AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue parmi nous !
Nous vous souhaitons la bienvenue ! Please
Le forum a ouvert le 21 mai 2012 kikou !
École recherche élèves !
Nous avons besoin d'élèves, n'hésitez pas non plus à regarder du côté des scenarii du staff et des membres ! In Love
Nos Postes Vacants
Les noms, prénoms, éléments, célébrités et histoires des postes vacants du staff sont négociables ! Dirigez-vous ici kikou !
Effectif
1 ♀ Air - 3 ♂ Air
3 ♀ Eau - 1 ♂ Eau
3 ♀ Terre - 0 ♂ Terre
1 ♀ Feu - 1 ♂ Feu
3 ♀ Personnel - 1 ♂ Personnel
2 ♀ Ministère - 0 ♂ Ministère
1 ♀ Ornevalois - 3 ♂ Ornevalois
13 ♀ Total - 9 ♂ Total
Rps speciaux

Partagez|

Mutuelle observation ¤ ft. Séraphina

 :: Village Orneval :: Le Ministère :: Les Bureaux Ministériels
Clarisse Donovan
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
VIP
AGE RPG : 24 ans
METIER : Assistante du ministre de la Défense et vendeuse à l'animalerie
ACTIVITE : 655
CREDITS : Avatar: Morrigan; Suite: Lizzou

Ven 13 Juil 2018 - 11:50
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Clarisse souffla légèrement en rejetant sa chevelure rousse en arrière. Devant elle, son bureau était couvert de dossiers, bien que ces derniers soient soigneusement arrangés en piles et par ordre de priorité. Beaucoup de ministres confondaient leurs assistants avec leurs secrétaires mais, la renarde avait la chance d’avoir un supérieur qui la laissait traiter certaines affaires quasiment seule. Elle frotta machinalement ses mains sur sa jupe crayon avant de se saisir de la tasse fumante de café posée près d’elle. Tout en buvant une gorgée, elle tira avec délicatesse l’un des dossiers jusqu’à elle. Le document traitait d’un groupe de Darkness opérant sur Terre et planifiant une attaque sur Orneval. L’affaire était gérée conjointement par les ministères des Affaires Etrangères et de la Défense. La manipulatrice du feu attendait donc l’arrivée imminente de Séraphina Flynn, afin d’établir un plan de réponse face à cette nouvelle menace.

Séraphina Flynn. Depuis son arrivée au ministère, presque deux ans plus tôt, la Fire n’avait croisé que rarement la ministre des Affaires étrangères. Elles avaient échangé des banalités, en particulier lorsque Séraphina venait travailler dans les bureaux de la Défense avec le supérieur de Clarisse, mais sans faire plus ample connaissance. La rousse avait soigneusement dissimulé son admiration pour celle qu’elle avait connue comme Séraphina Rivera, ballsteuse d’une célèbre équipe de Draguaball. Plus jeune, l’enfant unique des Donovan avait un poster de la capitaine des Guépards ornant les murs de sa chambre. La joueuse avait toujours été un modèle pour la demoiselle qui avait suivi ses traces en participant aux essais pour l’équipe des renards à Eroda. C’était grâce à Séraphina que la Fire avait été ballsteuse puis capitaine de l’équipe de sa maison pendant toute la fin de sa scolarité.

Elle se rappelait encore de sa déception et même de ses larmes lorsque la future ministre s’était retirée du milieu sportif. La Fire avait néanmoins gardé un œil sur son idole, apprenant son mariage avec le directeur de l’Académie puis son ascension au ministère. La rousse avait une nouvelle fois fini par suivre cette voie à son tour. La renarde connaissait donc bien sa collègue, mais ce n’était probablement pas réciproque pour cette dernière. Clarisse craignait que, comme beaucoup, elle s’arrête à son nom de famille et la juge pour son ascendance. La jeune femme avait appris à ignorer l’opinion des autres mais elle risquait d’être vraiment déçue si cela venait de son modèle.

Tout en prenant une inspiration, l’assistante mit de l’ordre sur son bureau, ne gardant que le nécessaire pour traiter cette affaire. La ministre n’allait certainement plus tarder. Quelques secondes plus tard, on frappa à la porte et Clarisse se leva prestement. Elle lissa une nouvelle fois sa jupe, avant d’ouvrir à sa collègue. Séraphina avait accepté de faire le déplacement et n’avait pas imposé un lieu de rendez-vous à la jeune fille. Avec un léger sourire, la Fire fit entrer la femme et lui serra la main. Les deux renardes allaient se trouver en tête-à-tête sur ce cas puisque le ministre de la Défense n’était pas au bureau aujourd’hui.

« Bonjour Madame, entrez je vous en prie. »

La rousse fit signe à sa supérieure de s’asseoir, cherchant à éviter tout impair. Avant d’entrer dans le vif du sujet, elle prit le temps de proposer un café à Séraphina, essayant de dissimuler le stress qui la rongeait.

. . . . . . . . . . . .

❝ Clarisse Donovan,
girl in the middle❞
 
I'm not the only one who finds it hard to understand. I'm not afraid of God, I'm afraid of Man.
Couleur :  #DC143C ~ Avatar: Morrigan ~ Suite: by Lizzou
× BY LIZZOU
Séraphina Flynn
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
Animateur
AGE RPG : 40 ans
METIER : Ministre des affaires étrangères
ACTIVITE : 399
CREDITS : Le Regard (avatar), 2981 12289 0 (code signature)

Jeu 2 Aoû 2018 - 18:10
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un énième dossier vint s’empiler sur la pile qui menaçait de s’écrouler. Les autres piles n’avaient pas fière allure non plus. Le bureau de Séraphina était jonché de dossiers entassés les uns sur les autres, de papiers, de cartes, de fiches sur des individus Darkness, de fournitures de bureau et autres affaires diverses. Ses deux écrans d’ordinateur prenaient de la place parmi ce fouillis. Ce n’était pourtant rien comparé à son sous main rigide vert, que son clavier recouvrait en partie. Il fallait d’ailleurs deviner sa couleur et ses bordures dorées ministérielles, puisqu’un bon nombre de papiers le recouvrait et cachait son ornement. Malgré cette pagaille, Séraphina s’y retrouvait toujours. C’était son bazar organisé. Bien que bordélique, elle savait faire preuve d’exigence et se montrer perfectionniste, faisant qu’elle rendait toujours à l’heure ses dossiers et qu’ils étaient toujours complets.

Sa montre gousset sonna. Séraphina la sortit de la poche de son pantalon bleu. Il était l’heure d’aller à son rendez-vous. Elle retira le crayon de son chignon, qu’elle rangea dans le tourniquet adéquate. Elle ne garderait que son chignon impeccablement réalisé avec des mèches encadrant son visage, la rendant tout de suite professionnelle, mais cassant le côté sévère et stricte, la rendant d’une certaine manière accessible. La ministre des affaires étrangère attrapa sa veste bleue, qu’elle enfila sur son débardeur de couleur nacre, afin de compléter son tailleur en lin. Elle avait pour habitude d’ôter sa veste lorsqu’elle travaillait et de la remettre lorsqu’elle allait voir les autres services ou pour les réunions. Une fois ses dossiers en mains, elle sortit de son bureau, qu’elle ferma. Elle prit la direction de celui de Clarisse Donovan, l’assistante du ministre de la Défense. Il avait été convenu qu’elles travailleraient ensemble sur un dossier. Séraphina en était à l’origine et le menait avec ferveur. Un groupe de mages nomades illégaux avaient été repérés à quelques kilomètres d’Orneval. Leurs intentions n’étaient pas clairement établies, mais il y avait un risque qu’ils complotent contre Orneval et décident d’attaquer la ville. C’était donc une menace qui concernait autant le ministère de la Défense que celui des Affaires étrangères. Clarisse, une jeune assistante embauchée il y a deux ans, avait été assignée sur l’affaire par son ministère. Séraphina était ravie de travailler avec elle. Le dossier exigeait de la rigueur, de l’implication et de l’acharnement. Elle avait pu constater au cours des quelques séances de travail en commun avec son ministère et celui de la Défense, que Clarisse était une assistante assidue et sérieuse. Séraphina la voyait sans problème évoluer dans sa carrière.

Sur le chemin menant au bureau de la rouquine, Séraphina songea également à la raison officieuse de leur collaboration. C’était un moyen comme un autre d’étudier le cas Donovan. Il s’agissait de savoir de quel camp elle était. Etait-elle neutre, érodienne ou une Darkness ? La justicière avait déjà fait ses recherches sur le pedigree de la jeune ministérielle. Elle avait réussi à subtiliser le dossier de Clarisse au service des ressources humaines. Sur son dossier, il était inscrit l’affiliation de son père au Darkness et une scolarité exemplaire à Eroda, si ce n’est ses problèmes de colère et son côté solitaire à ses débuts. Cependant, son dossier mentionnait qu’elle était devenue une ballsteuse de l’équipe des renards d’Eroda. Séraphina avait ainsi relevé qu’elle avait réussi à passer outre la solitude, puisque ce sport est avant tout un sport d’équipe et encore plus à ce poste. Séraphina le savait bien puisqu’elle avait été ballsteuse professionnelle pendant sept ans. Elle avait aussi soulevé que Clarisse était même devenue capitaine de son équipe. Ce qui l’avait surtout intéressé était la ligne qui faisait mention que Clarisse avait fait partie des défenseurs de l'académie lors de l'attaque des Darkness. Aucun doute, Clarisse Donovan était une jeune femme prometteuse et pleine de surprise, qui méritait toute son attention.

Devant la porte en bois massif commune à tous les bureaux, Séraphina toqua. Clarisse lui ouvrit en personne et la fit entrer tout en lui serrant la main. La ministre lui sourit et répondit à son échange de politesse. « Bonjour Clarisse, merci bien. » Si la ministre avait opté pour le prénom, ce n’était en rien pour lui faire comprendre la hiérarchie et lui montrer qu’elle lui était supérieure. C’était plutôt une preuve d’amabilité. Son ton n’était pas froid et cassant mais doux et chaleureux. D’ailleurs, elle se permit de plaisanter, tout en étant sincère, afin d’instaurer un climat agréable et propice à un bon travail d‘équipe. « Je vois que vous avez un bureau impeccablement rangé. Je vous félicite de pouvoir le garder en l’état. Ce n’est pas le cas du mien. » Elle avait conclu sa phrase en rigolant. Séraphina avait remarqué le bureau minimaliste et fonctionnel de Clarisse, contrastant grandement au capharnaüm du sien. La mage de feu ignorait si c’était l’état naturel du bureau ou si c’était uniquement pour faire bonne impression. Après tout, en travaillant depuis plus de dix ans au ministère, Séraphina avait vite compris qu’en fonction de l’image renvoyée, l’interlocuteur la considérait d’une façon différente. Ce n’était pas pour rien que ses tenues, coiffures et maquillages étaient toujours très professionnels. Il n’y avait qu’au sein de l’intimité de son bureau qu’elle se laissait aller, se permettant la fantaisie d’utiliser ses cheveux bruns pour porter ses crayons et les avoir facilement à portée de main, ou d’ôter sa veste pour être à l’aise et travailler, allant jusqu’à retirer ses talons et apprécier la douceur de la moquette sur ses plantes de pieds nues.

Assise sur un fauteuil en face de Clarisse, Séraphina la remercia pour le café qu’elle accepta. Tandis que la jeune assistante le lui versait, Séraphina la détailla. Elle n’avait pas oublié sa facette d’Orpheline. Séraphina prenait très à coeur sa mission, qui pour l’heure était de surveiller les potentiels Darkness du ministère. Erudite, elle s’était documentée. La phase de recherche étant close, il restait à faire la part des choses. Ce trait de sa personnalité, elle était bien décidé à la mettre en action envers l’assistante du ministre de la Défense.

Une fois son café servi et une première gorgée avalée, elles se mirent au travail. « Je pense que nous devrions nous concentrer sur les potentielles failles de sécurité, qui permettraient une entrée des illégaux à Orneval, hors de notre champ d’opération. Mes informations montrent que le groupe repéré... » Tout en parlant, elle sortit une carte topographique de son dossier. « se trouve dans ce secteur. » Elle lui désigna le cercle rouge. « Ces secteurs sont actuellement évalués par une équipe de votre ministère. » Elle lui désigna les carrés jaunes en pointillés sur les zones correspondantes. « Il faudrait également voir les stratégies de défense déjà en place, voir celles insuffisantes et finir par voir lesquelles sont encore à mettre en place. » Les grandes lignes du dossier étaient lancées. Séraphina but une autre gorgée de son café, puis regarda Clarisse dans les yeux. Il était temps d’attaquer le travail. « Comme nous sommes que deux, vu les effectifs employés ailleurs, autant travailler conjointement, plutôt que chacune de notre côté. Autrement les notes de services et une réunion hebdomadaire seraient plus utiles que de nous retrouver dans votre bureau. Bien. Vous préférez que nous commencions par nous occuper des secteurs en cours d’analyse de votre ministère, donc les carrés jaunes, ou de celui déjà analysé positivement comme menaçant, soit le rond rouge ? »

Points ajoutés aux sabliers.

. . . . . . . . . . . .

Ministre, justicière, épouse, mère, mage de feu, sang mêlé ou simplement un coeur ardent qui s'embrase, fière de sa famille et rêvant d'unité au sein des mages
Clarisse Donovan
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
feuadulte
VIP
AGE RPG : 24 ans
METIER : Assistante du ministre de la Défense et vendeuse à l'animalerie
ACTIVITE : 655
CREDITS : Avatar: Morrigan; Suite: Lizzou

Dim 28 Oct 2018 - 18:58
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


« Bonjour Clarisse, merci bien. »

Clarisse fit un pas en arrière dans la pièce, laissant la voie libre à Séraphina. La jeune femme se permit de rire légèrement à la remarque de la brune concernant l’état de son bureau. Elle ne lui répondit pas, ne voulant pas faire durer la plaisanterie plus que nécessaire. Cela n’empêcha pourtant pas la demoiselle de songer qu’il était plus facile de maintenir un bureau d’assistant bien rangé, sa charge de travail, et donc son nombre de dossiers en cours, étant beaucoup plus réduits que ceux d’un ministre. La Fire se dirigea vers un meuble bas, appuyé contre le mur droit de la pièce. Elle se saisit de la cafetière encore fumante et servie une tasse généreuse à la ministre, entendant en arrière-plan celle-ci prendre place dans le fauteuil qui faisait face à son bureau.

La rousse profita de sa posture, dos à son interlocutrice pour prendre une dernière grande inspiration avant de se mettre au travail. Elle refusait de se laisser déstabiliser par l’admiration qu’elle portait à sa collègue. La jeune femme savait que cette affaire était d’une importance primordiale et elle comptait la traiter avec efficacité et concentration. Entrant finalement dans une véritable posture de travail, elle se tourna et déposa la tasse sur le bureau en bois, du côté de l’ancienne joueuse des Guépards. Avec un léger sourire, l’assistante s’empressa ensuite de contourner le meuble et de rejoindre sa place. Par précaution, elle repoussa sa propre tasse de café loin des documents importants qui allaient servir de support à l’entretien des deux femmes.

La renarde ouvrit le dossier qu’elles allaient étudier et étala les différentes feuilles devant elle, afin d’adopter une vue d’ensemble de la situation. Elle écouta avec attention les paroles de Séraphina hochant la tête de temps à autre en signe de compréhension et d’assentiment. La demoiselle s’intéressa particulièrement à la carte déroulée par la ministre, détaillant les zones colorées de son regard azur. Elle leva les yeux en entendant la question finale de son interlocutrice. La renarde prit le temps de la réflexion, ne se précipitant pas pour répondre. Après quelques secondes, elle plongea finalement ses prunelles dans celles de Séraphina, répondant avec prudence.

« Et bien, il me semble plus urgent de commencer par la menace avérée. Le cercle rouge, donc. Qu’en dites-vous ? »

Clarisse ne se méprenait pas. Il n’y avait pas une bonne ou une mauvaise réponse à cette question. Elle n’était plus à Eroda. A présent, toute affirmation était soumise à débat et méritait d’être nuancée. Elle ne pouvait plus se permettre de voir le monde en noir et blanc. Elle devait s’ouvrir à toutes les nuances de gris possibles et imaginables. Les deux femmes allaient devoir aborder toutes les zones, rouges comme jaunes. Néanmoins, les espaces jaunes étaient en cours d’analyse, et les informations et résultats finaux pouvaient mettre du temps à arriver. Des minutes, des heures ou peut-être même des jours. Séraphina et elle étaient réunies pour établir un plan de réponse à cette menace et il valait mieux le construire sur des certitudes plutôt que sur des suppositions.

Poursuivant son propos, la rouquine désigna l’espace rouge dont elle parlait du doigt.

« Comme vous le savez certainement, le mode de défense principal limitant les entrées illégales à Orneval est un ensemble de patrouilles effectuées par des agents de la Défense, de part et d’autre de la barrière qui dissimule la ville aux humains. »

Afin d’appuyer son propos, la Fire vint tracer l’arc de cercle noir qui représentait la fameuse barrière de protection avec l’extrémité de son index.

« Ce groupe de Darkness nous a été signalé récemment, mais on peut supposer qu’ils évoluent dans les environs d’Orneval depuis une période de temps non négligeable. Cela leur a laissé le loisir d’analyser la fréquence et la position des patrouilles et donc de rechercher une faille. »

L’assistante prit une légère inspiration tout en s’appuyant dans son fauteuil. Il était toujours difficile d’admettre qu’il y avait une faiblesse ou une faille dans un système de défense mais c’était le meilleur moyen de combler celle-ci. Des états entiers étaient tombés à cause de dirigeants trop arrogants qui refusaient d’admettre qu’ils n’étaient pas infaillibles. La demoiselle souhaitait éviter cette erreur, à son humble échelle. Elle pinça légèrement les lèvres tout en reprenant.

« La solution la plus radicale et brute serait d’augmenter les effectifs des patrouilles à un point tel qu’un passage devienne impossible. Mais vu les évènements qui ont eu lieu en ville, impliquant des Darkness et des sang-mêlés, tous les agents de sécurité qui se trouvent à Orneval doivent y rester. »

La jeune femme baissa légèrement les yeux. Dernièrement, la population avait globalement perdu confiance dans la capacité du ministère à la défendre contre diverses menaces. C’était frustrant pour la Fire qui avait rejoint le gouvernement par conviction. Elle pensait réellement que son poste allait lui permettre de participer activement à la protection de ses concitoyens. Mais l’inefficacité du ministère était telle que des justiciers, indépendants ou organisés, semblaient émerger en ville. Clarisse ne ressentait que de l’amertume face à cette situation.

Elle avait souvent entendu que le ministère contenait trop de Darkness infiltrés et que cela allait le conduire à sa chute. Ainsi, peu importe à quel point elle s’impliquerait il y aurait toujours un infiltré ou une bureaucratie trop lente et limitée pour l’empêcher d’être utile et efficace. Cette simple pensée la faisait bouillonner. Mais la renarde refusait d’abandonner. Elle continuerait à faire de son mieux et à ouvrir l’œil, jusqu’à ce que le ministère retrouve sa stature d’antan. Elle était déterminée à se rendre aussi utile que possible.

La Fire revint à la conversation qui l’intéressait en espérant ne pas être restée dans ses pensées trop longtemps. Gênée de s’être laissée distraire par ce sujet qui lui tenait tant à cœur, elle se racla la gorge avant de s’exprimer de nouveau.

« Je pense que notre priorité est d’analyser le profil de ce groupe de Darkness. Plus nous en saurons sur eux plus nous pourrons établir une réponse efficace sans avoir à augmenter les effectifs consacrés à cette mission. Tout peut nous servir : leurs objectifs, leurs histoires respectives… Le moindre détail peut être décisif. »

L’assistante leva un regard interrogateur et un peu inquiet vers la ministre. Prise dans son discours, elle avait monopolisé la parole et oublié qu’elle faisait face à une supérieure hiérarchique. La demoiselle avait affiché une opinion très tranchée et avait peu sollicité l’avis de Séraphina. Cela risquait de lui déplaire. La renarde prit le temps de souffler avant de conclure.

« Hum, nous pourrions peut-être commencer par les informations que les Affaires étrangères ont acquises sur eux durant leur temps sur Terre. Puis les croiser avec les dossiers des Darkness identifiés par la Défense. Rechercher des correspondances.  Si cela vous convient, bien sûr…»

La rousse se tut, peu rassurée. Elle n’avait pas honte de l’initiative qu’elle avait proposée, loin de là. Elle savait qu’elle avait suggéré une démarche fonctionnelle qui aboutirait certainement à des résultats fiables. Mais il y avait beaucoup d’autres méthodes pour aborder cette situation et Séraphina préférerait peut-être un autre angle d’approche. Dans ce cas, l’assurance de la renarde dans ses propos pouvait avoir irrité l’ancienne joueuse des Guépards.

Tout en parlant, Clarisse avait totalement oublié qu’elle faisait face à son idole, trop prise par son désir de bien faire. A présent, elle craignait d’avoir renvoyé une mauvaise image d’elle à la femme qu’elle admirait depuis si longtemps. Ses mots pouvaient l’avoir faite paraître trop sûre d’elle, hautaine et trop ambitieuse. Autant de traits que la rouquine pensait, et espérait, ne pas posséder. La jeune fille avait beau être plutôt satisfaite de sa proposition, elle gardait néanmoins la désagréable impression que cet échange était parti du mauvais pied dès qu’elle s’était lancée dans un long discours au lieu d’offrir une simple suggestion.
Points ajoutés aux sabliers

. . . . . . . . . . . .

❝ Clarisse Donovan,
girl in the middle❞
 
I'm not the only one who finds it hard to understand. I'm not afraid of God, I'm afraid of Man.
Couleur :  #DC143C ~ Avatar: Morrigan ~ Suite: by Lizzou
× BY LIZZOU
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Observation [libre]
» Mission Observation.
» Pour vous, le Haki de l'Observation, c'est quoi ?
» Opération de Joël
» Début de soirée en milieu hostile ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Village Orneval :: Le Ministère :: Les Bureaux Ministériels-
Sauter vers: