AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue parmi nous !
Nous vous souhaitons la bienvenue ! Please
Le forum a ouvert le 21 mai 2012 kikou !
École recherche élèves !
Nous avons besoin d'élèves, n'hésitez pas non plus à regarder du côté des scenarii du staff et des membres ! In Love
Trop de sangs-purs
Nous n'acceptons plus les sangs-purs sauf s'ils sont en scenarii à la base !

Privilégiez les sangs-mêlés pour vos créations originales, que ce soit pour votre personnage ou un P.V. !
Nos Postes Vacants
Les noms, prénoms, éléments, célébrités et histoires des postes vacants du staff sont négociables ! Dirigez-vous ici kikou !
Effectif
1 ♀ Air - 4 ♂ Air
2 ♀ Eau - 2 ♂ Eau
3 ♀ Terre - 1 ♂ Terre
1 ♀ Feu - 2 ♂ Feu
4 ♀ Personnel - 3 ♂ Personnel
2 ♀ Ministère - 0 ♂ Ministère
1 ♀ Ornevalois - 4 ♂ Ornevalois
14 ♀ Total - 16 ♂ Total
Rps speciaux

Partagez|

Monster in the forest (Chris, Charlène, Abel et Séra)

 :: L'Extérieur du Château :: La Forêt
Chris Ferrell
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
airannée6
Membre à l'honneur
AGE RPG : 21
METIER : Préfet des aigles
ACTIVITE : 108

Dim 1 Juil 2018 - 22:14
La famille me manquait. Même si j'allais voir Elya et Séra à chaque semaine et que je pouvais voir John à chaque jour à l'académie, la vie de famille que nous avions tous les quatre, ensemble, me manquait. Les malheurs de dormir à l'académie.

Et pourtant, plutôt que passer une soirée à la maison, je la passais à la bibliothèque, à étudier les éléments supérieurs. Évidement, ce n'était que la théorie, mais je voulais réellement apprendre à maîtriser le son, l'élément supérieur de l'air. Je pouvais rêver, non?

Après un certain temps, je relevai la tête et regardai à la fenêtre. Si je m'étais attendu à ce que je vis : l'oiseau de Séraphina allait vers la forêt. Bizarrement, je ne pris même pas une seconde pour réfléchir, je ramassai mes choses et quittai la salle et me rendis à l'extérieur, après être passé par le dortoir. Jetant un coup d'œil autour de moi pour éviter qu'on ne me suive, j'entrai dans la forêt, malgré l'interdiction. Je voulais voir celle qui m'avait si gentiment accueilli chez elle et qui, depuis cinq ans, agissait comme un mère avec moi.

Malheureusement, je ne trouvai pas le dodo, ou peu importe le nom de l'animal; ce fut une autre créature qui me trouva, je me retrouvai propulsé vers l'avant. Pourquoi étais-je venu dans les bois ? Certes, je voulais revoir Séra, mais n'aurais-je pas dû me rendre, le lendemain, à la maison plutôt que d'entrer dans la forêt ?

Charlène Arberin
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuannée6
Administrateur
AGE RPG : 20 ans
METIER : Préfète des renards & Ballsteur de l'équipe
ACTIVITE : 3357

Dim 1 Juil 2018 - 23:47


L'année était terminée. Enfin. Pour Charlène, comme pour la plupart des élèves de l'académie, Eroda demeurait une seconde maison. Même si l'année scolaire ne suivait plus son cours, le château lui restait présent. Charlène n'appréciait pas être en compagnie des siens, de sa famille. A Eroda, elle avait choisi son propre entourage, ses réels amis. Ainsi donc, comme de nombreuses années avant celle-ci, elle restait dans les couloirs du château, appréciant l'espace qu'elle avait sans pour autant se soucier de la pression des cours. Ce jour-là, la jeune femme avait donné rendez-vous à son ami Abel, un compagnon de longue date avec qui elle souhaitait profiter des vacances. Comme elle était préfète et lui capitaine, ils encaissaient tous deux une responsabilité certaine qu'ils avaient désormais besoin d'évacuer. La jeune femme quitta ses dortoirs relativement tôt. Elle savait que durant ce soir-là, la lune serait complète. Ainsi, même au beau milieu de la nuit, Abel et elle pourraient très facilement se retrouver au milieu du parc. Charlène quitta le château suffisamment tard pour n'éveiller aucun soupçon. Même si les cours n'avaient plus lieu, le personnel de l'académie avait tout de même instauré un couvre-feu. Ce n'était guère dans les habitudes de la jeune femme que d'enfreindre les règles, mais comme elle avait la possibilité de sortir du château en tant que préfète pour "faire une ronde", elle profita de ses droits et rejoignit sans problème l'extérieur du château. Elle traversa le parc sans un bruit, cherchant son ami du regard. Un sac pendouillait sur son épaule droite et semblait la ralentir.

Charlène trouva Abel après quelques minutes de marche. Il gisait là, au milieu du parc. "- Salut tête de renard!" Abel et elle se connaissaient depuis des années maintenant. Même si Abel restait plus aventureux et joueur qu'elle, Charlène se reconnaissait beaucoup dans sa façon de faire. Aujourd'hui, la jeune femme avait très envie de le surprendre. Elle sortit son sac, l'ouvrit et présenta à son ami différents flacons. Des potions alcoolisées. "- Pour fêter la fin de l'année scolaire et le début des vacances ! Nous devrons en profiter !" Elle en tendit une à son ami et avala la sienne. Il était bien rare que Charlène se libère d'une telle façon. Cela ne lui ressemblait en aucun cas. Elle passait la plupart de son temps à dicter la bonne conduite aux autres élèves et préférait montrer l'exemple. Mais là, ce n'était clairement pas le cas. Après quelques minutes, la potion sembla faire de l'effet. Charlène entendit le cri d'un loup et ne pu s'empêcher de l'imiter. Elle balaya le parc du regard à la recherche de l'animal lorsque son regard se posa sur une petite silhouette. Un jeune homme qui de dos lui semblait inconnu. Malgré son mal de crâne qui commençait déjà à se faire ressentir, Charlène fit un mouvement de la main pour indiquer à Abel qu'ils n'étaient pas seuls. "-Nous avons de la compagnie!"

Malgré son état, la préfète traversa le parc - chancelante - et atteignit l'orée des bois. Elle observa un court instant les arbres et posa son regard sur le jeune garçon qui semblait être allongé sur le sol. "- T'as vraiment cru que c'était le moment pour faire une sieste toi ?!" Elle leva les bras d'une façon très théâtrale et poussa un cri de mécontentement. "Non mais euhhh". Lorsqu'elle eut prononcé ces mots, un second hurlement de loup se fit entendre. Mais celui-ci semblait bien plus proche. Charlène ouvrit les yeux et tenta de discerner une ombre. Elle vit deux grands yeux reflétant une férocité terrifiante. Elle se tourna rapidement vers Abel, lui attrapa la main tout en chuchotant. "- Tu arrives à voir ce que c'est ?"

Points ajoutés aux sabliers.

. . . . . . . . . . . .


Abel Degas
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuannée5
Membre
AGE RPG : 20 ans
METIER : Capitaine des renards
ACTIVITE : 24

Mer 4 Juil 2018 - 16:27


Rien n’arrête Charlène. S’il y a bien quelque chose que j’ai appris durant mes années auprès d’elle, ces 5 années précisément de collaboration intense, c’est qu’un non de ma part, est interprété comme un oui. Il est assez rare que je lui dise non sur quelque chose, car souvent, nos idées arrivent naturellement et sans forcément de discussion, à une certaine concordance. Ce soir, Charlène m’a proposé que l’on se retrouve au parc. Sans vraiment prendre le temps de réfléchir, j’ai tout naturellement dit oui. Je suis rentré chez moi, voir ma mère quelques jours, mais rien ne m’empêche de m’absenter le soir venu, surtout si cette dernière a été gentiment prévenue au préalable. Epuisée par sa journée de travail, elle a finalement décidée d’aller dormir tôt. J’ai évidemment un profond scrupule à devoir la réveiller et c’est pour ça, que comme à mon habitude, je lui laisse un petit mot sur sa table de chevet, avant de déposer sur son front, un tendre baiser protecteur. Je m’attarde un peu sur son visage, guettant les erreurs que j’ai pu faire. Mais rapidement, je me résigne à filer, avant que ma présence et la porte ouverte ne finissent par la réveiller. Je me rends donc au parc, ou cette folle aux cheveux bruns doit normalement venir me trouver. Constatant une fois sur les lieux, que je suis le premier arrivé, je ne tarde pas à me laisser chuter sur l’herbe tendre et légèrement humide. Cette dernière me reçoit, m’accueille comme si nous étions bons amis de son étreinte. Je ferme les yeux, écoutant simplement le vent chanter dans la nuit. La miss est en retard, mais je me garderai bien de lui dire. Je suis à terre, allongé, en position de faiblesse, elle aurait vite fait de prendre le dessus dans un assaut soudain, une bagarre enfantine. “tête de renard” me force évidemment à lever la tête, et simplement la tête. Mon corps restant ouvert comme une étoile de mer, je l’observe avec un léger sourire aux lèvres.

Je me redresse, venant m’asseoir, alors que ma petite préfète favorite me rejoint. Elle me surprend, en me tendant une potion, que je devine être alcoolisée. Mon regard se fige sur son visage, alors que j’exagère mon exclamation.

- Qui êtes-vous ! Qu’avez vous fait de Charlène ?

Je profite rapidement de la soirée avec elle, mais je reste prudent. Je fais attention à elle. Je ne boirai que peu, histoire que l’un de nous puisse rattraper l’autre. Rapidement, je me rends compte que j’ai fait le bon choix. Elle boit pas mal, se lâche, et je me contente d’être là, d’apprécier le moment avec elle. Soudain, Charlène remarque quelque chose, qui en effet mérite d’être vu. Quelqu’un, semble se faufiler vers la forêt interdite. Je n’ai pas le temps de comprendre ce qu’il se passe, que je me retrouve à suivre mon amie, abandonnant nos affaires sur place. Je la suis, curieux également car je suis presque sûr que ce type, est un élève et je n’ai aucun doute sur le fait que Charlène est prête à lui grogner dessus que c’est pas bien d’être dehors alors que nous même, nous y sommes. Elle et son pas boiteux, finissent par nous conduire à l’orée des bois. Je frémis, en voyant le type que l’on suivait par terre et un lent frisson d'appréhension me balaye l’échine alors que j’entends un cri, le deuxième, de loup retentir près de nous. Je fais volte face, alors que Charlène me saisit la main. Tous deux, autant inquiets l’un que l’autre. Je ne me retourne plus vers l’homme mais je recule vers lui, plaçant Charlène dernière moi. Assez rapidement, par instinct de survie surement, je tends la main en avant, dont naissent de belles flammes. J’oriente ma paume vers là où se dirige mon regard, essayant d’identifier ce que je vois dans la nuit. Je n’ai pas besoin de voir la couleur de sa truffe, pour savoir qu’il s’agit d’un loup. Ce qui m’inquiète, c’est que généralement un loup, n’attaque pas s’il est seul et si c’est le cas, c’est surement qu’il est affamé. Voir pire, nous sommes dans la forêt interdite… Un loup garou ?

- Charlène reste… reste derrière moi. Je refuse de quitter les yeux du regard, mais je continu tout de même de parler. Hé, mon gars ça va ?

Je ne sais pas s’il s’est relevé, s’il est conscient, malheureusement je n’ai pas eu le temps d’en voir grand chose. Aussi, je m’adresse à lui dans l’espoir d’une réponse, ne quittant plus des yeux la bête qui nous toise...
Points ajoutés aux sabliers.
Chris Ferrell
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
airannée6
Membre à l'honneur
AGE RPG : 21
METIER : Préfet des aigles
ACTIVITE : 108

Mer 4 Juil 2018 - 21:37
J'étais au sol. Une douleur inimaginable me parcourait le dos entier, me clouant au sol. J'avais mal. Et j'avais de la difficulté à bouger. J'essayais de me souvenir des derniers instants, ce qui était loin d'être facile avec cette douleur. L'inconfort de ma position n'aidait pas, pour être franc; j'étais allongé, une racine me poussait dans le ventre et une autre me servait d'oreiller. J'avais une chance, cependant, j'avais évité cette roche que je sentais avec mon genou.

Après un moment placé ainsi, j'entendis une voix féminine, elle me parlait de sieste. Réellement ? J'avais bien mieux à faire. Je voulais voir ma mère, ou celle qui avait un peu pris ce rôle depuis que j'étais à Orneval... C'est après cette réflexion que je me souvins ce que je faisais là. Mais il fallait quand même que je réponde.


"Je trouvais l'endroit confortable pour dormir..."

Loin de là, mais c'était tout ce que j'avais réussi à trouver. Ce fut après ça que j'entendis un hurlement. Ça me glaçait le sang. J'essayai de me relever, chose peu facile. Tout, de mon épaule droite jusqu'au bas de mon dos, me brûlait. J'en lâchai une plainte de douleur. Ensuite, une autre voix, masculine, celle-là. Un prénom fut dit, je l'associai avec la voix féminine, puis une question qui m'étais probablement destinée.

"En pleine forme..."

La douleur devait s'entendre dans ma voix, j'avais dit ces mots en tentant, encore une fois de me relever. Cette fois, j'avais réussi, je tenais péniblement, mais je tenais debout. J'essayais de me concentrer sur deux choses : rester en équilibre et les mouvements du vent. J'avais du mal à voir ce qui m'avait attaqué, les flammes que l'autre gars avait au bout des doigts n'améliorait pas vraiment la situation, le peu de lumière qui en émanait m'empêchait de voir plus loin dans l'ombre.

J'étais moins étourdi, après quelques minutes, plus concentré, aussi. L'air environnant me donnait de plus en plus d'informations dans ses mouvements. Une chose m'effrayait réellement : la taille de l'animal.


"Tu ne penses pas vraiment à te battre contre ça, on ne survivra pas. Courez..."

Je n'attendis pas, malgré la douleur, je courus, même si une part de moi n'en avait rien à faire s'ils voulaient mourir en jouant aux héros... L'autre part, ne pouvait pas les abandonner et les laisser à leur sort. J'arrêtai pour voir si j'étais seul ou si les deux autres m'avaient suivi.
Points ajoutés aux sabliers.
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Jeu 5 Juil 2018 - 15:26

Lexique d'Orneval

Suite à l'apparition d'une créature n'apparaissant pas dans le lexique du forum, le "loup-garou" d'Orneval vient d'être ajouté aux créatures élémentaires sauvages.

Loup (terre)


A l'état naturel, le loup est une créature affiliée à l'élément de la terre. Longtemps chassé par les mages, le loup fuit les régions peuplées et préfère vivre dans les endroits boisés, loin de la civilisation. Le loup vit en meute et se sert de ses capacités élémentaires pour se défendre contre ses agresseurs. En effet, le loup est capable de générer de petites secousses à l'aide de ses pattes. Il peut repérer les vibrations de ses proies et ainsi adapter sa position.
Taille moyenne : 80 centimètres au garot.


Loup-Garou (eau)


Le loup-garou a longtemps été le centre des recherches de nombreux scientifiques. Contrairement à ce que de nombreux mythes peuvent raconter, le loup-garou n'est pas une créature à part entière. Il s'agit d'un loup possédant un gène élémentaire différent. En général, tous les loups naissent affiliés à l'élément de la terre. Il a été remarqué sur certains loups qu'un gène ne répondait pas à l'affiliation de la terre mais à celui de l'eau. Ainsi, durant la nuit de la pleine lune, le corps du loup tenterait de répondre à l'appel d'un autre élément, ce qui entraine des changements physiques importants : l'animal prend position sur ses deux pattes arrières et sa fourrure prend une couleur bleue. Lors de cette mutation, le loup-garou n'est plus en communication avec le reste de sa meute. Son corps lutte contre lui-même ce qui rend l'animal dans un état de folie.
Taille moyenne : 1 mètre 10.


code (c) black pumpkin
Charlène Arberin
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuannée6
Administrateur
AGE RPG : 20 ans
METIER : Préfète des renards & Ballsteur de l'équipe
ACTIVITE : 3357

Jeu 5 Juil 2018 - 16:53


Abel attrapa sa main avant de l'entrainer derrière lui. Charlène apprécia son instinct protecteur tout en restant à ses côtés. Elle tenta d'observer autour d'elle et s'aida très rapidement des flammes offertes par son ami pour distinguer l'ombre animale à quelques mètres d'eux. La jeune femme tenta de plisser les yeux mais la silhouette restait floue. Sans alcool, elle y verrait sûrement mieux. Charlène pris connaissance du jeune homme qui gisait à quelques mètres d'eux et admira son humour malgré la situation. Elle hocha la tête pour lui faire comprendre qu'elle l'avait entendu mais ses yeux restèrent figés sur l'animal. Qu'était-ce ? Abel ne semblait pas avoir la réponse, du moins, il ne lui avait pas clairement donné. Charlène recula de quelques pas, tenta de contourner la bête pour s'approcher du jeune homme qui semblait blessé. Malgré son courage - ou sa folie -, le jeune homme continua sur sa lancée d'humour et se releva. La jeune femme passa rapidement sa main au-dessus de son corps et senti une étrange chaleur émaner de son être. Oui, il était blessé. La jeune femme n'était pas certaine de la gravité de la situation, elle savait que l'adrénaline devait sûrement lui fournir la force de se relever mais il était certain qu'il devait se rendre à l'infirmerie. Elle continua à contourner l'animal pour atteindre le jeune homme et perdit très rapidement l'orientation. Où était la sortie ? Elle écarquilla les yeux et chercha Abel des yeux.

Charlène trouva rapidement son ami de l'autre côté de l'animal. Elle entendit le deuxième jeune homme se relever et proposer l'option de la fuite. Elle savait parfaitement que s'ils couraient tous deux dans la direction opposée à Abel, celui-ci risquait de se retrouver nez à nez avec l'animal. Elle entendit le garçon s'éloigner d'elle mais resta un court instant réfléchissant à une solution. Elle n'y voyait pas grand- chose, les flammes d'Abel n'éclairaient qu'une petite partie des bois et si elle voulait pouvoir l'aider il fallait avant tout qu'elle puisse identifier la créature. Sous cette paralysie, la jeune fille resta inerte quelques secondes. Ce fut seulement lorsque l'animal poussa un second cri strident qu'elle invoqua machinalement des flammes avant de les projeter contre l'arbre le plus proche. Elle enflamma la végétation qui entourait l'animal et cria en direction de son ami. "- Abel viens vite !" La jeune fille lui tendit sa main et l'entraîna dans les profondeurs des bois. Même si l'alcool se faisait toujours ressentir, Charlène savait parfaitement qu'elle ne courrait pas dans la bonne direction. L'académie était de l'autre côté mais s'ils tentaient de couper les bois juste devant la créature cela reviendrait à se jeter dans la gueule du loup. La préfète resta immobile quelques secondes et profita de la lumière offerte par ses flammes pour observer l'animal avant de reconnaitre sans peine un loup-garou. Même s'il s'agissait de sa première rencontre avec un tel animal nocturne, Charlène avait suffisamment étudié le sujet pour être certaine qu'elle faisait face à une mutation du loup.

"- C'est un loup-garou !" La jeune femme hurla sans se rendre compte qu'elle indiquait également sa position. Lorsqu'elle traversa le chemin, elle retrouva rapidement le jeune garçon qui s'était blessé auparavant. Elle ralentit l'allure en s'adaptant à son pas chancelant avant d'entendre un nouvel hurlement. Sa tête tourna instinctivement vers Abel qui semblait être sur ses gardes. Machinalement, elle invoqua des flammes et créa une petite source de flammes en s'aidant d'un vieux buission. Même si Abel et elle étaient capables de générer leurs propres flammes elle savait parfaitement que cela les épuiserait de puiser davantage dans leur chaleur corporelle. Une source de flammes leur permettrait de faire face à l'oppresseur et d'agir plus rapidement. Charlène se pencha sur le jeune garçon dont elle ignorait encore le nom et lança sans trop réfléchir. "- Tu peux nous aider ? Tu maîtrises quoi au juste ?" Elle leva la tête, cherchant l'animal qu'elle sentait approcher. "C'est son territoire il le connait mieux que nous. Je ne suis pas certaine que courrir serve à grand-chose." Elle lança un regard apeuré à Abel. "- On fait quoi ?" Avant qu'il n'ait le temps de répondre, Charlène senti la chaleur d'un autre corps s'approcher. Elle entendit un troisième cri et lança un jet de flammes en sa direction. S'ils voulaient s'en sortir, il fallait absolument qu'ils se battent.

Les dés:
 

Points ajoutés aux sabliers.

. . . . . . . . . . . .


Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Jeu 5 Juil 2018 - 16:53
Le membre 'Charlène Arberin' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Eléments égaux' :
Abel Degas
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuannée5
Membre
AGE RPG : 20 ans
METIER : Capitaine des renards
ACTIVITE : 24

Dim 15 Juil 2018 - 16:16

Une soirée, moins agréable que je n’aurais pu le croire. Un long frisson traverse mon dos, alors que tout se déroule bien trop vite pour moi. L’autre type m’agace un peu dans l’immédiat. Je pense que nos vies sont en danger et même si je suis le premier à rire de tout et avec tout le monde, je trouve que ses traits d’humour ne sont pas spécialement bienvenus ce soir ! Je n’ai pas le temps de réagir, que l’autre type inconnu, se relève. Je ne peux que le déduire de par le bruit de ses efforts parce que pour le moment, je suis évidemment le regard figé sur le loup qui se trouve avec nous. Soudain, le mec qui est avec nous, nous suggère de fuir et Charlène, par panique et instinct de survie surement, s’empresse de faire de même, m’entraînant dans sa course. J’ai beau essayer de garder la bête dans mon champ de vision, je la perds évidemment, lorsque je me rends compte que les deux m’entraînent dans la direction à l’opposé de la sortie des bois. J’aurais voulu protester, mais c’est trop tard. On vient de se comporter comme des proies, des proies apeurées.

- Pourquoi on a fui ?! C’est un carnivore et il a l’instinct de chasse ! On vient surement de l’excité on s’est conduits avec autant de stupidité qu’un troupeau de steaks et on s’est enfoncé dans son territoire au lieu de l’attaquer de front !

Je n’ai aucun doute sur le fait qu’on doive affronter l’animal, mais maintenant qu’on l’a perdu des yeux, on aura beau s’aider de nos aptitudes pour le trouver, ça sera toujours moins fiable qu’un bon vieux combat frontal. L’agacement peut se lire sans mal dans les traits de mon visage, alors que Charlène a créé une source de feu pour nous deux, je suis évidemment impatiente d’entendre ce que le type peut faire pour nous. D’après ce que je crois savoir, le loup-garou est un élément d’eau. Je suis en désavantage sérieux, parce que je ne possède pas de bijoux pour m’aider comme Charlène. J’espère que le mec qui est avec nous, est un élément terre ou vent, ça serait selon moi le plus efficace.

- Franchement vous n’avez pas intérêt à repartir en courant, là je vais m’énerver sinon !!

Un stresse sans nom grandit en moi. Nous sommes dans une forêt sombre. Et seul mes plus proches amis, dont Charlène sont censés être au courant de ma phobie de l’obscurité. Mes nerfs sont à vifs, mes muscles tremblent tant ils sont bandés. Heureusement, une idée me vient en tête. Je me saisis vite de l’alcool que Charlène et moi sirotions peu de temps auparavant et souris légèrement.

- Si je le vois d’assez près je vous garantis qu’il va connaître la théorie du déo et du briquet.

Sans réfléchir, je m'improvise cracheur de feu, me jetant une bonne gorgée chargée d’alcool dans la bouche et volant un peu de feu à Charlène, je me tiens droit. Mon regard parcourt l’espace qui m’entoure, alors qu’il s’approche et que sa silhouette se dessine doucement dans le noir. Crachant dans sa direction, je ne me fais pas prier pour enflammer l’alcool, priant pour que le jet atteigne sa fourrure.
HRP:
 
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Dim 15 Juil 2018 - 16:16
Le membre 'Abel Degas' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Elément dominé' :
Chris Ferrell
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
airannée6
Membre à l'honneur
AGE RPG : 21
METIER : Préfet des aigles
ACTIVITE : 108

Lun 16 Juil 2018 - 2:58
La douleur m'empêchait d'être à mon meilleur, je n'arrivais même pas à courir de façon convenable. Je n'étais pas le plus grand sportif, ce qui ne m'aidait à échapper à cette bête. Charlène, ou celle que j'avais associée à ce prénom me rattrapa bien assez vite, aussitôt suivi par son ami.

Mais une chose me restait en tête : Charlène avait nommé la créature un loup-garou. Oui, je savais ce que c'était, rien à voir avec les mythes que les humains associaient aux lycanthropes folkloriques ou à Lycaon, ce n'était qu'un loup normal, affecté d'une différence génétique comparé aux autres. La lune l'affectait. J'avais quand même peur qu'un humain se cache sous cet animal. Je ne voulais pas lui faire de mal, mais, comme dit par l'autre gars, nous ressemblions à un troupeau de steaks... L’odeur du sang – de mon sang – ne devait pas aider à calmer l’appétit de ce monstre.


"Pour vrai? C'est carnivore? Moi qui croyais qu'il m'avait confondu avec de la laitue…"

Mais ils avaient raison : il ne servait à rien de courir et de s'enfoncer plus dans cette forêt. Je ne voulais pas finir dans l'estomac de cet animal, mais je ne pouvais faire que peu, mes muscles ne me permettaient pas d'utiliser mon bras droit; pour mes jambes et mon bras gauche, j'allais devoir me concentrer davantage dans l'utilisation de la magie. Aussi, je ne répondis pas à cette question, je ne pouvais rien faire, en fait, même si je contrôlais l'air.

Je restai derrière, laissant tout l'espace aux deux autres, c'était probablement le mieux que je pusse faire. Les flammes dansaient dans les airs, obéissant aux commandements de ceux qui les contrôlaient. Dommage que le loup-garou ne réagît pas suffisamment à ces attaques, même quand l'éthanol augmentait le pouvoir des flammes de ce gars-là.


"Tu veux le flatter dans le sens du poil, peut-être? Je crois que ça aura plus d'effets sur lui."

Ce n’était peut-être pas la meilleure façon de se faire des amis, mais ça ne servait à rien, ce qu’il faisait, même les poils de l’animal résistaient à ces flammes.

Mon cœur battait la chamade et j'étais encore déstabilisé par le coup que le loup m'avait donné. J'avais l'impression que j'allais bientôt me mettre à vomir. Je me permis quand-même de fermer les deux yeux, mieux valait vomir que mourir. Je me concentrais sur ce qui se passait autour de moi, je devais percevoir les mouvements de la créature si je voulais l'atteindre et lui faire suffisamment mal et le déstabiliser. J'allais au moins devoir m'excuser, je me souciais peu d'énerver quelqu'un, en ce moment. Je me mis en courir, mais cette fois, en direction du monstre.


"Désolé, si je t'énerve..."

Je passai entre les deux, l'air me propulsant pour augmenter ma vitesse, et je sautai pour donner un bon coup, les pieds joints, sur la tête de l'animal, juste sur son museau. Le contre-coup me renvoya vers l'endroit d'où j'étais arrivé. J'espérais qu'on allait prendre cette ouverture pour l'attaquer à nouveau.
Points ajoutés aux sabliers.
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Lun 16 Juil 2018 - 2:58
Le membre 'Chris Ferrell' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Elément dominant' :
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Lun 16 Juil 2018 - 15:17

5,5/10



Loup-Garou (eau)


Le loup-garou a longtemps été le centre des recherches de nombreux scientifiques. Contrairement à ce que de nombreux mythes peuvent raconter, le loup-garou n'est pas une créature à part entière. Il s'agit d'un loup possédant un gène élémentaire différent. En général, tous les loups naissent affiliés à l'élément de la terre. Il a été remarqué sur certains loups qu'un gène ne répondait pas à l'affiliation de la terre mais à celui de l'eau. Ainsi, durant la nuit de la pleine lune, le corps du loup tenterait de répondre à l'appel d'un autre élément, ce qui entraine des changements physiques importants : l'animal prend position sur ses deux pattes arrières et sa fourrure prend une couleur bleue. Lors de cette mutation, le loup-garou n'est plus en communication avec le reste de sa meute. Son corps lutte contre lui-même ce qui rend l'animal dans un état de folie.
Taille moyenne : 1 mètre 10.


code (c) black pumpkin
Charlène Arberin
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuannée6
Administrateur
AGE RPG : 20 ans
METIER : Préfète des renards & Ballsteur de l'équipe
ACTIVITE : 3357

Dim 22 Juil 2018 - 16:40


La remarque d'Abel ne percuta pas dans l'esprit de la jeune femme. Certes la créature était carnivore et courir n'avait fait que l'agité davantage, mais auraient-ils vraiment pu rester sur place alors que le jeune homme qu'ils avaient trouvé était blessé ? Certes l'Homme restait l'une des créatures les plus intelligentes qu'il puisse exister mais dans un cas comme celui-ci Charlène savait que l'instinct de survie demeurait plus fort que la raison. S'ils courraient c'était simplement pour rester en vie. La jeune femme garda sa remarque pour elle et se contenta de soutenir le regard de son ami. D'une certaine façon, il avait raison. Elle pivota la tête pour croiser le regard du second jeune homme qui tentait malgré ses nouvelles blessures à se remettre sur pied. Après son attaque, Abel se positionna devant elle et avala une gorgée d'alcool qu'il utilisa contre la créature. La préfète admira son travail et parvint sans mal à ressentir la puissance des flammes qu'il projeta. Elle resta un long moment muette, immobile à dévisager son ami. Abel était bien plus réfléchit qu'elle. Il fallait qu'elle l'écoute si elle voulait sortir vivante de ces bois.

Alors que la jeune femme s'apprêtait à lui demander un conseil, elle senti le jeune garçon la doubler. Elle tenta de visualiser l'état de son corps et compris sans mal qu'il s'aidait de sa magie aérienne pour soulever ses membres. Tout en émettant un rapide constat sur l'inefficacité du feu contre l'animal, il se propulsa contre la créature en lui infligeant un coup de pied contre le museau. Charlène admira l'attaque et compris sans mal qu'il s'était aidé d'un courant aérien pour donner plus de puissance à son attaque. Lorsqu'il reposa le pied à terre le ventre de Charlène se noua. Le garçon s'était avancé mais demeurait seul, aux premières loges d'un combat dont l'issue semblait inévitable. Même si elle ignorait l'identité du jeune garçon et même si son élément n'avait aucun impact sur l'animal la préfète se devait de faire front à ses côtés. Abel avait raison, cela ne servait à rien de courir, il fallait que le prédateur lui-même devienne leur proie. Charlène leva les mains en direction de l'animal et créa un cercle autour de lui. Même si les flammes ne l'arrêtaient pas, elles pourraient au moins l'empêcher de courir. Si le loup restait à portée de vue, le maître de l'air pourrait lui infliger des dégâts plus facilement. La renarde invoqua suffisamment de feu autour de l'hybride pour l'inciter à rester sur place. Elle continua de réunir suffisamment de flammes et les propulsa contre l'animal en espérant pouvoir affaiblir son corps.

"- Si je réchauffe son corps, les attaques de type air auront peut-être plus d'effets ?" Elle jeta un rapide coup d'oeil vers Abel espérant obtenir son approbation. Elle était préfète et aimait veiller sur les autres. Lui demeurait capitaine, il savait guider ses troupes et calculer la meilleure tactique. Elle avait besoin de lui tout comme il aurait besoin d'elle. "- Ou alors je touche un endroit où il n'a pas de poils ..." Charlène posa une main à terre et se concentra sur les pattes de la créature. Elle réchauffa le sol et tenta de lui brûler ses deux "pieds" espérant que cela l'empêcherait de fuir.

Points ajoutés aux sabliers.

. . . . . . . . . . . .


Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Dim 22 Juil 2018 - 16:40
Le membre 'Charlène Arberin' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Eléments égaux' :
Chris Ferrell
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
airannée6
Membre à l'honneur
AGE RPG : 21
METIER : Préfet des aigles
ACTIVITE : 108

Jeu 9 Aoû 2018 - 4:37
J'atterris près de l'animal, heureusement que je l'avais déstabilisé. Évidemment, l'atterrissage éveillait un peu de douleur dans mon épaule, mais, comme sous-entendu par le renard, je devais avant tout survivre avant de me plaindre de la douleur ou je n'allais plus jamais avoir à me plaindre. Un cadavre ne se plaint de rien...

Mais je devais être fou, cinglé ou incroyablement stupide... Je voyais les flammes entourer le loup-garou, il ne pourrait probablement s'enfuir, et j'osai entrer dans ce cercle de flammes. Oui, en m'aidant de la maîtrise de l'air, je pouvais probablement sortir de là sans problème. Je me doutais que les actions du feu étaient influencées par les mages du feu et, curieusement, je sentais que je pouvais compter sur eux pour garder mes arrières. Pourtant je ne les connaissais pas, même si je croyais les avoirs déjà vu quelque part dans l'école.

J'entendais les mots que disait Charlène, sans vraiment distinguer ce qu'elle disait. Mais je voyais. Je voyais des choses plutôt étranges, en fait. L'animal se mettait à sautiller, alternant la patte qui touchait le sol à chaque fois, comme je le faisais, gamin, sur l'asphalte brûlante, en pleine canicule. Je voyais aussi quelques boules de feu tenir la bête au chaud, quoi... Ce n’était pas vraiment ce qu’il y avait de plus utile, niveau offense, mais ça la gardait distraite, au moins. Tout ça, vois la bête danser - si je puis le dire ainsi - et les flammes s'en prendre à elle l'empêchaient de garder l'équilibre.

Et je n'avais pas encore bougé, depuis que j'étais entré dans le cercle. Je me penchai, en tournant sur moi-même et étirant la jambe droite en utilisant l'énergie de l'air pour faire trébucher mon adversaire. Le loup eut à peine le temps de commencer à tomber que, à l'aide de ma jambe gauche, je me permis de sauter en tournant sur moi-même, le corps parallèle au sol, et, d'un coup de pied, avec le droit, je projetai le vent contre son torse, envoyant valser cette créature contre une grosse branche.

Je me rendis rapidement compte que le premier atterrissage avait été doux. J'avais essayé de retomber au sol sur mes deux pieds et la main gauche, j'étais toujours incapable d'utiliser mon bras droit, mais je ne réussis pas à garder mon équilibre, ma main avait glisser. En plus, j'étais droitier, ça n'aidait pas de tenter d'atterrir sur la main gauche. Je tombai, sur mon épaule blessée.


« Aaaahhh... »

Je n'avais pas pu m'en empêcher : j'avais crié. Et là, j'avais mal. Les larmes me montèrent aux yeux. Même si le loup-garou se trouvait plus loin de moi qu'après ma première attaque, je me sentais vraiment plus vulnérable, cette fois. Je voulais qu'on vienne m'aider, j'espérais que Charlène ou son ami vienne me sortir de ce mauvais pas.

Je n’avais pas vraiment le choix, cependant, je pris le temps de respirer et, toujours contre cette horrible douleur qui me traversait l’épaule, je me relevai. Et j’avais chaud. Les flammes autour de moi ne m’aidaient pas, elles réchauffaient l’air ambiant.

Points ajoutés aux sabliers.
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Jeu 9 Aoû 2018 - 4:37
Le membre 'Chris Ferrell' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Elément dominant' :
Séraphina Flynn
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Membre
AGE RPG : 39 ans
METIER : Ministre des affaires étrangères
ACTIVITE : 221

Sam 11 Aoû 2018 - 1:33

L’été était arrivé depuis quelque temps sur Orneval. Il faisait chaud, même durant la nuit. C’était parfait pour que Séraphina s’exerce à la maîtrise de l’élément supérieur. Le soleil avait beau s’être couché, la chaleur l’aiderait. La chaleur était un atout pour un maître du feu, surtout lorsqu’il s’agissait de générer de la foudre. Séraphina essayait depuis quelques temps déjà de passer à l’élément supérieur et cela pour plusieurs raisons. Il lui fallait développer ses capacités pour protéger sa famille et apporter plus de force dans les rangs des Orphelins. Et surtout, elle voulait se prouver à elle-même qu’elle en était capable, qu’elle pouvait encore progresser, bien qu’elle soit arrivée à un point où elle ne doutait plus de son statut de mage. Elle en était une, même si elle n’était pas de sang pur. La renarde n’avait plus rien à prouver ni à elle-même ni aux autres de ce côté-là. Elle était devenue avec le temps une grande mage de feu, très puissante et même la disparition de son élément, pour un temps à cause de Cole, n’y avait rien changé. Elle avait certes eu des doutes, mais avec le retour de son élément, elle avait constaté qu’elle n’avait pas perdu sa maîtrise. Ce qu’elle voulait, c’était s’améliorer et pousser l’apprentissage de son élément jusqu’à ce qu’il soit complet. C’était son côté érudit qui transparaissait dans sa volonté de vouloir maîtriser la foudre. Séraphina voulait être au sommet de ses connaissances et capacités, parce que pour elle, l’arrêt d’un apprentissage ne s’arrête que lorsqu’on meurt. Autrement, il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre sur un savoir ou une compétence. Il y a toujours quelque chose à perfectionner. L’apprentissage n’est jamais terminé et c’est ce qui en faisait la beauté à ses yeux. C’était sans fin, donc aucun risque de se lasser. A ses yeux, une personne qui arrête d’apprendre est une personne qui s’éteint. C’était peut-être une des raisons qui faisait que son coeur et son esprit étaient tombés amoureux d’un professeur. C’était pourtant à ce même professeur qu’elle cachait qu’elle s’était lancée dans l’apprentissage de la foudre. C’était pour cette raison, qu’elle avait choisi la forêt interdite en pleine nuit pour s’entraîner. De cette façon, son mari n’en saurait rien et elle ne mettrait pas sa fille en danger. Son côté imprudent et secret lui avait d’instinct soufflé la forêt interdite pour s’exercer. Cependant, la sagesse la guidait. Elle avait envoyé son dodek surveiller les environs.

Adventura vint se poser sur une branche et lui signala qu’elle avait repéré quelque chose. Séraphina reprit son sac à dos sur ses épaules et se laissa guider par son oiseau de l’air. Grâce au faisceau de sa lampe frontale, elle voyait où elle mettait les pieds. La nuit était tombée. L’éclat lunaire n’était pas suffisant pour y voir clair dans les profondeurs de la forêt. Les ténèbres y régnaient. Guidée par son oiseau et sa source de lumière, Séraphina se fraya facilement un chemin dans la forêt. Et puis, elle commençait à la connaître.

A mesure qu’elle approchait de ce qu’avait repéré son dodek, des voix lui parvinrent. Une voix attira son attention. Etait-elle celle de Chris ? Son coeur s’accéléra et elle pressa le pas, se mettant à courir, indifférente aux branchages et aux ronces qui s’accrochaient à ses vêtements, les trouant par endroit et lacéraient ses avants-bras nus.

Le spectacle s’offrant à elle la figea sur place. En quelques secondes, ses yeux balayèrent la scène. « Qu’est-ce que.. » Chris, qu’elle considérait comme son propre fils, dans un cercle de feu, généré par ce qui semblait être une élève, un loup-garou à l’autre extrémité de ce même cercle et à côté, un autre jeune, probablement un élève également. Ils étaient tous les trois en mauvaise posture avec le loup-garou ! Séraphina, comme tout ornevalois, connaissait l’existence de ces animaux sauvages. Elle savait également par un collègue du ministère que certains avaient été recensés dans la forêt interdite. Tomber nez-à-nez avec l’un d’eux n’avait pas fait partie de son plan de la nuit. Elle avait soigneusement évité leur territoire pour son entraînement. Et c’était sûrement pareil pour les élèves, qui n’avaient pas prévu une rencontre de ce type au clair de lune. D’ailleurs, que faisaient-ils dehors à cette heure avancée de la nuit ? Et plus important, que faisaient-ils dans la forêt interdite ? Et pourquoi Chris s’y trouvait ? Séraphina ne chercha pas à le savoir ni à interroger les deux autres. Ce n’était pas le moment. Ce n’était pas le moment non plus de les féliciter pour avoir réussi à maintenir le loup-garou en place, l’empêchant d’attaquer pour le moment. Sans réfléchir, Séraphina s’avança et traversa le mur de feu, qui la chatouilla simplement. Elle se plaça entre Chris et le loup-garou. « Chris, es-tu blessé ? » Tout en s’enquérant de son état de santé, elle créa des explosions mentales devant le loup. La déflagration proche du prédateur était suffisante pour le faire reculer d’un pas, l’empêchant de vouloir traverser le cercle de feu pour se jeter en avant sur ses proies ou de l’attaquer Chris et elle. Le loup pouvait toujours tenter de franchir la barrière de feu, mais pas en direction des élèves. La renarde savait qu’il fallait soit le faire fuir soit l’éliminer. Dans tous les cas, il était irresponsable de ne fournir aucune porte de sortie au loup-garou. Sans échappatoire, l’animal serait incontrôlable et tenterait le tout pour le tout, devenant alors encore plus dangereux. Séraphina, après ses explosions, sortit immédiatement de sa poche son zippo, orné d’un potentia aux couleurs des Guépards, cadeau de Dral pour son trente-neuvième anniversaire. Elle l’alluma et manipula la flamme, qu’elle intensifia et sculpta en une pseudo-forme animale. Elle envoya le leurre tourner autour de l’animal, tandis qu’Adventura se plaça au-dessus du prédateur. Séraphina concentra alors ses flammes sur les pattes de l’animal. « Visez les pattes, c’est une des façons qu’ils ont d’évacuer le trop plein de chaleur corporel. S’il n’y arrive pas, il s’épuisera. » La mage de feu focalisa son énergie et sa vision sur ses pattes. Elle sentit alors un vent fouetter son visage. Elle leva la tête et vit Adventura. Le dodek s’était mis à générer un vent sur l’animal. Trois attaques de feu et deux de l’air devraient arriver au bout de ce puissant et dangereux animal. Cependant, rien n’était joué. Le terrain n’était pas un avantage, ni la faible visibilité de la nuit, ni la condition physique des assaillants, comparée à celle du loup-garou.
Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .

Ministre, justicière, épouse, mère, mage de feu, sang mêlé ou simplement un coeur ardent qui s'embrase, fière de sa famille et rêvant d'unité au sein des mages
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Sam 11 Aoû 2018 - 1:33
Le membre 'Séraphina Flynn' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Elément dominé' :
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Dim 12 Aoû 2018 - 23:36

1/10



Loup-Garou (eau)


Le loup-garou a longtemps été le centre des recherches de nombreux scientifiques. Contrairement à ce que de nombreux mythes peuvent raconter, le loup-garou n'est pas une créature à part entière. Il s'agit d'un loup possédant un gène élémentaire différent. En général, tous les loups naissent affiliés à l'élément de la terre. Il a été remarqué sur certains loups qu'un gène ne répondait pas à l'affiliation de la terre mais à celui de l'eau. Ainsi, durant la nuit de la pleine lune, le corps du loup tenterait de répondre à l'appel d'un autre élément, ce qui entraine des changements physiques importants : l'animal prend position sur ses deux pattes arrières et sa fourrure prend une couleur bleue. Lors de cette mutation, le loup-garou n'est plus en communication avec le reste de sa meute. Son corps lutte contre lui-même ce qui rend l'animal dans un état de folie.
Taille moyenne : 1 mètre 10.


code (c) black pumpkin
Charlène Arberin
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuannée6
Administrateur
AGE RPG : 20 ans
METIER : Préfète des renards & Ballsteur de l'équipe
ACTIVITE : 3357

Lun 13 Aoû 2018 - 0:34


Charlène savait qu'elle pouvait immobiliser l'animal à elle toute seule. Abel ne donnait pas son avis et son manque de réaction éveilla chez la jeune femme un instinct primaire : la survie. Peu importe si ses prochaines attaques touchaient sa cible, il fallait sortir de cette situation ... Alors que l'apprentie du feu générait des flammes sous les pattes de la créature, elle vit que l'apprenti de l'air tentait une approche plus physique avec le loup-garou. Quel imbécile ! A quelques mètres du jeune garçon, Charlène observait le jeune homme pénétrer dans le cercle de feu. D'après la position de ses mains et celle de ses pieds, Charlène comprit très rapidement que le mage s'aidait de la magie aérienne pour passer au-dessus des flammes. Astucieux, mais dangereux ! La jeune femme déglutit. Elle aurait aimé qu'il revienne de suite vers elle. Même si l'élément de l'air restait plus efficace face à une telle créature, le garçon demeurait blessé. Ses attaques pouvaient être moins efficaces s'il se blessait ou s'il perdait connaissance ! La préfète resta muette. La bouche entre-ouverte, choquée par les actions du maître de l'air, elle resta immobile, les mains levées maintenant le feu en vie.

Lorsque le garçon généra une nouvelle attaque aérienne, le loup recula. Charlène ne pouvait réchauffer tout le sol à l'aide de sa magie. Si Abel tentait de l'aider, peut-être le pourrait-elle ... L'aigle termina son attaque - très agile et rapide - mais sa réception fut mauvaise. Charlène n'avait nullement l'intention de juger ses capacités physiques, elle savait parfaitement que le jeune homme avait été blessé quelques minutes plus tôt. Il avait donc tenté une attaque rapprochée sachant qu'il était en mauvais état ! Cela devenait trop risqué ! L'action se déroula au ralentit. L'aigle retomba lourdement sur le sol et poussa un cri de douleur. Le ventre de la préfète se noua. Avait-elle le temps d'aller le chercher ? De le ramener ? Elle n'était pas armée et Abel ne donnait plus signe de vie. Peut-être était-il allé chercher de l'aide ? Alors qu'elle réfléchissait à une nouvelle stratégie, une silhouette sortit de nulle part et s'avança droit sur l'apprenti. La préfète ne parvint à reconnaitre l'identité de la femme mais elle éteignit instinctivement toutes ses flammes lorsque celle-ci pénétra le cercle de feu.

"- Est-ce qu'il va bien ?" Charlène resta distante. Les deux mages demeuraient très près de l'animal et l'un d'eux était blessé. Sans réfléchir plus longtemps, elle s'approcha d'eux et se pencha sur le maître de l'air. Son état semblait empirer ... La préfète se mordit la lèvre et jeta un rapide coup d'oeil vers la femme qui avait rejoint leur combat. Celle-ci semblait maîtriser le feu. Elle généra une diversion ce qui fascina l'apprentie. Une très bonne idée! L'animal semblait confus. Charlène profita de l'instant pour se relever mais une puissante rafale de vent lui fit perdre l'équilibre. Derrière elle, un immense dodek générait de puissantes rafales de vent. Il ne fallut qu'un simple regard vers son ainée pour que Charlène comprenne que l'animal accompagnait la jeune femme. Celle-ci se tourna vers le loup et tout en générant une nouvelle attaque, invita Charlène à recommencer sa précédente stratégie. Si Abel ne pouvait pas l'aider, dans ce cas, elle finirait ce qu'elle avait commencé avec cette courageuse inconnue. L'intéressée plissa les yeux, déterminée à en finir avec la créature.

Charlène se mit à genoux, elle posa sa main sur le sol et généra une nouvelle fois de la chaleur. La terre devait brûler. Encore plus fort. La préfète sentait que la puissance de son aillée était bien supérieure à la sienne. Le sol dégageait une source de chaleur si forte que même à quelques mètres elle parvenait à la sentir. La jeune femme observa l'animal courir sur lui-même. Il tentait de déposer ses pattes sur le sol mais les brûlures commençaient déjà à l'immobiliser. Lorsqu'elle pensa qu'il était temps, Charlène s'aida de la chaleur accumulée dans le sol pour générer des flammes sur les pattes de l'animal en espérant qu'il prenne feu. Une fois qu'elle vit les premières flammes apparaître, la préfète se pencha sur le maître de l'air et posa sa main sur son front. Il était bien trop chaud ! Elle se mordit la lèvre, se maudissant d'avoir générée autant de chaleur. Charlène resta au-dessus du jeune homme, elle le détailla de haut en bas essayant de trouver une solution au problème. S'il était tombé avec trop de puissance, il pouvait très bien s'être brisé quelque chose. Le déplacer était donc une mauvaise idée. Plus elle attendait et plus elle voyait son corps se réchauffer. Il fallait qu'elle parvienne à le refroidir un minimum si elle voulait l'aider.

"- Attend, laisse-moi t'aider." Charlène se positionna sur lui - espérant que sa nouvelle alliée la couvrirait en cas de besoin - et se concentra sur le corps du jeune garçon. Elle posa ses mains sur ses épaules tout en ressentant la chaleur qui en émanait. Elle se concentra, visualisa la chaleur et s'en empara. En quelques secondes, elle sentit son corps se réchauffer. Bien sûr, elle avait l'habitude de tant de chaleur, mais plus les secondes passaient, plus elle sentait que cette chaleur devenait incontrôlable. Tout en aspirant la chaleur du jeune homme, Charlène s'assura que celui-ci gardait une température correcte. Elle ne voulait pas qu'il ait froid, son corps avait lui aussi besoin d'une certaine chaleur ! Lorsqu'elle comprit que le garçon semblait plus serein, elle se retira. "- Ca va mieux ? Tu arrives à te lever ? Comment te sens-tu ?" Elle jeta un rapide coup d'oeil vers la femme qui les accompagnait et reprit en se mordant la lèvre. "- T'es vraiment un abrutit, t'aurais pu te faire tuer!" Elle laissa sa phrase en suspens. "-Mais c'était courageux". Son regard se perdit dans celui de son interlocuteur mais Charlène revint rapidement à la réalité. "Où est Abel ?" Son coeur se serra et son ventre se crispa. Charlène se releva d'une façon trop rapide et sentit son corps se contracter. Son estomac lança une douleur intense identique à celle d'une brûlure. La préfète se recroquevilla sur elle-même, ouvrit la bouche et vit une flamme en sortir. Venait-elle de vomir du feu ?
Points ajoutés aux sabliers.

. . . . . . . . . . . .


Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Lun 13 Aoû 2018 - 0:34
Le membre 'Charlène Arberin' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Eléments égaux' :
Chris Ferrell
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
airannée6
Membre à l'honneur
AGE RPG : 21
METIER : Préfet des aigles
ACTIVITE : 108

Lun 13 Aoû 2018 - 4:51
Au sol, encore, l’épaule et le dos en feu, adossé contre la terre et les racines. C’était tellement confortable… Aucunement. J’avais les larmes aux yeux et j’étais immobilisé. Je devais trouver la force pour me lever. Pourtant, rien à faire, je n’arrivais pas à bouger, chaque mouvement que je tentais de faire, même bouger le pouce, ravivait la douleur. Je voulais de l’aide, mais je désespérais d’en voir arriver. Pourquoi avais-je été un imbécile qui voulait jouer au héro ? J’aurais simplement dû lui envoyer une bourrasque en pleine tronche et rester à distance. J’avais peur. Je ne voulais pas finir comme ça, et pourtant, j’avais pris un énorme risque en m’approchant.

J’essayais encore une fois, malgré la douleur, de me relevais, mais mes muscles refusaient toujours de coopérer et je retombai contre le sol. Les mouvent du vent me tenaient informé de ce qui se passait, le loup-garou devait être à maximum trois mètres de moi et je n’étais plus seul dans le cercle de flammes. Je m’attendais à ce que ce soit Charlène ou l’autre Renard qui soit venu m’aider. Je ne pensais pas être beaucoup plus en sécurité, mais si cette personne pouvait me couvrir le temps que je me relève et que j’éloigne encore l’animal jusqu’à le faire fuir j’allais être heureux. On me demanda si j’étais blessé.

On… Je reconnaissais la voix. Un soulagement s’éveilla en moi. Tout d’un coup, je savais que j’étais loin de la mort, je savais que j’allais m’en sortir. Mon ange gardien, celle qui m’avait évité de devenir fou, celle qui était, maintenant pour moi, comme une mère se tenait entre la bête et était là pour me protéger. Si j’étais content de la savoir là, j’étais quand même un peu inquiet de sa réaction quand elle allait voir mon dos. J’allais l’entendre, c’était assuré; au fond de moi-même, je savais qu’elle aurait raison de s’inquiéter, je n’avais pas eu peur pour rien.

« Ça va aller, ne t’en fais pas… »

La barrière de flammes disparut, l’air autour de moi se rafraîchissait. J’avais encore excessivement chaud. Tous se passait vite. Le vent me révéla des explosions, les mouvements de quelqu’un qui s’approchait de moi, mais ce n’était pas Séra, je savais que celle que je considérais comme une mère allait s’organiser pour que je n’aie plus rien à craindre avant de venir m’aider directement, son instinct de protection allait éloigner la menace d’abord. Pendant qu’elle tentait de tenir la bête à l’écart, j’avais peut-être une chance de pouvoir me lever…

L’air ambiant était toujours chaud, et j’avais chaud. Je n’avais, pour le moment, aucun moyen de me débarrasser de l’inconfort que j’avais, le dodo créa une rafale, Séra envoyait des flammes vers le loup-garou et Charlène chauffait la terre… Comme si je n’avais déjà pas assez chaud… Mes vêtements devenaient de plus en plus humides par ma propre transpiration. Même mes sous-vêtements devenaient énormément inconfortables tellement ils étaient trempés de sueurs, ça me collait aux fesses. Entre ça et un tour à la piscine, j’aillais être plus sec en sortant de la piscine.

Mais, encore une fois, l’animal courait sur place. Je ne le voyais malheureusement pas, mais les mouvements que je captais par les déplacements de l’air m’informaient toujours de ce qui se passait. Je visualisais mentalement cette bête agir et j’eus malgré moi un léger sourire amusé.

Et l’air subi un tel changement de température à un certain endroit. Je n’avais aucun doute, des flammes venaient de naître directement sur le sol, par cette chaleur cuisante que la terre avait. Je transpirais de plus en plus, mes chevaux me collaient au front, mon visage devait être perlé par ma sueur. Et j’étais « confortablement » allongé au sol. Je savais un peu comment devait se sentir un steak au fond de la poêle…

La renarde – parce que je ne captais plus le renard et que Séra s’occupait toujours de notre prédateur – se pencha sur moi en posant sa main contre mon front. Sa main était tellement froide. Elle devait me trouver dégueulasse dans la situation présente, le front tout trempé; si seulement ça avait été de l’eau plutôt que ce qui me faisait sentir complètement répugnant… Elle devait même s’être essuyé la main quand elle l’avait retirée. Je ne pouvais pas lui en vouloir : j’aurais fait la même chose…

Elle se positionna pour m’aider, j’ignorais ce qu’elle avait en tête, mais j’ouvris les yeux. Son visage semblait tellement inquiet. Pourquoi en faisait-elle autant alors que nous ne nous connaissions même pas. Je pouvais comprendre ce qui la poussait à agir, j’aurais la même chose, mais la vie m’avait appris à ne pas m’attendre à voir un autre faire ce que je ferais pour lui… ou elle. La Renarde posa ses mains sur mes épaules. Il fallait que ce soit les épaules, n’aurait-elle pas pu les poser sur mon torse ? Non, les épaules… Je lâchai un grognement de douleur, même mon expression faciale se tordit pour former une grimace de douleur quand elle avait posé sa main sur mon épaule droite. J’avais au moins la chance d’avoir l’épaule gauche intact.

Et cette impression de four disparaissait. Mes yeux se fermèrent de soulagement. Les mages du feu avaient ce talent pour prendre la chaleur du corps de quelqu’un. Je sentais l’air toujours être chaud, mais je n’étais plus aussi inconfortable dans cette chaleur.

« Merci… »

J’étais soulagé, alors que j’entendais ses questions. Je comprenais ses inquiétudes, j’avais agi si rapidement et si stupidement. Et j’ouvris une fois encore les yeux. Je lui souris, espérant que la jeune femme allait être soulagée par ce geste.

« Ça va aller, ça va mieux. Je peux difficilement me lever, présentement »

J’aurais, si j’avais un peu plus d’espace, mais elle me rappela à qu’elle point j’avais agi en abruti, et que j’aurais pu me faire tuer si ça s’était mal passé... Elle n’avait pas tort, en fait. Je m’attendais à voir cette phrase en rester là, pas à ce qu’elle me dise que j’étais courageux. Je n’étais pas tellement quelqu’un d’orgueilleux, mais c’était quand même agréable à entendre. Surtout de la part d’une jeune femme… Je soutenais son regard. Ça ne dura pas longtemps, elle s’inquiéta rapidement pour son ami, et je pouvais la comprendre. Je posai la main gauche sur son épaule.

« Ne t’en fais pas, on va le retrouver. »

Je ne savais pas si ça la rassurait ou non, mais je l’espérais et j’espérais aussi que le renard allait être sain et sauf. Cependant, nous devions nous assurer de notre sécurité d’abord. Pour y arriver, nous devions nous débarrasser du loup-garou.

Je me retournai vers la bête; même si Sera et son oiseau était entre elle et moi, je devais mettre fin à se combat pour qu’on puisse retrouver celui qu’on avait perdu. Je courus, aidé du vent, passai par-dessus ma bienfaitrice et suffisamment haut pour qu’elle ne puisse pas m’attraper par la cheville, atterris pour décoller, cette fois dans un saut en longueur, et envoyai encore une secousse d’air au milieu du torse de la créature.

Points ajoutés au sablier.
Premier Ministre
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Administrateur
AGE RPG : 43 ans
METIER : Premier ministre
ACTIVITE : 908

Lun 13 Aoû 2018 - 4:51
Le membre 'Chris Ferrell' a effectué l'action suivante : Lancer de dès


'Elément dominant' :
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Chris Jericho© Vs Edge
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Chris Sabin Vs Big Show
» Chris Masters 2V [dvc]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Extérieur du Château :: La Forêt-
Sauter vers: