. L'alpha s'approcha furtivement, adoptant un grand sourire pour ne pas paraître suspecte. Il lui faudrait une approche intelligente, sans aller droit au but.

*ELIZABETH - Essaie tout d'abord de savoir quel genre de femme elle est. Ensuite, adapte-toi, après tout s'il y a bien une personne capable de tromper cette adolescente, c'est bien toi.* (personnage imaginaire de Kallié)

Kallié hocha la tête à sa propre réflexion. Elizabeth avait raison, il fallait avant tout savoir à qui elle avait à faire. Elle s'approcha doucement de la jeune adolescente, un grand sourire sur le visage et commença par la saluer.

« - Salut, je suis Kallié. On partage la même chambre, je ne sais pas si tu te souviens de moi. Je ne suis pas souvent au lit, on ne s'est pas vraiment parlées toutes les deux alors quand je t'ai vu je me suis dit que ça serait sûrement une bonne idée qu'on fasse connaissance qu'en penses-tu ? Après tout on va passer l'année ensemble ! »

Kallié sourit. Kallié n'allait jamais dans sa chambre, elle avait même déjà passée la nuit sur le canapé de la salle commune. Elle n'y trouvait pas ses repères, la tanière des darkness lui manquait. De plus, elle avait horreur de passer pour une gentille fille, elle avait envie de l'expulser de sa chambre, de passer du temps avec elle-même, sans secret, rien qu'elle et sa véritable nature.

« - Je crois que tu aimes lire ? Tu aimes les livres non ? Quand je suis allée à la bibliothèque l'autre jour, il me semble que tu y étais ! Mais dis-moi quel genre de livre aimes-tu en particulier ? »

Kallié s'assit à côté de la jeune adolescente, espérant qu'elles arriveraient rapidement à parler de leurs origines pour que Kallié sache rapidement si oui ou non, l'adolescente était de sang pur.

Spoiler:
 

Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .

Kallié Hunter.

   by com & ma couleur #990000
Revenir en haut Aller en bas
Faustine Weber
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 17 ans
METIER : Péfète des Cerfs
ACTIVITE : 471
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Mar 22 Aoû 2017 - 20:21

Faustine avait du mal à écouter ce que le jeune fille qui s’était présentée racontait, tant elle était surprise par sa venue fortuite. De plus, l’incroyable beauté de son visage n’arrangeait pas grand chose à sa stupéfaction.

« Salut, je suis Kallié. On partage la même chambre, je ne sais pas si tu te souviens de moi. Je ne suis pas souvent au lit, on ne s'est pas vraiment parlées toutes les deux alors quand je t'ai vu je me suis dit que ça serait sûrement une bonne idée qu'on fasse connaissance qu'en penses-tu ? Après tout on va passer l'année ensemble ! »

C’est vrai que ce visage n’était pas inconnu à Faustine. Elle se rappela que c’était sa colocataire qu’elle ne voyait pas souvent. Elle ne savait pas vraiment pourquoi d’ailleurs, elle était si absente. Avant qu’elle ne put répondre quoi que ce soit, la prénommée Kallié poursuivit :

« Je crois que tu aimes lire ? Tu aimes les livres non ? Quand je suis allée à la bibliothèque l'autre jour, il me semble que tu y étais ! Mais dis-moi quel genre de livre aimes-tu en particulier ? »

Cela sembla étrange à Faustine que quelqu’un lui accorde autant d’attention, d’habitude elle était aussi transparente que de l’eau au yeux de ses camarades. La jeune Earth fut flattée par la douceur et la sollicitude de sa colocataire. Pour une fois que quelqu’un faisait un pas vers elle. Une idée traversa l’esprit de Faust. Peut-être les deux jeunes filles pourraient passer plus de temps ensemble, devenir un jour qui sait, amies ? Elle qui n’avait jamais eu encore vraiment d’amis dans cette académie depuis son entrée, cela l’enchanterait beaucoup d’avoir une âme réelle à qui se confier de temps en temps.

« Oh je… j’aime beaucoup de types de livres. Mais ceux que je préfère c’est…[/b], bafouilla Faust en se rendant compte qu’elle ne s’était pas présentée. [b]Oh mais au fait je m'appelle Faustine. Je suis en deuxième année. C’est drôle que tu m’ai remarqué à la bibliothèque, d’habitude il n’y a pas grand monde, surtout à cette période de l’année. Mais alors toi aussi tu aimes lire, non ? »

Pendant que Faustine parlait, elle sentait comme un malaise, comme si ce qu’elle disait n’intéressait pas Kallié. Mais elle savait très bien que c’était son imagination. Elle s’imagine toujours que les gens ne s’Intéressent pas à elle. Il fallait absolument qu'elle remédie à cette timidité sans fin qui la bloquait socialement. Elle leva les yeux vers la jeune fille, puisque elle avait regardé ses mains moites et entremêlées, qui avait un grand sourire sur le visage.

Cette visite inattendue lui avait redonné la pêche. Une vague de bonne humeur remplit la jeune fille qui ne tarda pas à parler à sa colocataire des livres qu’elle aimait lire, comme elle lui avait demandée.

« Ce sont les livres historiques que je préfère. On a tellement à apprendre de nos ancêtres,toutes les choses qui se sont passées, qui ont été faites par des personnes réelles comme toi et moi. Ou alors, les romans d’aventure dans des contrées parallèles aux mondes connus me plaisent pas mal. Ça permet de s’éloigner de la réalité quelques instants, ça fait du bien. »

Faustine finit par un grand sourire. Elle posa sa tête entre ses deux genoux les yeux posés sur Kallié.

«Cette année, j’ai envie de devenir comme eux, dit elle la voix et le regard rêveur. »

Spoiler:
 

Spolier 2:
 

. . . . . . . . . . . .

Je parle en#11601e


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 16 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 156
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Mer 6 Sep 2017 - 14:37

Faustine semblait agressée. Ou plutôt surprise, Kallié ne savait pas trop, elle n'avait pas l'habitude de faire des rencontres, à la tanière des darkness, elle côtoyait surtout les autres Alphas, elle n'avait donc pas à se faire d'autres amis. Eroda était différent sur ce point et c'est ce qui effrayait Kallié. Elle savait qu'en faisait de nouvelles connaissances elle ou ses frères et sa sœur de cœur pouvaient changer, découvrir de nouvelles perceptives et ainsi les éloigner de leur but commun. Non. Kallié devait faire attention à rester dans le droit chemin et ce, même si son interlocutrice semblait tout à fait gentille. Celle-ci répondit d'une façon tout à fait ordinaire.

« Oh je… j’aime beaucoup de types de livres. Mais ceux que je préfère c’est…, Oh mais au fait je m'appelle Faustine. Je suis en deuxième année. C’est drôle que tu m’ai remarqué à la bibliothèque, d’habitude il n’y a pas grand monde, surtout à cette période de l’année. Mais alors toi aussi tu aimes lire, non ? »

Kallié haussa les sourcils. Qu'elle était bavarde ! En général, l'adolescente ne savait pas trop quoi répondre dans ce genre de conversation, ce pour quoi elle laissait Agnès répondre à toutes les questions qu'on lui posait. Elle n'avait pas l'habitude qu'on lui pose des questions sur ses goûts, sur ses envies, elle avait plutôt l'habitude d'obéir et de suivre des ordres précis en se cachant derrière des personnages. Mais Faustine, la jeune fille qui se tenait face à elle ne s'adressait à aucune de ses personnalités intérieures. Elle ne tentait pas de la manipuler, elle ne semblait pas non plus une menace, ce qui mit Kallié dans le doute. Avait-elle besoin de ses voix intérieures pour répondre à ses questions ? Agnès devait-elle répondre, ou était-ce à Kallié de donner son véritable point de vue ? Elle resta muette, lorsque sa colocataire reprit.

« Ce sont les livres historiques que je préfère. On a tellement à apprendre de nos ancêtres,toutes les choses qui se sont passées, qui ont été faites par des personnes réelles comme toi et moi. Ou alors, les romans d’aventure dans des contrées parallèles aux mondes connus me plaisent pas mal. Ça permet de s’éloigner de la réalité quelques instants, ça fait du bien. »

HIPPOLYTE – Mais c’est une grande gueule celle-là. T’as qu’à lui dire qu’on veut exterminer tous les sangs mêlés pour rendre à Orneval toute sa magie, peut-être qu’elle va l’aimer ton histoire d’aventure et d’action.

ELIZABETH – Non, c’est notre secret ! Mais nous aussi on aime bien les livres d’histoire Kallié, dis-lui que tu aimes le conte des esprits élémentaires !

AGNES – Oui ! Les contes !

HIPPOLYTE – Tu vas surtout l’attraper par le col, tu la regardes en face et tu lui demandes si ses parents sont aussi des mages !


Hippolyte n'avait pas tort, Kallié était en train de sympathiser avec une personne qui pouvait être du camp adverse. Elle fixa un moment Faustine qui semblait rêvasser et ne se rendait pas compte de l'état instable de son interlocutrice. Faustine disait vouloir devenir comme ces héros de romans d'aventures, elle voulait marquer l'histoire et rendre service à la magie elle-même. Elle n'était donc pas très différente de Kallié, elle optait pour la justice et voulait entrer dans l'histoire. L'adolescente resta silencieuse quelques secondes avant de se rendre compte que c'était son tour de parole. Elle bafouilla alors quelques mots avant de répondre péniblement.

« - Moi je suis …, je suis Kallié Hunter, je viens d’entrer dans première année. »

Pour la première fois de sa vie, Kallié se présentait à une étrangère sous son vrai nom. Elle pensait que ça n'aurait aucun effet, pourtant, le simple fait de prononcer Kallié Hunter diminua doucement l'influence de ses voix. Elle avait envie de répondre selon ce qu'elle pensait, selon ce que son cœur lui disait, mais elle doutait de l'existence de sa propre conscience. Elle avait déjà Agnès, Hippolyte, Elizabeth et Lady, aucune conscience du nom de Kallié. Elle décida donc de suivre l'idée d'Elizabeth.

« - A dire vrai, je ne lis pas beaucoup. Mais j’aime particulièrement les contes, comme le conte des esprits élémentaires. Je le trouve très fascinant ! »

Elle resta un instant, muette, sachant que ses dernières paroles risquaient de la faire passer pour un enfant. Elle était face à une élève, spécialiste de la littérature élémentaire et elle, n'avait rien d'autre à proposer qu'un conte pour enfants. Elle ferma les yeux, maudissant la stupide idée d'Elizabeth avant de reprendre sous son propre chef.

« -Ça semble ridicule à côté de tout ce que toi tu lis ! Mais je comprends que s'évader à travers des romans d'aventure sois quelque chose de passionnant. Moi je préfère agir dans la réalité. Dans les livres, tout semble plus facile parce qu'ils gardent un côté irréel, mais moi, je veux modifier les injustices qui sont bien réelles. Je partage ton point de vue, je veux faire partie des héros moi aussi. Je veux écrire l'histoire.»

Elle fit un clin d'œil – sans vraiment savoir pourquoi -. Elle venait de se présenter comme une héroïne et c'était tout à fait le cas. Faustine ne partageait sûrement pas son point de vue, elle était peut-être de sang mêlé, mais Kallié savait qu'en réduisant la population de sangs impurs elle rendait service à toute la communauté de mages. Elle leva les yeux, pensive, et Agnès en profita pour prendre la parole.

« - Il faudrait presque qu’on écrive un livre toutes les deux sur nos aventures. Si on est des héroïnes, il faut bien que quelqu’un nous lise ! »

Kallié se mordit la lèvre et sourit bêtement. Elle attendit la réponse de son interlocutrice, priant pour que celle-ci refuse.

Spoiler:
 

Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .

Kallié Hunter.

   by com & ma couleur #990000
Revenir en haut Aller en bas
Faustine Weber
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 17 ans
METIER : Péfète des Cerfs
ACTIVITE : 471
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Ven 8 Sep 2017 - 17:59

Malgré sa rêvasserie, Faustine remarquait le comportement étrange de la jeune fille qui s’était assise à côté d’elle. Elle semblait hésiter longuement avant de dire quoi que ce soit. La jeune fille regardait Faust sans rien dire, comme si elle attendait quelque chose une permission peut-être. Elle prit d’ailleurs longtemps avant de se présenter, comme si elle ne se rappelait plus comment elle s’appelait.

«Moi je suis …, je suis Kallié Hunter, je viens d’entrer dans première année.»

Kallié. Jamais encore la jeune Terre n’avait entendu ce nom là, mais il semblait que cette Kallié aimait bien Faustine. Cela semblait curieux à Faust de faire une rencontre officielle. Tout le temps passé sous silence serait-il enfin révolu? La jeune Terre se rendait compte peu à peu que sympathiser avec une autre âme n’était pas si compliqué. Elle se voyait déjà entourée d’un groupe de personnes avec qui elle rirait et marcherait dans les couloirs. Mais elle revint vite à la réalité quand son interlocutrice reprit.

«A dire vrai, je ne lis pas beaucoup. Mais j’aime particulièrement les contes, comme le conte des esprits élémentaires. Je le trouve très fascinant !»

En premier lieu, Faustine ne voyait pas ce qui avait de fascinant dans un conte. Bien sûr il était l’essence même de l’histoire de la magie mais il n’y avait rien à comprendre d’autre qu’une simple histoire de piliers magiques. Elle se dit alors qu’il y aurait peut-être quelque chose dans ce conte qu’elle n’avait qu’entendu, qui lui aurait échappé, qu’il y avait un message enfoui entre les lignes d’un récit à première vue élémentaire. Elle se sentit alors stupide. Probablement que tout Orneval avait compris de quoi le conte était vraiment fait, sauf elle. Elle essaya rapidement de chercher ce que Kallié pouvait bien trouver au récit, mais celle-ci ajouta:

«Ça semble ridicule à côté de tout ce que toi tu lis ! Mais je comprends que s'évader à travers des romans d'aventure sois quelque chose de passionnant. Moi je préfère agir dans la réalité. Dans les livres, tout semble plus facile parce qu'ils gardent un côté irréel, mais moi, je veux modifier les injustices qui sont bien réelles. Je partage ton point de vue, je veux faire partie des héros moi aussi. Je veux écrire l'histoire.»

*Mince, se dit Faustine. Aurais-je dit ça à haute voix?*

Elle ne voulait pas que les gens… enfin, les gens - personne ne prêtait la moindre attention à Faustine selon elle. Elle ne voulait pas que les gens sche quel était son rêve. Effectivement, qui pourrait imaginer la personne la plus timide au monde devenir une sorte de héro? Elle se sentit alors rougir. Peut-être Kallié aurait fait cette cette confession par compassion ou prie: par pitié! Non. Faustine refusait cette hypothèse. Pourquoi pour une fois ne serait elle pas celle qu’on envie. Par conséquent, au lieu de nier le moindre lapsus qu’elle aurait fait, elle décida d’assumer pleinement son envie de devenir vraiment quelqu’un même si pour l’instant elle n’était personne. Avant de pouvoir dire quoi que ce soit, Faust se rendit compte que Kallié lui avait fait un clin d’oeil. Sa pensé s’était si vite emballée qu’elle n’avait pas eu le temps de réagir à ce geste. Un sourire aurait été adéquat, ce qu’elle ne tarda pas, cette fois-ci, de faire. De toute façons, sa colocataire disait partager le point de vue de Faustine. C’était probablement vrai, enfin Faust avait trouvé quelqu’un avec qui s’entendre. Elle voulut alors prendre la parole, mais sans qu’elle s’y attende Kallié lança d’un seul coup:

«Il faudrait presque qu’on écrive un livre toutes les deux sur nos aventures. Si on est des héroïnes, il faut bien que quelqu’un nous lise !»

Faustine ne s’attendait décidément pas à ça. Quelqu’un qui lui propose d’écrire sur des aventures communes, voilà qui installa en elle le plus grand des malaises. Elle ne savait pas trop quoi répondre, ce n’est pas qu’elle ne voulait pas mais cette proposition lui paraissait pour le moins utopique. Elle ne voulait surtout pas blesser la jeune fille. Elle lui dit que ce serait chouette, avec un petit rire gêné, mais tout en sachant que ce projet ne prendrait jamais forme.

«Oh oui, si tu veux, dit Faustine et haussant les épaules, ce serait chouette.»

Elle avait ce sourire et cette intention dans le regard que les gens ont quand ils disent le contraire de ce qu’ils pensent. Ce n’était pas vraiment du sarcasme, car Faust ne voulait en aucun cas blesser Kallié qui avait pris un air de petite fille lorsqu’elle avait parlé. Il y eut alors un petit moment de silence, les deux filles ne sachant trop quoi dire, quand soudain, Faustine se souvint qu’elle avait récemment eu l’envie d’adopter un chien. Il lui fallait le consentement de sa colocataire et c’était le moment idéal pour ça.

«Au fait Kallié, est-ce-qu’un chien te poserait un problème dans la chambre. Ça fait quelque temps que je projetais d’en adopter un, dit Faustine avec le plus grand des sourires. J’adore les chiens, je ne peux pas vivre sans. J’en avait un quand j’habitais encore sur Terre, mais il se fait vieux et il reste chez ma mère donc je ne le vois pas beaucoup, même si je rends souvent visite à ma mère. »

Elle espérait de tout coeur que sa colocataire ne serait pas allergique aux chiens. Elle attendait avec impatience son approbation, car elle avait hâte d’aller à l’animalerie pour en choisir un.

«Tu pourras m’aider à choisir son nom si tu veux.»


Spoiler:
 

. . . . . . . . . . . .

Je parle en#11601e


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 16 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 156
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Jeu 14 Sep 2017 - 16:47


«Oh oui, si tu veux, ce serait chouette.»

Kallié se mordit la lèvre inférieure. Et voilà qu'elle était embarquée dans une aventure d'écriture. Chouette. Certes, il fallait avouer qu'elle avait un certain talent pour interpréter des personnages et inventer des histoires plutôt farfelues, mais elle n'avait aucune envie de s'associer avec une adolescente qu'elle ne connaissait pas, surtout pour écrire une histoire qui n'aurait absolument aucun intérêt dans sa vie.

«Au fait Kallié, est-ce-qu’un chien te poserait un problème dans la chambre. Ça fait quelque temps que je projetais d’en adopter un. J’adore les chiens, je ne peux pas vivre sans. J’en avait un quand j’habitais encore sur Terre, mais il se fait vieux et il reste chez ma mère donc je ne le vois pas beaucoup, même si je rends souvent visite à ma mère. »

La jeune fille se crispa. Sur terre ? Ainsi donc, Faustine venait de la Terre ? La jeune fille fixa longuement l'adolescente et resta bouche bée. En général, quand Kallié se mettait en tête de connaître l'origine d'un ou d'une sorcière, elle mettait beaucoup plus de temps avant d'avoir une réponse. La plupart des sangs mêlés n'aimaient pas parler de leur passé sur Terre, enfin, ils ne le criaient pas sur tous les toits. Kallié savait donc que sa colocataire n'était pas née à Orneval, ce qui pour elle, signifiait déjà qu'elle ne méritait pas d'être maître d'un élément. Mais Azarel lui avait également enseigné qu'autrefois, certains mages rejoignaient la Terre, où ils y trouvaient la vie plus agréable et moins risquée. Aujourd'hui, Kallié savait qu'il était interdit de vivre entre Orneval et la Terre, mais si Faustine était seulement née sur Terre, elle pouvait très bien avoir des parents élémentaires … Quoi qu'il en soit, le simple fait que son fameux petit chien soit resté sur Terre, laissait sous-entendre qu'au moins l'un des deux parents de Faustine n'était pas un mage.

«Tu pourras m’aider à choisir son nom si tu veux.»

La jeune fille cligna trois fois des yeux avant de revenir dans le vif du sujet. Un chien ? Kallié n'avait rien contre les animaux, au contraire elle aimait beaucoup les étudier. Elle savait que certaines créatures étaient plus dangereuses que d'autres, mais à première vue, un chien n'était autre un toutou pépère qui ne s'en prendrait pas à elle. Le problème, c'est qu'une fois le chien installé dans leur chambre, Kallié ne pourrait pas sortir et rentrer comme bon lui semble sous peine de réveiller le chien qui pourrait alors prendre peur et aboyer. Faustine se rendrait rapidement compte des secrets de Kallié. D'un autre côté, si elle refusait la présence d'un animal, sa nouvelle amie voudrait sûrement savoir pourquoi et elle serait obligée de trouver une réponse à lui donner … Certes Kallié était douée pour trouver de faux prétextes, elle pourrait simplement lui dire qu'elle était allergique, mais comme elle appréciait particulièrement la compagnie des bêtes poilues, Faustine se rendrait compte du mensonge assez rapidement.

« - Oh non ! Il n'y a aucun problème ! J'adore les animaux ! »

Elle réfléchit quelques secondes, avant de continuer.

« - Enfaîte, j'allais te poser la même question, j'envisage moi aussi de prendre un animal. Mon père adoptif vit près des bois et la nuit j'ai souvent du mal à m'endormir parce que je réfléchis trop alors … Il m'arrive de sortir et d'aller retrouver les animaux, ça me soulage si on veut. »

Et voilà qu'elle venait tout juste de se construire un alibi. Elle n'avait plus qu'à avertir Faustine de la mort de ses parents, ainsi elle passerait pour la pauvre et petite orpheline qui tente de trouver du réconfort auprès des animaux. Il lui faudrait également trouver une petite boule de poils qu'elle pourrait sortir, le soir, en prétendant sortir le chien, ou encore, voulant s'isoler pour pleurer la mort de ses parents. Elle l'avait trouvé son nouveau rôle. Elle serait la pauvre petite Kallié, une jeune adolescente abandonnée, adoptée qui malgré son chagrin tente de croquer la vie à pleine dents. Et puis après tout, ça serait une excuse pour ses changements imprévus de comportements !

« - J'adorerais t'aider à choisir son nom ! Mais dans ce cas, il faudra que tu m'aides à en trouver un toi aussi ! »

Elle fit un petit rire, si bête mais pourtant si crédible. Elle lui sourit, la détaillant de chaque centimètre avant de reprendre.

«- D'ailleurs … Si j'ai bien compris tu es née sur Terre ? Lequel de tes parents est un mage, ça n'a pas dû être marrant d'être séparée d'un de tes parents quand les nouvelles lois sont passées concernant les voyages d'Orneval à la Terre ? »

Elle mima un personnage désolé et horrifié. Oui. Il fallait qu'elle joue le rôle d'une érodienne d'exception. Aucun mouvement, aucun mot, rien ne devait la trahir, si Faustine sentait qu'elle pouvait se confier à Kallié, alors elle saurait rapidement si l'adolescente était ou non de sang pur. Si ce n'était pas le cas, elle prendrait alors le nom de ses amis, ferait une liste détaillée des personnes qui ne méritent pas de manipuler un élément. Et si Faustine percevait le moindre indice suspect chez Kallié, alors la jeune Hunter n'aurait plus qu'à jouer sa carte de l'orpheline, pleurant sur la mort de ses parents, racontant ses fausses douleurs, se posant des questions sur sa propre origine. Le scénario était désormais clair dans sa tête. Faustine était une personne aimable, gentille, à l'écoute. Elle ne lui refusait pas quelques confidences …

Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .

Kallié Hunter.

   by com & ma couleur #990000
Revenir en haut Aller en bas
Faustine Weber
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 17 ans
METIER : Péfète des Cerfs
ACTIVITE : 471
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Mar 10 Oct 2017 - 18:03
Faustine se sentit soulagée quand sa colocataire acquiesça l’adoption d’un futur compagnon. Que cette fille avait l’air gentille. Ce n’était que la première fois que Faust lui adressait la parole, pourtant elle sentit dans son regard qu’elle était aussi innocente et douce qu’une colombe. Bien qu’elle en ait eu une mauvaise impression les quelques premiers jours à l’Académie, il semblerait qu’elle se soit trompée. La première année s’absentait effectivement souvent de leur chambre, en particulier la nuit, et Faustine commençait à croire qu’elle soit une mage dont les intentions étaient douteuses.

«Enfaîte, j'allais te poser la même question, j'envisage moi aussi de prendre un animal. Mon père adoptif vit près des bois et la nuit j'ai souvent du mal à m'endormir parce que je réfléchis trop alors … Il m'arrive de sortir et d'aller retrouver les animaux, ça me soulage si on veut.»

C’était donc pour cela que Kallié sortait la nuit. Faust se sentit coupable d’avoir pu songer qu’une jeune fille aussi vulnérable qu’elle n’ait d’aussi sombres desseins. Aussitôt, elle voulut faire tout ce qui était possible pour que cette orpheline ne manque de rien et se sente bien malgré sa… situation. Elle esquissa un petit sourire chaleureux compatissant à sa colocataire.

«J'adorerais t'aider à choisir son nom ! Mais dans ce cas, il faudra que tu m'aides à en trouver un toi aussi !»

La complicité entre les deux jeunes filles semblait se renforcer. Faustine se sentit revigorée de bonne humeur à l’idée que la personne avec qui elle vivrait pendant un an ne soit pas si différente qu’elle. Elle se vit déjà en train de promener leur animal respectif ensemble, rigolant des petits tracas de la vie à l’Académie. En guise de réponse, la jeune Terre laissa échapper un sourire de consentement alors que sa colocataire riait joyeusement.

Les autres élèves continuaient de passer dans l’escalier quand Faust sentit ses jambes demander à ce qu’elles bougent un peu. Elle était restée assise sur ces marches de pierre depuis un petit moment maintenant, et de plus en plus de passants, faisant de plus un plus de bruit commençait à rendre cette discussion audiblement difficile. Elle voulut proposer à sa nouvelle amie, tout en commençant à se relever, d’aller marcher dehors ou le long des couloirs lorsque celle-ci reprit:

«D'ailleurs … Si j'ai bien compris tu es née sur Terre ? Lequel de tes parents est un mage, ça n'a pas dû être marrant d'être séparée d'un de tes parents quand les nouvelles lois sont passées concernant les voyages d'Orneval à la Terre ?»

Faustine s’arrêta net. Pourquoi Kallié s’intéresserait-elle à la situation de ses parents ? Parler de ce genre de choses n’était pas dans ses habitudes même avec des personnes qu’elle connaissait bien. Bon, il est vrai qu’elle ne connaissait pas grand monde d’une telle manière, mais elle ne se voyait sûrement pas révéler ce genre d’informations par les temps qui courent. Le visage de la jeune Terre se ferma aussitôt sans pour autant montrer les doutes qui envahissaient son esprit. Que pouvait elle bien répondre ? Elle n’avait rien à craindre puisque ses deux parents étaient des mages. Enfin, c’est ce qu’on lui avait dit. Elle n’avait jamais vu son père pratiquer la magie mais savait au plus profond d’elle même, lorsqu’elle avait découvert cet autre monde qu’il avait quelque chose à voir avec l’eau. Puis, sa mère, Adèle, lui révéla que Frantz maîtrisait bel et bien l’élément aquatique, que ses suspicions étaient bonnes. Mais se plier à cet interrogatoire signifiait se justifier d’un sang qui la sauverait de la mort et surtout donner une information importante à encore une simple connaissance. Faust ne savait toujours pas quoi répondre, mais il fallait qu’elle dise quelque chose. Réfléchir trop pouvait prêter à confusion et serait suspect. Elle se dit que pour sa sécurité, il était préférable de dire la rassurante vérité, même si elle n’aimait pas ce choix.

«Je… En fait tu ne m’as pas bien comprise, bégaya-t-elle enfin, mes deux parents sont mages. Seule ma mère vit à Orneval.»

Elle ne voulait rien révéler d’autre et se tut à cet instant précis. Elle n’avait surtout pas à se justifier de ses origines. Kallié la regardait toujours avec de grands yeux de chiot abandonné, ce qui adoucit Faustine. L'apprentie de la Terre ne le voulait pas, mais elle se décida, dans un élan de confiance, à poser cette question, toujours le regard grave mais souriant pour ne pas lui faire peur et sans trop de méfiance dans la voix:

«Pourquoi tu me demandes ça ?»

Après tout, Kallié non plus n'avait rien à craindre de cette innocente question.


. . . . . . . . . . . .

Je parle en#11601e


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 16 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 156
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Dim 29 Oct 2017 - 23:08

Spoiler:
 
Faustine s'était agitée. Les membres de son corps remuaient ce qui fit comprendre à l'alpha que l'adolescente n'allait pas tarder à l'abandonner. Ou peut être lui proposerait-elle de l'accompagner ? Elle resta en retrait, ne voulant pas s'interposer dans sa vie, ne voulait pas prendre trop de place. Même si Faustine devait s'en aller, elle la retrouverait le soir même dans leur chambre. Après tout, elle n'avait pas besoin de tout savoir aujourd'hui même, elle avait toute l'année pour apprendre connaître la famille Weber. Elle resta ainsi muette, assise sur les escaliers donnant au grand hall. L'heure de pointe ne tarda guère à sonner donnant naissance à une vague d'adolescents qui descendaient les marches, gênant ainsi la discussion qu'entretenaient les deux jeunes filles. Autour d'elles, la foule commençait à s'agiter, mais Kallié continua de fixer son interlocutrice, les yeux écarquillés attendant définitivement une réponse de sa part. «Je… En fait tu ne m’as pas bien comprise, mes deux parents sont mages. Seule ma mère vit à Orneval. Pourquoi tu me demandes ça ? ». Kallié se raidit. Elle resta bouche bée, dévisageant la jeune femme qui semblait déjà douter de sa colocataire. Non, elle ne devait pas être repérée, par maintenant. Kallié adopta un air désolé, frustré et commença à s'excuser en agitant ses mains, avant même que Faustine ne lui demande pourquoi. Même si son aînée ne semblait pas très expressive Kallié voyait parfaitement le malaise qui naissait en elle. Elle n'avait pas aimé la question. Et c'était un problème. Elle expliqua brièvement que ses deux parents demeuraient bien des mages mais un détail laissa la jeune dakness perplexe. Pourquoi l'un ne vivait pas à Orneval ? Elle plissa les yeux sans trop marquer sa curiosité quant à l'origine de ses parents et décida de s'excuser dans l'immédiat."-Pardon je ne voulais pas te brusquer." Elle marqua une pause, adoptant une mine d'enfant battue, se remémorant le scénario qu'elle s'était construit. "-Comme je te l'ai dit, je vis chez mon père adoptif ... Du coup je n'ai pas vraiment connu mes vrais parents. La famille ça reste assez étrange pour moi comme concept, je ne suis même pas certaine de mes propres origines ... Alors ça me fascine toujours d'entendre quelqu'un me raconter sa vie, son passé parce que moi ... je suis incapable de le faire." Elle baissa les yeux et fixa le vide. Dans un certain sens ce qu'elle venait de dire était parfaitement vrai. Elle ignorait tout à fait qui elle était. Mais ce qu'elle prenait soin de cacher c'était celle qu'elle voulait être. Une darkness alpha, une puissante guerrière, manipulatrice. Elle fuit le regard de Faustine et reprit dans la foulée."-Excuse-moi, tu t'en fiche de ma vie de toute façon, elle n'est pas intéressante." Elle remarqua l'empressement de sa colocataire qui semblait vouloir bouger. "- Je te dérange sûrement, tu voulais partir non ?" Elle fit une mine triste, montrant sa fausse solitude et son besoin de compagnie. L'avait-elle trompée ?
Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .

Kallié Hunter.

   by com & ma couleur #990000
Revenir en haut Aller en bas
Faustine Weber
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 17 ans
METIER : Péfète des Cerfs
ACTIVITE : 471
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Ven 17 Nov 2017 - 1:49
L’élève de deuxième année s’impatientait mais ne voulait en aucun cas vexer sa colocataire qui évitait maintenant son regard. Elle ne se sentait peut-être pas à sa place, et, à la manière de Faust, s’imaginait qu’on ne veuille plus d’elle. Faustine connaissait pertinemment cette cruelle sensation, qui n’était qu’une impression. Elle scrutait le visage de la jeune Kallié, à la recherche d’un signe qui confirmerait son hypothèse. Cette dernière semblait en effet être une personne aussi timide et incertaine qu’elle. Faustine était alors envahi d’une envie de la prendre sous son aile, le temps qu’elle se fasse des amis. Quoi qu’il en était, ses jambes s’impatientaient et la jeune amoureuse des espaces en plein air regardait avec envie par delà la fenêtre.

«Comme je te l'ai dit, je vis chez mon père adoptif ... Du coup je n'ai pas vraiment connu mes vrais parents. La famille ça reste assez étrange pour moi comme concept, je ne suis même pas certaine de mes propres origines ... Alors ça me fascine toujours d'entendre quelqu'un me raconter sa vie, son passé parce que moi ... je suis incapable de le faire.»

Mince. Faustine était tombée sur l’élève de première année la plus désespérée du château. Ces paroles la frappèrent comme une onde de choc. Elle décida de ne rien dire. Il ne fallait rien dire, dans cette situation. Le silence régnait entre les deux élèves, tandis que de plus en plus d’Erodiens passaient de part et d’autre du Grand escalier, et il devenait de plus en plus difficile d’être tranquille quand certains les bousculaient.

«Excuse-moi, tu t'en fiche de ma vie de toute façon, elle n'est pas intéressante.»

Faustine n’avait pas pu discerner tous les mots qu’avait prononcé son interlocutrice, mais avait distingué son air de chien battu. Elle était en train de passer pour une méchante fille, ce qui n’était pas son but. Elle ne savait pas quoi dire, et n’avait absolument pas envie d’avoir cette étiquette à travers les yeux d’une orpheline en compagnie de qui elle passerait toute son année. Elle voulut répondre que rien ne lui ferait plus plaisir que de l’aider à s’intégrer ou bien se repérer dans l’Académie, mais Kallié avait été la plus rapide:

«Je te dérange sûrement, tu voulais partir non ?

- Bien sûr que non tu ne me déranges pas Kallié, répliqua Faustine du tac-au-tac. Ça fait juste longtemps que je suis assise sur ces marches de pierre et puis il fait beau dehors. Je vais aller me poser au soleil avant qu’il ne disparaisse à cause de l’hiver, tu peux venir si tu veux, lui proposa-t-elle avec un sourire bienveillant.»

D’un côté, Faust espérait pouvoir profiter du beau temps en solitaire, comme toujours, mais elle un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal et cela changerait de son quotidien. Quand la jeune Terre aurait apprivoisé sa nouvelle amie, quand Kallié serait plus à l’aise avec elle, elle s’averera être d’excellente et très agréable compagnie, Faust en était persuadée. Les deux jeunes filles venaient tout juste de se connaître, il était normal que la conversation soit gênante et calme. Comme on dit, il faut cultiver son jardin.

Points ajoutés au sablier.
Spoiler:
 

. . . . . . . . . . . .

Je parle en#11601e


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 16 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 156
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé} Mer 22 Nov 2017 - 16:04

- Bien sûr que non tu ne me déranges pas Kallié. Ça fait juste longtemps que je suis assise sur ces marches de pierre et puis il fait beau dehors. Je vais aller me poser au soleil avant qu’il ne disparaisse à cause de l’hiver, tu peux venir si tu veux.

Kallié elle ne s'ennuyait pas. Elle se concentrait sur son jeu d'actrice, c'était important. Elle s'était levée, assise, elle brassait de l'air pour montrer son expressivité. Elle avait besoin d'être clair dans ses fausses intentions et il fallait aussi qu'elle paraisse attachante. Elle pencha la tête sur le côté lorsqu'elle vit Faustine se relever. Sa colocataire n'était pas très expressive, il lui était donc assez compliqué de voir si Faustine marchait ou pas. Kallié l'écouta attentivement la bouche entre ouverte. Elle espérait ne pas être passée pour une désespérée, elle espérait que Faustine ne voulait pas l'éviter. Elle se demandait ce que la jeune fille pouvait penser, si son envie d'aller dehors n'était pas une excuse. Kallié comprit très rapidement qu'elle était de trop, elle laissa donc Faustine se relever, lui offrant un grand sourire. Si elle voulait l'avoir dans sa poche, il fallait avant tout qu'elle l'accepte dans sa vie privée. Si elle était trop collante, Faustine voudrait toujours l'éviter. Et ça, ce n'était pas bon. Kallié leva la main pour s'excuser de son grand monologue et répondit.

« - Non, aucun problème. Je comprends que tu veuilles profiter de l'extérieur. Enfaîte, j'attendais un ami avant de te rencontrer, alors je vais plutôt aller le rejoindre. » Kallié n'avait aucun ami qui l'attendait. Mais elle ne voulait pas passer pour une solitaire. Elle espérait croiser Erwin ou même Miah. Peut-être que si elle croisait un autre Alpha, elle pourrait lui parler de sa nouvelle quête : Faustine. Elle fit donc marche arrière, saluant sa colocataire d'un mouvement de la main. Elle savait qu'il fallait la laisser respirer mais que le soir même elles se retrouveraient. Il lui faudrait établir un nouveau plan. Et surtout, annoncer à Azarel, que Faustine n'était pas de sang mêlé. Une fois qu'elle aurait de nouveaux ordres, elle continuerait sa mission. « Passe une bonne journée ! »

THE END

Félicitations, votre sujet est composé de plus de 7 réponses ce qui vous donne accès aux bonus ! Nous vous invitons de suite à venir réclamer des points pour votre maison dans cette section


. . . . . . . . . . . .

Kallié Hunter.

   by com & ma couleur #990000
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé}
Revenir en haut Aller en bas
L’illusoire gentillesse d’une inconnue [Kallié & Faustine] {Terminé}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Vague à l'âme | Faustine
» Intime intimité | Faustine
» La gentillesse de Mimi.
» Révélation Faustine ♣ Betty-Jayne
» A bout ? | Faustine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie Eroda :: Le Hall d'Entrée :: Les Grands Escaliers-
Sauter vers: