En ce moment
L'évent
Emeute au ministère
Les Cours
Cours de l'air
Cours d'histoire de la magie
Les Missions
Des cadeaux pour Noel
Aider les Forains
Les Concours
Photo de Noel
Maison en tête




 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue parmi nous !
Nous vous souhaitons la bienvenue ! Please
Le forum a ouvert le 21 mai 2012 kikou !
Éléments prioritaires !
Privilégiez l'air, l'eau et la terre ! Merci Please
Besoin de testostérones !
Merci de privilégier les hommes ! canard

Rendez-vous de deux enfants perdus [ft. Vincent] (EN COURS)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: L'Extérieur du Château :: La Place des Duels
Faustine Weber
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 17 ans
METIER : Péfète des Cerfs
ACTIVITE : 477
MessageSujet: Rendez-vous de deux enfants perdus [ft. Vincent] (EN COURS) Dim 26 Nov 2017 - 0:38
Dehors, tout était calme. Le froid avait pris possession du parc, les bancs et autres constructions étaient gelées, les piaillements des oiseaux avaient cessés, et seule une poignée d’Erodiens avaient encore le courage de sortir par le temps triste de Novembre. L’hiver est connue pour être une saison des plus paisibles et quiètes qu’il soit, mais la menace extérieur ne déclinait pas, elle. Bien que les attaques se faisaient de plus en plus rare, Faustine sentait qu’une offensive plus destructrice se préparait, et quand elle arriverait sans crier gare, il faudrait être prêt. C’est pour cette raison qu’elle attendait depuis une dizaine de minutes sur un banc froid à la place où on s'entraînait pour les duels. Elle attendait Vincent Galvani, un élève de troisième année dont elle avait fait la connaissance quelques jours auparavant, au Kiosque exactement. Après le passage accidentel -était-ce d’ailleurs vraiment un accident- la semaine d’avant, Faustine s’était portée volontaire pour aider à réparer la charpente détruite par le feu et le poids de celui qui l’avait craché. Naturellement, les deux élèves s’étaient confiés l’un à l’autre, parlant de tout et de rien et s’étaient entendu tout de suite. La fin de semaine, aucun cours ne risquait de les déranger. Ils s’étaient données rendez-vous à un endroit où ils pourraient s’entraîner tout en gardant secret le projet qu’ils avaient imaginés.

Faustine contemplait les hautes tour du château, qui n’avaient pas encore été recouvertes par la neige. Non, la neige n’était pas encore tombée. Il y avait bien eu quelques flocons, mais aussitôt posés au sol, aussitôt ils fondaient. La jeune fille repensait à la discussion spontanément franche et amicale qu’elle avait eu avec un parfait étranger, chose qui ne lui était jamais arrivée. En effet, Faustine est une personne des plus réservée et timide qui soit, et s’être confiée de tel à une personne à qui elle n’avait jamais parlé était une sorte d’exploit. Elle se souvient du sentiment de fierté et la sensation de chaleur de cet instant. Les deux élèves partagaient le même désir en ce qui concernait la sécurité des sangs-mêlés et la défense face aux Darkness: ils voulaient servir à quelque chose, ne pas rester les bras croisés tandis que des innocents disparaissent. Ils avaient alors passé presque l’après midi entière dehors à soulever et clouer des planches neuves tout en causant de leurs rêves. Ils en étaient arrivés à la conclusion de faire équipe tous les deux, et de se revoir rapidement pour clarifier et mettre au point le plan qu’ils avaient espéré voir naître.

La jeune fille s’était préparée à apprendre les bases du combat dès ce jour-là. Elle avait sous son manteau son plastron de cuir qu’elle s’était procurée ainsi que ses deux poignards et sa dague. Bien qu’elle suive des cours d’arts martiaux, la maîtrise des armes n’était enseignée qu’aux élèves de troisième année au moins. En ce qui concerne la maîtrise de son élément, elle avait fait plus tôt dans l’année acquisition d’une Baguera, un anneau qui augmenterait la puissance et la vitesse de déplacement de la terre.

Malgré le fait qu’elle ait été parfaitement à l’aise en compagnie du jeune garçon, que la discussion ait été faite naturellement et sans pression, tout à coup elle sentit son coeur battre, ses jambes trembler. «Qu’est-ce qui m’a pris d’accepter ?», se répétait-elle. Plus le temps passait, plus l’angoisse habituelle de Faustine à propos du contact humain s'emparait à nouveau d’elle, mais elle ne pouvait reculer: Vincent arriverait d’une minute à l’autre à présent. Elle ne savait pas ce qu’elle dirait à quelqu’un avec qui elle n’a parlé qu’une fois, et le temps était insupportablement long, ne sachant comment le rendez-vous se passerait. L’étudiante secouait sa jambe frénétiquement et regardait dans tous les sens en attendant l’arrivée de son partenaire, puis sentit une main sur son épaule, l’immobilisant enfin.

Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .

Je parle en#11601e


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Galvani
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
AGE RPG : 18 ans
METIER : Capitaine & Ballsteur de l'équipe
ACTIVITE : 352
MessageSujet: Re: Rendez-vous de deux enfants perdus [ft. Vincent] (EN COURS) Lun 4 Déc 2017 - 23:45

Faustine restait pour Vincent un grand mystère. Il l'appréciait beaucoup et s'en méfiait. Pourquoi ? Il n'en avait aucune idée. Ils s'étaient rencontrés, alliés face à ce grand dragon qui avait tenté de détruire le kiosque de l'académie. Ils s'étaient retrouvés, unis, essayant de souder les décorations du parc qui s'étaient enflammées. Ils avaient passé du temps ensemble et avaient discuté un très long moment. Vincent ne savait pas vraiment pourquoi mais il s'était confié. Alors que c'était une chose plutôt rare! Il était très sociable, il aimait la compagnie des autres, là n'était pas la question, il lui avait ouvert une partie de son esprit que lui-même ne parvenait pas à comprendre. Ils avaient parlé Darkness, sangs mêlés. Et ils étaient tous deux d'accord, du même avis. Sur la même longueur d'ondes. Pour Vincent, tout avait débuté le soir d'Halloween, lorsqu'il avait suivi Eirween et Amy. Il était resté camouflé sous son masque de plastique, dans l'ombre. Il avait aimé espionner ces jeunes femmes, il avait adoré plus que tout au monde les défendre, frapper l'inconnu qui les avait agressé. Lorsqu'il était revenu à l'académie il n'était plus le même et ça, il le savait. Lui qui avait toujours détesté les déguisements louait un culte indescriptible aux masques. Il pouvait s'y cacher, devenir quelqu'un d'autre. Personne ne pourrait le reconnaître, personne ne pourrait l'arrêter. Et qui sait, peut être qu'Orneval aimerait sa présence ? Vincent avait raconté son aventure à la jeune femme et lui avait confié ses projets. Enfaîte, les projets étaient nés avec elle. Faustine, bien que très timide et silencieuse portait les mêmes désirs, la même envie de justice. Orneval avait besoin de justiciers, d'une nouvelle forme de pouvoir et ils en étaient sûrs. Le ministère n'agissait pas de façon légale, ils demeuraient bien trop lents, cachaient beaucoup trop d'informations au peuple. Vincent ne l'ignorait pas puisque lui-même était le fils du premier ministre. Il avait besoin de changement. Tout le monde en avait envie.

Il avait donné rendez-vous à sa nouvelle amie à la place des duels. Il fallait qu'ils s'entraînent, qu'ils élaborent un plan, qu'ils mettent leurs projets sur pied. Le jeune garçon possédait déjà des armes, il était donc prêt à l'action. Il restait très doué dans l'art du combat, enfin, il avait un niveau correct. Il laissa sa dague et son épée cachées dans un recoin de son dortoir. Il n'en aurait pas l'utilité. Il n'avait aucune envie de blesser Faustine ni même de l'effrayer. Il lui faudrait simplement faire un crochet au gymnase, attraper une dague et une épée en bois et l'affaire était dans le sac ! Il attrapa cependant son arbalète qu'il cacha sous l'une de ses vestes. Une fois qu'il quitta ses dortoirs, il chercha l'inventaire dont il avait besoin et rejoignit rapidement l'extérieur de l'académie. Dehors, l'air était frais. L'hiver s'approchait, les fleurs rendaient l'âme et la terre laissait doucement place à la neige. Beaucoup disaient que l'hiver était la saison des maîtres de l'eau, mais pour lui, ce n'était absolument pas le cas. Il se dirigea vers la place des duels où Faustine l'attendait, de dos. Elle observait l'horizon comme si elle craignait que celui-ci se retourne contre elle. Vincent posa sa main sur son épaule et la chaleur de son corps l'envahit. Il observa à nouveau son visage qui semblait bien plus beau que dans ses souvenirs. « - Coucou. » Il serra les dents face à cette affreuse entrée en scène et déposa les armes en bois sur le sol. Il y posa le pull dans lequel était cachée l'arbalète et tenta de se reprendre. « e suis très content de te voir. Enfin, je suis content que tu sois là, parce que je suis content d'avoir discuté avec toi. Heu, la dernière fois. Et là aussi je suis content de discuter avec toi hein, heu c'est juste que c'est sympa que tu ne sois pas partie. La dernière fois. Et maintenant. » Il resta silencieux quelques minutes et observa la réaction de son interlocutrice. S'il voulait passer pour un adolescent aux problèmes mentaux, c'était réussi. « Désolé, je ne suis pas très doué pour les entrées en matière. »

Vincent se pencha et attrapa sa dague en bois. Il voulait commencer par lui apprendre à se défendre, à désarmer son adversaire. C'était le plus important. Il s'approcha d'elle, lui présenta son arme en bois et l'observa de haut en bas. Son regard se posa sur une petite dague – réelle cette fois-ci – que Faustine portait sur elle. Il garda alors la bouche entre ouverte, baissa son arme en bois. « J'ai laissé ma dague et mon épée aux dortoirs et toi t'es venue avec l'intention de me tuer ? Je pense à ton bien être et pas toi Faustine ? » Il lui adressa un sourire maladroit. Même si elle avait une arme bien réelle, elle ne parviendrait sûrement pas à lever la main sur lui. Il s'arma – en bois -, s'approcha furtivement d'elle, leva la main au moment où l'ensemble de ses muscles se bloquèrent. Son ventre se noua et ses jambes commencèrent à trembler. Son regard se posa sur Faustine qui se tenait droit devant lui. Elle l'observait, de ses profonds yeux couleur noisette. Elle demeurait là, sans savoir que faire. Vincent vit ses mains et distingua ses petits bras. Si faibles, si minces. Puis son visage. Elle avait des traits si fins, ils lui donnaient un air de poupée. Il recula de quelques pas et souffla. « Excuse moi, c'est que … Je n'ai encore jamais frappé une fille. ». Bien évidemment, il savait que l'excuse était mauvaise. Mais qui pourrait bien lui expliquer pourquoi ses muscles cessaient de fonctionner ?

. . . . . . . . . . . .


Vincent Galvani
were are the lost children
on monte un p'tit groupe de rebelles, les enfants perdus, des justiciers solitaires, élèves uniquement ! alors mpottez moi pour vous inviter à la fête heart

Revenir en haut Aller en bas
Rendez-vous de deux enfants perdus [ft. Vincent] (EN COURS)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» rendez-vous mystérieux
» Rendez-vous orbital (Missa, Nacht)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Extérieur du Château :: La Place des Duels-
Sauter vers: