AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue parmi nous !
Nous vous souhaitons la bienvenue ! Please
Le forum a ouvert le 21 mai 2012 kikou !
École recherche élèves !
Nous avons besoin d'élèves, n'hésitez pas non plus à regarder du côté des scenarii du staff et des membres ! In Love
Nos Postes Vacants
Les noms, prénoms, éléments, célébrités et histoires des postes vacants du staff sont négociables ! Dirigez-vous ici kikou !
Effectif
1 ♀ Air - 3 ♂ Air
3 ♀ Eau - 2 ♂ Eau
3 ♀ Terre - 0 ♂ Terre
1 ♀ Feu - 1 ♂ Feu
3 ♀ Personnel - 2 ♂ Personnel
2 ♀ Ministère - 0 ♂ Ministère
0 ♀ Ornevalois - 3 ♂ Ornevalois
13 ♀ Total - 11 ♂ Total
Rps speciaux

Partagez|

Finish It [Magda & Kallié]

 :: L'Extérieur du Château :: La Forêt :: Tanière des Darkness
Magda Sully
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreadulte
AGE RPG : 29 ans
METIER : Directrice des cerfs, professeure de la terre (actuellement hors fonction)
ACTIVITE : 8
CREDITS : Shiya

Sam 11 Aoû 2018 - 15:44

La chaleur était étouffante. L'espace confiné glacial en hiver était devenu une véritable fournaise en plein mois d'août. L'ombre de la forêt n'y changeait pourtant pas grand chose : la chaleur tombante depuis la cime des arbres écrasait littéralement la bâtisse qu'elle abritait. L'humidité retenue par les feuillages rendait l'atmosphère encore moins supportable.

Magda fut prise d'un spasme qui l'éveilla plutôt violemment. La douleur se répandit instantanément dans ses muscles, et elle se recroquevilla sur elle-même, en position foetale pour contenir un gémissement rauque à cause de sa gorge sèche. Elle tenta de décoller ses paupières mais du s'y prendre plus lentement que prévu, les rayons du soleil filtrant par la petite fenêtre venant se concentrer juste sur son corps prostré. Elle cligna plusieurs fois des yeux, la mise au point se faisant doucement mais sûrement sur les grains de poussières illuminés comme en apesanteur au-dessus d'elle. Laissant sa main glisser sur le sol, elle la ramena jusqu'à son visage pour en dégager les cheveux emmêlés, sales et courts qui gênaient sa vue. Elle passa également sa mains sur ses yeux pour se protéger d'un éventuel vertige alors qu'elle se redressait sur son séant.

Elle s'étira précautionneusement. Elle ne savait pas combien de temps elle était restée inconsciente. Non, elle n'avait pas dormi. Elle y parvenait la plupart du temps, sauf quand un groupe de Darkness de passage en manque avait besoin d'exprimer sa violence sur quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. Elle souleva doucement son t-shirt parsemé de tâches diverses, poussière, terre, et sang séché. Sur son ventre s'étirait un hématome noir depuis sa hanche gauche jusqu'à son sternum. Elle déglutit à sa vue, et décida qu'elle allait arrêter l'inspection à cette première étape. Courbaturée, elle rassembla ses forces pour se lever. Son corps dangereusement maigre semblait sur le point de se briser au moindre choc. Elle frotta ses mains osseuses pour se débarrasser de la poussière, frotta un peu ses vêtements, puis son visage. Elle s'étira à nouveau, puis entreprit son exercice quotidien musculaire qu'elle s'obligeait à pratiquer afin déjà de ne pas se laisser abattre, mais aussi pour pouvoir se défendre un minimum à la moindre occasion. Jusqu'ici, ça lui avait surtout permis d'encaisser les coups un peu mieux.

Une fois cette étape difficilement franchie vu son état, elle se dirigea vers le seau rempli d'eau à sa disposition pour se rincer le visage. Elle humidifia ses cheveux afin de résister à la chaleur ambiante, mais il lui semblait que son corps tout entier était moite à cause de l'humidité. Elle aperçut un bref instant son reflet dans l'eau, mais détourna rapidement le regard. Elle ne reconnaissait plus depuis longtemps ce visage à la peau diaphane, émacié aux joues creuses. Une marque de sang séché dépassait de ses cheveux, et elle se gratta frénétiquement sans enlever grand chose. Encore un nouveau souvenir laissé par ses derniers visiteurs. Ses cheveux autrefois longs et soyeux étaient à présent très courts, mesurant à peine quelques centimètres (elle ne se souvenait plus comment c'était arrivé, s'ils s'étaient cassés d'eux-même où si quelqu'un les lui avait coupés), décoiffés et sales. A cause du manque de lumière, ils avaient également perdu leur couleur d'origine, prenant des teintes cendrées grisâtres. Elle serait incapable de dire depuis combien de temps elle était là, sûrement plusieurs mois, même plusieurs années. Peut-être deux ou trois ans. En tout cas suffisamment longtemps pour savoir qu'elle ne pouvait plus compter que sur elle-même pour espérer un jour pouvoir se tirer d'ici.

Elle était maintenue dans une pièce minuscule, très sombre, dotée d'une minuscule fenêtre en hauteur où le soleil ne parvenait à passer que quelques minutes par jour, et uniquement en été. Seul cet indice et la température approximative permettait de lui indiquer à quel moment dans l'année ils étaient, ou depuis combien de temps elle était à présent en captivité. La pièce était munie d'une petite porte en bois massif, qui donnait sur une pièce adjacente qu'elle n'avait jamais vraiment aperçue, sauf quand des Darkness venaient parfois lui rendre une visite plus ou moins agréable. La porte ne devait pas être bien solide, mais suffisante pour résister à sa simple force physique.

Quant à son élément, la Terre, il n'en restait plus de trace chez elle depuis plusieurs mois à présent. Les Darkness avait fait leur possible pour la priver de son pouvoir dès le début de sa captivité, et il ne leur était même plus nécessaire à présent de laisser des barrières autour de sa cellule pour la priver de son pouvoir. Les seules dernières fois où elle était parvenue à produire quelque chose, il n'en naquit que de courtes racines rachitiques se faufilant difficilement depuis la fenêtre de sa cellule. Depuis, sa faiblesse physique ne lui avait pas permis de retrouver une once de son pouvoir en elle. Elle avait même renoncé à essayer de produire quelque chose.

Une fois rafraîchie par l'eau, elle alla se laisser glisser contre un mur en position assise, et attendit. A présent qu'elle était réveillée, quelqu'un n'allait sûrement pas tarder à lui rendre visite. Lorsque ce moment arriva, elle était en train de somnoler de nouveau à cause de la chaleur et de sa blessure au crâne. C'était à se demander comment elle avait pu tenir jusqu'ici. Le bruit de la serrure l'éveilla en sursaut, et par réflexe, elle alla se tasser dans un coin de la pièce, debout, prête à parer les coups si jamais ils venaient.
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreannée2
Administrateur
AGE RPG : 17 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 252
CREDITS : Art Acide

Sam 11 Aoû 2018 - 15:57


Kallié ne réfléchissait plus. Elle avait horreur de ça. Depuis sa rentrée à l'académie Éroda, sa vie avait changé, sa vie n'était plus la même. Elle n'avait plus aucun sens. Kallié aimait la magie plus que tout, elle avait attendu ses 16 ans impatiemment car elle avait toujours voulu devenir un mage exceptionnel. Aujourd'hui elle avait l'impression que c'était cette magie qui lui détruisait doucement sa vie. Avant qu'elle entre à l'académie Éroda, elle passait la plupart de son temps à s'entrainer avec Azarel, ses deux frères et sa soeur d'arme. Elle regrettait beaucoup ce temps où Azarel les félicitait avec amour. Kallié retrouvait en lui un père, le père qu'elle n'avait jamais eu. Quelques jours avant sa 16 ème année, quand elle découvrit qu'elle maîtrisait l'élément de la terre, ce fut à la fois pour elle, une grande réjouissante et une immense déception. Azarel était un maître de l'eau, toute sa vie elle s'était persuadée qu'elle maîtriserait l'eau comme lui et qu'ainsi, il serait plus proche d'elle des autres enfants alphas. Mais ce ne fut pas le cas, l'élément de la terre l'éloignait de son paternel.

Kallié savait qu'Azarel s'éloignait doucement d'elle. D'autant plus qu'il lui avait proposé de connaître le nom de son véritable paternel, ce qui lui avait une fois de plus fait comprendre qu'il ne la considérait pas comme sa fille. Elle ne savait plus qu'en penser. Même ses frères et sa sœur s'étaient éloignés. Certes ils avaient été élevés ensemble, ils suivaient une mission commune, mais ils avaient tous un élément différent et cela les distançait. Kallié passait ses nuits, seule, dans un dortoir qu'elle ne connaissait pas, avec des étrangers, des sangs mêlés … Elle avait attendu toute sa vie que sa magie vienne à elle et aujourd'hui, elle le regrettait. Maintenant qu'elle et les autres alpha connaissaient enfin la magie élémentaire, maintenant qu'ils maîtrisaient tous un élément différent, ils perdaient leur objectif. Ils ne s'entraînaient plus comme avant, Kallié voyait bien que la solidarité qui avait autrefois existé entre les quatre compagnons se transformait aujourd'hui en une compétition. Chacun savait que son élément avait un avantage sur l'autre, chacun voulait montrer de quoi il était capable, montrer qu'il en connaissait davantage … Mais ce n'était pas ce que Kallié désirait. Elle voulait une famille et cette famille lui échappait.

L'adolescente avait trouvé refuge dans une pièce isolée de la tanière des darkness. Il s'agissait d'une cellule dans laquelle on enfermait les quelques prisonniers, ennemis des mages noirs. Elle était composée de peu de choses ce qui limitait ainsi le champ d'action des prisonniers mages. Et c'était également pourquoi Kallié voulait s'y entrainer. Elle maîtrisait la terre et le sol même de la pièce était constituée d'une terre plutôt sèche, peu maniable qui rendait plus difficile la maîtrise de l'élément. En levant la main face au sol, Kallié parvenait à ouvrir un trou, elle arrivait à la rendre moins solide et à lui donner une autre forme. Avec de la concentration, elle arrivait également à générer un léger tremblement, mais des darkness l'avaient repris à plusieurs reprises, disant qu'elle pouvait ainsi menacer l'effondrement de la tanière. La terre, à l'état brute, à l'état naturel ne lui posait aucune difficulté. Selon Azarel, elle avait un niveau tout à fait correct, satisfaisant pour une élève de son âge. Mais pour Kallié, le terme "correct" que son mentor avait employé ne lui suffisait guère, d'autant plus que ce qui la dérangeait le plus, c'était la maîtrise des végétaux.

En effet, comme la maîtrise de l'eau qui inclut plusieurs états, la terre elle est composée de deux aspects. La terre brute et les végétaux. Kallié parvenait sans mal à contrôler la terre, pourtant dès qu'elle tentait de générer une fleur, une ronce, celui-ci mourrait aussitôt. Elle avait longtemps hésité à demander de l'aide à une personne qui maîtrisait son élément, mais elle savait qu'Azarel n'apprécierait pas qu'elle se penche vers un autre mage noir et à l'académie, elle était incapable de se fier à qui que ce soit. Elle avait donc passé le début sa matinée à tenter de générer des végétaux qui mouraient instantanément. Elle ne cessait de réessayer tout en se préservant des jugements des autres mages, mais rien n'y faisait. Chaque échec lui rappelait combien elle était seule, qu'Azarel ne pouvait l'aider et que son vrai père était là, quelque part autour d'elle. Cela lui rappelait qu'on l'avait abandonné à sa naissance même, qu'après tout, si son père n'en avait pas voulu c'était sûrement parce qu'elle était faible …

Deux personnes entrèrent violemment dans la cellule et balancèrent un prisonnier qui vint s'éclater contre le mur. L'un attrapa la jeune fille par le bras et la fit brutalement voler jusqu'à l'extérieur de la pièce. Il interrogea rapidement la jeune fille quant à sa présence dans une cellule et quand celle-ci tenta de lui expliquer la raison de son entraînement dans une pièce où la terre est moins facile à manipuler, celui-ci ouvrit la porte de la cellule adjacente - bien que celle-ci était verrouillée - et l'envoya au centre de la pièce sans refermer la porte derrière lui.

« - Ne te demande pas pourquoi t'es parents n'ont pas voulu de toi si t'es incapable de maîtriser ton élément ! »

Kallié lui envoya un caillou sur son visage ce qui lui fit pousser un grognement. Elle se précipita alors vers la porte qu'elle referma brusquement en soulevant un peu de terre pour bloquer celle-ci afin que personne ne puisse y entrer. Kallié savait que le plan Alpha créé par Azarel n'avait pas été accepté par l'ensemble des mages noirs, mais en tant que sang pur, elle appréciait tout de même qu'on ait un minimum de respect envers elle. Elle se laissa alors tomber à genoux sans vérifier les conditions de la salle et tenta une nouvelle fois de générer une plante. Sans succès. C'est alors qu'un bruit de respiration la fit revenir à elle. Elle sauta sur ses pieds, l'air menaçant et foudroya l'étrangère du regard. Elle savait qu'elle n'avait pas le droit de parler avec les prisonniers, ni même d'être dans leur cellule. Azarel lui avait expliqué que ces prisonniers étaient tous une menace pour les mages noirs et qu'ils étaient dangereux. Kallié tourna le dos à la personne qui occupait la pièce, elle allait sortir de la cellule quand ses voix intérieures l'interrompirent.

HIPPOLYTE – Tu pourrais la tuer toi-même. Après tout, si elle est ici c'est qu'elle est un danger pour toi et ta famille. Et maintenant qu'elle a vu ton visage, elle pourra te dénoncer au ministère.

ELIZABETH – Elle n'a rien de menaçant, vu son état, elle n'a pas mangé depuis plusieurs jours, vu son odeur elle ne s'est pas lavée depuis des mois ce qui veut donc dire qu'elle est ici depuis un petit moment et donc, qu'elle est faible.

HIPPOLYTE – Si elle est faible, tu peux la tuer toi-même, Azarel serait fier de toi, j'en suis sûre.


Kallié avait horreur qu'Azarel ne l'informe pas quant à la situation des prisonniers. Elle aimait savoir qui menaçait ses troupes, avec qui elle devait se méfier. Mais elle ne devait pas être la seule à ignorer la présence de la jeune femme dans la cellule puisque l'homme qui l'avait jeté dedans avait ouvert la porte sans hésiter. Soit il ignorait sa présence, soit il avait pensé que l'état de la jeune femme s'était détérioré et qu'elle était morte pendant la nuit.

AGNES – Elle a l'air gentille, tu devrais lui parler.

LADY – Ne t'approche pas, elle est sale, mal habillée, mal coiffée, je me demande même si ce n'est pas un jeune homme.

AGNES – Elle est peut-être maman.


Kallié trouvait que la réflexion d'Agnès n'avait aucun intérêt. Pourtant Kallié prit la peine de se retourner et s'approcha de la jeune femme. Maman. C'était pour elle un concept bien étrange. Elle savait que dans une famille, il y avait, une maman, un papa, des frères et sœurs. Mais que faisait la mère dans une famille ? Quel était son rôle ? Pourquoi sa propre mère l'avait abandonné ? Kallié se pencha vers elle sans parvenir à distinguer les yeux de son visage. Elle s'assit face à elle et demanda de façon étrange.

« - Vous êtes qui vous ?»

Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .


Magda Sully
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreadulte
AGE RPG : 29 ans
METIER : Directrice des cerfs, professeure de la terre (actuellement hors fonction)
ACTIVITE : 8
CREDITS : Shiya

Sam 11 Aoû 2018 - 16:07


Visiblement, la visite qui allait lui être rendue n'était pas vraiment volontaire. Elle entendit lorsque la porte s'ouvrit un Darkness aboyer sur une jeune fille qu'il projeta dans la pièce, avant d'en claquer la porte. La jeune fille semblait furieuse, mais pas effrayée le moins du monde. Elle semblait vraiment jeune, de l'âge d'étudier à Eroda. Elle possédait de longs cheveux blonds, et ne semblait pas avoir été "abimée" d'une quelconque façon par le Darkness qui venait de la jeter dans la cellule. Ce n'était donc visiblement pas une nouvelle otage qui venait la rejoindre. Elle était donc arrivée là un peu... Par erreur donc?

Magda tenta de maîtriser sa respiration, et d'analyser la situation. Elle n'avait encore jamais vu cette jeune fille. Mais Magda devait nécessairement se méfier. Elle pouvait être elle aussi une Darkness, qui avait été chargée de s'occuper d'elle. Une sorte de nouvelle recrue qu'on chargeait du sale boulot à la place des autres. Mais sa nouvelle rencontre ne semblait pas encore l'avoir remarquée. Elle était visiblement trop occupée à autre chose, semblant avoir l'esprit encore trop encombré par sa récente dispute, l'empêchant de remarquer sa présence.

Pourtant, Magda eut beau rester la plus immobile possible, elle ne passa pas inaperçu longtemps, même dissimulée dans l'ombre de l'angle de la pièce. Alors que la jeune blonde releva les yeux vers elle, réalisant enfin qu'elle n'était pas seule, Magda se raidit contre le mur, croisant son regard perçant, comme si elle réfléchissait à toute vitesse pour analyser la situation d'un air interrogateur. Visiblement, sa réflexion n'aboutit pas à quelque chose de concluant, puisqu'elle finit par ouvrir la bouche pour demander :

« - Vous êtes qui vous ?»

Magda retint sa respiration un bref instant. C'était la première fois depuis longtemps qu'on s'adressait directement à elle. Enfin, en attendant une réponse. Habituellement, les Darkness se contentaient de la malmener en la menaçant et l'insultant, ils ne lui laissait pas beaucoup l'occasion d'entretenir sa répartie en face. Pourtant, elle ne savait même pas quoi répondre à cet instant. Son interlocutrice pouvait éventuellement utiliser sa réponse contre elle. Et vu qu'elle ne paraissait pas non plus au summum de la bonne humeur, ce n'était peut-être pas une bonne idée de la froisser. Elle avait appris à ne jamais répondre, il fallait à présent qu'elle réapprenne.

Pourtant, le regard de son interlocutrice semblait sincèrement interrogateur. Elle n'était pas venue ici dans un quelconque but de maltraiter un quelconque otage pour le plaisir des yeux. Magda resta immobile, hésitant un instant.

Puis elle s'éclaircit la gorge, et répondit d'une voix faible et rauque n'ayant pas l'habitude d'être solicitée :

« - Magda Sully. Professeur de la Maîtrise de la Terre à Eroda.»

Ses mots lui faisaient mal à entendre. C'était presque à en devenir folle. Personne ne l'avait appelée par son nom depuis des années. Encore moins par son rang de professeur. Mais quitte à ce qu'on lui demande de se présenter, sans que cela semble représenter un réel danger sur le moment, autant le faire honnêtement. De plus, ne connaissant pas encore l'identité ni l'alignement de son interlocutrice, peut-être que le nom lui évoquerait quelque chose, sachant surtout qu'elle semblait être en âge d'étudier à l'académie. Peut-être même qu'elle la connaissait, mais qu'elle ne l'avait tout simplement pas reconnue. Ce n'était pas difficile en même temps. Même en la comparant à une photo, elle devait être à peine reconnaissable.

Maintenant la distance avec la jeune blonde, Magda hésita un court instant avant de renoncer à lui retourner la question. On lui avait donné l'autorisation de répondre, mais pas plus.
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreannée2
Administrateur
AGE RPG : 17 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 252
CREDITS : Art Acide

Sam 11 Aoû 2018 - 16:25


Kallié demeurait immobile. À l'instant même où elle avait aperçu cette jeune femme tapis dans le coin de la pièce, elle comprit qu'entrer ici était une grosse erreur. Mais l'erreur était faite et elle ne pouvait pas revenir en arrière. L'adolescente savait que dans ce genre de situation, elle aurait dû immédiatement avertir son maître et prévenir que l'otage de la cellule avait vu son visage. Si cette jeune femme parvenait à retourner à Orneval, rien ne l'empêcherait de la dénoncer, Kallié serait ensuite interrogée par le ministère, torturée et emprisonnée à son tour. Sa présence mettait donc dangereusement la jeune fille en danger, pourtant, lorsqu'elle posa son regard interrogateur sur celui de la jeune dame, celle-ci se replia sur elle-même avant de débiter une réponse venue d'outre-tombe.

« - Magda Sully. Professeur de la Maîtrise de la Terre à Eroda.»

Elle avait parlé d'une façon étrange, presque robotique, comme si elle-même doutait de son statut. Par ailleurs, sa réponse intriguait Kallié, certes elle avait le souvenir que les cours de maîtrise de la terre étaient assurés par un remplaçant, mais jamais elle ne s'était doutée que le véritable professeur se situait ici, à quelques mètres de sa maison. Elle prit la décision de se méfier davantage, peut-être que la jeune femme se doutait que Kallié étudiait à l'académie et ainsi en annonçant son statut de professeur, elle menaçait l'adolescente de dévoiler son identité. Quoi qu'il en soit, si elle restait vivante et parvenait à retourner dans le château, la vie de Kallié serait mise en danger.

L'adolescente se pencha plus attentivement sur l'état de la jeune femme. Elle était sale, sentait relativement mauvais et n'avait rien d'une grande maîtresse élémentaire. De plus, si elle était vraiment professeure à l'académie, elle aurait sûrement dû trouver le moyen de s'échapper, le ministère aurait forcément envoyé quelqu'un la chercher … Kallié se frotta le menton à l'aide de son index et dévisagea la prénommée Magda. Elle n'avait aucun moyen de savoir si la jeune femme disait vrai, enfin si, en retournant au château, elle pourrait poser des questions, mais encore une fois, c'était le meilleur moyen pour elle d'attirer des soupçons.

« - Prouvez-le. Dîtes-moi qui est le directeur de l'académie. »

Kallié se mordit la lèvre inférieure. Sa question était plus qu'inutile puisque tout le monde à Orneval connaissait l'identité du proviseur. Cependant, l'adolescente se posa une autre question. Elle n'était arrivée à l'académie que depuis cette année, cependant, elle savait parfaitement que John Flynn avait travaillé durant de longues années au Ministère et n'était revenu que depuis 1 an ou 2. Autrement dit, si la jeune femme répondait "Mr Adckamon", cela ne présageait rien de bon. Cela voudrait simplement dire, qu'elle occupait cette pièce depuis bien plus longtemps. L'adolescent s'assit face à la jeune femme, le regard sévère. Elle ne voulait pas passer pour une faible, même si au fond d'elle-même, elle n'avait aucune envie de passer pour une méchante. Elle ignorait pourquoi mais quelque chose la retenait ici, elle aurait voulu sortir de la cellule et crier à tout le monde que la prisonnière connaissait son visage, mais elle ne bougea pas. Elle restait là, immobile face à ce visage dont l'humanité s'envolait peu à peu.

Kallié se frotta la main et tenta de chercher une autre question. Utile cette fois-ci. Avant qu'elle ne puisse juger la jeune femme, elle devait absolument savoir de quel côté elle était. Il faudrait qu'elle prenne connaissance de son alignement, de son âge, de sa capacité à maîtriser la terre … Après tout, si elle était professeure à l'académie, elle devait connaître beaucoup de choses sur la maîtrise élémentaire ! Kallié avait beaucoup trop de questions, elle mourait d'envie d'en savoir plus, mais ce qui était le plus étrange, c'est qu'elle ignorait d’où venait une telle curiosité. Elle avait plusieurs idées de questions pour vérifier son identité, mais elle savait que d'autres darkness avaient sûrement essayé avant elle, que la jeune femme n'avait aucune raison de parler et qu'après tout, elle se disait simplement que Kallié avait été envoyé ici dans un but précis. La faire parler.

« - Je ne vous crois pas. » déclara t-elle d'un ton ferme. « - Ici sont enfermées les personnes dangereuses pour ... » elle hésita. « - Pour les darkness. Des mercenaires, des personnes violentes … Vous n'avez rien d'effrayante, de plus, si quelqu'un avait enfermé un professeur de l'académie, il mettrait toute la faction en danger. Donc vous n'êtes pas professeure. Alors dîtes-moi qui vous êtes réellement. » Elle hésita une seconde fois. « - Ou prouvez-le moi et apprenez-moi à générer des végétaux. »

Kallié ne savait pas vraiment dans quoi elle s'embarquait, mais après tout, si la prisonnière était bien professeure de la maîtrise de la terre, elle devait connaitre beaucoup de choses et pouvait certainement aider Kallié. Et si elle l'aidait, l'adolescente l'aiderait en retour.

Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .


Magda Sully
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreadulte
AGE RPG : 29 ans
METIER : Directrice des cerfs, professeure de la terre (actuellement hors fonction)
ACTIVITE : 8
CREDITS : Shiya

Dim 12 Aoû 2018 - 19:08

Magda fixait le sol sans oser relever les yeux vers son interlocutrice. Elle s’étonnait peu du fait que des Darkness ne connaissaient pas encore son identité, mais plus du fait qu’on la lui demande. Elle n’avait d’ailleurs aucune idée du pourquoi les Darkness la gardaient encore en vie après tout ce temps. S’ils la gardaient pour envisager une tentative de chantage auprès du ministère ou de l’académie, pourquoi attendre aussi longtemps ? Ces questions, qu’elle avait tues après sa captivité plus qu’interminable, étaient remuées à nouveau au plus profond de sa conscience et s’éveillaient peu à peu. Pourtant, elle n’en montrait rien. Elle restait immobile, les yeux rivés sur le sol. Son état aurait pu faire croire à un fantôme, immobile de la sorte dans la pénombre, presque phosphorescente tant sa peau était pâle.

La Darkness s’approcha, comme pour juger de son état. Magda sentait sa présence plus proche, mais ne bougeait pas d’un millimètre. Elle eut un bref sursaut quand la Darkness déclara :

« - Prouvez-le. Dîtes-moi qui est le directeur de l'académie. »

Magda ferma les yeux. Des images lointaines défilèrent derrière ses paupières closes à toute vitesse, comme un vieux rêve diffus. Elle avait presque oublié le visage des gens de l’académie avant son enlèvement. Même celui de Camus. Ses traits n’étaient plus aussi justes, précis et détaillés. Elle ne se souvenait plus de la couleur exacte de ses cheveux. Elle cligna plusieurs fois des yeux, mais ils n’avaient pas pleurés depuis trop longtemps pour que les larmes montent. Dans une expiration douloureuse, elle souffla, de manière presque imperceptible :

« Camus. Camus Adckamon. »

Elle sentit sa gorge se serrer en prononçant son nom. Si elle était restée captive aussi longtemps, toute espérance que quelqu’un la retrouve un jour s’était éteinte. Tout au plus, elle devait être recensée parmi les personnes disparues, mais toute recherche avait du être abandonnée. Elle avait également perdu tout espoir que quelqu’un comme Camus soit encore à sa recherche. Les paroles de la jeune Darkness la blessèrent encore plus :

« - Je ne vous crois pas. » Magda en vint à douter que Camus soit encore directeur de l’académie. « - Ici sont enfermées les personnes dangereuses pour ... » Magda releva la tête à son hésitation, et croisa son regard. « - Pour les darkness. Des mercenaires, des personnes violentes … Vous n'avez rien d'effrayante, de plus, si quelqu'un avait enfermé un professeur de l'académie, il mettrait toute la faction en danger. Donc vous n'êtes pas professeure. Alors dîtes-moi qui vous êtes réellement. »

Magda baissa à nouveau les yeux en secouant lentement la tête en signe de négation. Elle haussa ses épaules osseuses et eut un faible sourire ironique. « Dangereuse ». Pas le moins du monde. En tout cas pas dans son état. Si elle sortait un jour d’ici, peut-être pourrait-elle remettre en question l’identité de certaines personnes au sein de l’académie. Ici, il s’agissait surtout de survivre.

« - Ou prouvez-le moi et apprenez-moi à générer des végétaux. »

Magda releva lentement les yeux vers la jeune femme. Elle ne comprenait plus la volonté de la Darkness. Elle était de toute évidence élève à l’académie. Pourquoi lui demander son aide ? Des centaines de questions lui vinrent à l’esprit en une seconde. Elle décela chez la jeune femme une fragilité qu’elle ne parvenait pas encore à cerner. Une Darkness qui avait du mal à faire ses preuves ? Ou une simple élève en difficultés en cours ? Elle s’attendait à ce que Magda l’aide à obtenir de bonnes notes ? Magda prit une inspiration pour lui répondre, mais fut prise d’une légère toux qu’elle tâcha d’étrangler. Elle se redressa un peu et avant ça d’un pas vers la Darkness, boitant sur sa jambe blessée depuis le début de sa captivité et qui avait cicatrisé plus ou moins bien.

« Mettons que je t’aide. » Magda osait la tutoyer. « Supposons même que j’y arrive. Qu’est-ce que ça m’apporte ? »

C’était une réponse un peu osée, mais Magda jouait cette carte devant l’âge de son interlocutrice. Si elle devait se défouler, Magda pourrait encaisser. Elle s’empressa même d’ajouter, avant que la jeune femme n’ait le temps de saisir pleinement l’affront :

« Soit. Je peux t’aider. Mais pas ici. A cause des protections autour de ma cellule, mes pouvoirs ne se sont plus manifestés depuis plusieurs mois. »

Par là, Magda sous-entendait clairement qu’elle devrait la faire sortir d’ici avant de pouvoir lui être de la moindre aide. Elle ne pouvait que tenter.

« Mais si on te trouve dehors avec moi, notamment des gens de ta… Faction, tu auras de sérieux ennuis. Tu devras me laisser sortir. »

Magda releva la tête et se tint droite face à son interlocutrice, la fixant droit dans les yeux.
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreannée2
Administrateur
AGE RPG : 17 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 252
CREDITS : Art Acide

Dim 12 Aoû 2018 - 23:10

« Camus. Camus Adckamon. »

Lorsque la jeune femme eut prononcé ces mots, le coeur de Kallié se serra. Sa question lui avait semblé si bête qu'elle n'avait pas songé un seul instant à ce qu'elle ferait si la réponse de sa prisonnière était inexacte. Et pourtant, elle l'était. L'adolescente se redressa tout en fronçant les sourcils, perplexe. La jeune femme qui demeurait immobile face à elle semblait dans un si mauvais état que Kallié ne comprenait pas pourquoi elle tenterait de lui mentir. Elle n'y gagnait rien. Pourtant un détail la frappa. Le professeur Adckamon avait libéré son poste depuis quelques années maintenant, si elle disait bien la vérité et qu'elle n'avait absolument rien à cacher, cela voulait donc dire qu'elle avait été professeure des années auparavant. Qu'elle demeurait donc prisonnière depuis des années. Kallié se pencha un instant sur son aînée, la mine désolée. A ses yeux personne ne méritait d'être tenue en captivité si longtemps. Ni même un sang-mêlé.

Lorsque la jeune femme prononça le nom du directeur Kallié sentit dans le timbre de sa voix une profonde tristesse. Elle resta un instant silencieuse, les yeux plongés dans le vide comme si elle tentait de retrouver sa mémoire. Elle semblait si faible, si déboussolée que Kallié accepta rapidement le fait qu'elle dise la vérité. Oui. Peut-être faisait-elle partie de l'ancien corps enseignant. Mais si personne ne se souvenait de son nom, cela voulait surement dire que tout le monde la croyait morte. Lorsque Kallié réclama son aide, le professeur secoua nerveusement la tête avant de la relever. Voyait-elle en elle un espoir de liberté ? Kallié savait qu'elle avait absolument toutes les cartes en main, qu'elle pouvait la manipuler, lui faire croire à une pseudo liberté tout en acquérant de nouvelles connaissances. Elle pourrait la maintenir en captivité pour progresser et dépasser les autres Alphas après tout ... Personne ne semblait être informé de son existence, ni même de sa présence.

« Mettons que je t’aide. Supposons même que j’y arrive. Qu’est-ce que ça m’apporte ? »

Le coeur de Kallié se serra une seconde fois. La femme semblait si faible qu'elle douta un instant de son efficacité dans le domaine de l'enseignement. Même caché sous la boue et la terre, Kallié savait parfaitement que son corps était endommagé, que la jeune femme avait subi de lourds dégâts et qu'elle pouvait être dans l'incapacité à lui donner cours. Qu'elle était sûrement inutile ... Mais Kallié continuait d'espérer. Si elle arrivait à motiver cette jeune femme, à en apprendre plus sur la maîtrise de ses propres pouvoirs, elle pourrait sûrement devenir plus puissante et enfin prouver au reste des mages de la terre qu'elle était capable de maîtriser les végétaux. Si sa prisonnière avait de quoi être motivée, cela serait possible.

« Soit. Je peux t’aider. Mais pas ici. A cause des protections autour de ma cellule, mes pouvoirs ne se sont plus manifestés depuis plusieurs mois. »

Kallié plissa les yeux, perplexe. Elle savait parfaitement que les cellules étaient entourées d'une terre magique qui permettaient de réduire au silence les pouvoirs d'un mage. Si cette femme quittait ces lieux il était certain qu'elle pourrait de nouveau retrouver sa magie ... Kallié savait également que son interlocutrice profiterait de cette ouverture pour retourner à Orneval et chercher de l'aide. Elle retrouverait sa liberté et pourrait la dénoncer. Ou pire, donner l'emplacement exact de la tanière des darkness. L'idée semblait alléchante, elle avait un grand besoin d'apprendre pourtant il y avait des risques. De très lourds risques.

« Mais si on te trouve dehors avec moi, notamment des gens de ta… Faction, tu auras de sérieux ennuis. Tu devras me laisser sortir. »

Elle haussa un sourcil. Il était vrai que Kallié ne pourrait pas faire des allers et retours à la tanière des darkness. Il fallait que son professeur sorte d'ici. La jeune fille plongea les yeux dans ceux de sa prisonnière. Son état semblait si grave qu'elle douta un instant qu'elle puisse survivre une nuit de plus dans l'enceinte de cette cellule. Si Kallié la laissait ici, aux mains des autres darkness, la mort lui serait inévitable. C'en était certain. Si elle l'aidait à prendre la fuite, elle n'avait aucune certitude que la jeune femme l'aiderait en retour. C'était donc un cercle vicieux. La jeune femme l'observa un long moment. Si elle la laissait ici elle serait en partie responsable de sa mort. Elle ne voulait pas l'être. Kallié ne tuait que les sangs-mêlés, aucun mage de sang pur ne devait mourir par sa faute. Elle l'observa une seconde fois, pensant à ses parents qu'elle n'avait jamais connus. Peut-être eux aussi étaient-ils morts dans ces circonstances ... Du moins, l'un des deux puisque l'autre demeurait toujours en vie d'après Azarel.

"- Très bien."

Elle prononça ses mots sans vraiment connaitre leur sens. Allait-elle vraiment la libérer ? Et ainsi compromettre l'avenir des siens ? Avec un peu de chance, la jeune femme n'avait aucune idée de sa position exacte ... Si elle arrivait à lui bander les yeux, elle pourrait facilement l'amener hors des bois et protéger l'avenir des siens. Quoi qu'il en soit, la laisser dans cette cellule ne la mènerait qu'à la mort. La question était donc simple : pourrait-elle le supporter ?

"- Vous mourrez si vous restez ici."

Elle laissa le silence s'installer avant de reprendre.

"- Mais si vous sortez vous pourrez facilement me dénoncer."

Kallié savait qu'elle ne pouvait pas demander à la jeune femme de lui promettre de garder le secret. Elle lui dirait probablement que oui sans pour autant tenir sa parole.

"- J'ai pitié de vous. Et j'ai besoin de vous. Si vous sortez d'ici je pense que vous me serrez redevable. D'un certain sens ... J'accepte de vous laisser sortir parce que vous risquez de mourir ici et que si vous mourrez ... je n'aurais plus personne pour m'aider."

Elle marqua une pause.

"- Je n'ai pas envie d'avoir votre mort sur la conscience. Et je suis sûre que vous ne voulez pas la mienne sur la vôtre. Car oui, si vous me dénoncez, les miens me tueront."

Elle leva la tête, un air de défi dans les yeux.

"- Alors, le marché vous convient ?"
Points ajoutés au sablier.

. . . . . . . . . . . .


Magda Sully
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreadulte
AGE RPG : 29 ans
METIER : Directrice des cerfs, professeure de la terre (actuellement hors fonction)
ACTIVITE : 8
CREDITS : Shiya

Dim 19 Aoû 2018 - 17:00

"- Très bien."

Magda haussa un sourcil, déconcertée. Après le long moment de réflexion que s'était accordé son interlocutrice, elle ne s'attendait certainement pas à être approuvée. Elle devait être vraiment désespérée pour accepter le marché facilement. Mais elle était aussi très jeune. Magda en était persuadée, face à un mage plus mature et âgé, elle aurait certainement payé pour son affront. D'une manière ou d'une autre.

"- Vous mourrez si vous restez ici."

Magda haussa les épaules. Depuis le temps qu'elle attendait ça, elle était toujours en vie, même si pour certains l'inverse semblait plus crédible, vu son état. Elle-même ne savait même pas comment elle avait pu résister jusque là.

"- Mais si vous sortez vous pourrez facilement me dénoncer."

Un léger rire nerveux lui échappa. Elle avait vu venir cette phrase de loin. Elle ne savait pas encore ce qu'elle en ferait. Mais elle avait déjà bien d'autres personnes à dénoncer avant une jeune étudiante désespérée.

"- J'ai pitié de vous. Et j'ai besoin de vous. Si vous sortez d'ici je pense que vous me serrez redevable. D'un certain sens ... J'accepte de vous laisser sortir parce que vous risquez de mourir ici et que si vous mourrez ... je n'aurais plus personne pour m'aider."

"- Je n'ai pas besoin de ta pitié, répondit-elle instantanément.

S'il y avait bien une chose dont elle pouvait se passer, c'était de la pitié d'un Darkness. Comme si elle pouvait croire qu'après tout ce temps, ils pouvaient être doué d'une once de compassion.

"- Je n'ai pas envie d'avoir votre mort sur la conscience. Et je suis sûre que vous ne voulez pas la mienne sur la vôtre. Car oui, si vous me dénoncez, les miens me tueront."

Magda baissa les yeux un instant. Certes, peut-être que cette Darkness pensait ce qu'elle disait, qu'elle aurait vraiment sa mort sur la conscience, mais Magda avait du mal à penser de même de son côté. Mais ce qui la faisait hésiter, c'est qu'une fois qu'elle sera révélée au grand jour comme étant vivante, elle sera à tous moments menacée d'être traquée sans relâche par les Darkness, capturée à nouveau, s'ils ne décident pas de la tuer tout de suite cette fois. Si en plus elle se mettait à dénoncer les Darkness dont elle connaissait l'identité à droite et à gauche, elle pouvait rester dans sa cellule de son propre gré, ce serait moins dangereux.

"- Alors, le marché vous convient ?"

Pour Magda le choix était déjà tout fait. Elle avança d'un pas affirmé vers la jeune Darkness en lui tendant une main osseuse et sale.

"- J'accepte."

Les deux femmes se serrèrent la main. Magda n'avait à présent qu'une hâte : sortir de ce trou à rats. Elle avait beau peser le pour et le contre à toute vitesse dans sa tête, tout la poussait à sortir en priorité de sa cellule. Revoir la lumière du soleil, les arbres, la forêt... Orneval, Eroda, ainsi que des gens qui seront là pour prendre soin d'elle, mais en qui elle ne pourra jamais plus accorder toute sa confiance...
Kallié Hunter
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreannée2
Administrateur
AGE RPG : 17 ans
METIER : Attaquante de l'équipe
ACTIVITE : 252
CREDITS : Art Acide

Mar 28 Aoû 2018 - 17:00

Le professeur ne semblait plus rien attendre de la vie. En temps normal, Kallié ne lui aurait probablement jamais proposé son aide. Mais quelque chose la frappait. En plongeant son regard dans le sien, la jeune fille comprit très rapidement que le professeur Sully attendait la mort. L'accueil qu'elle avait dû avoir en entrant dans le cachots des mages noirs n'avait sûrement pas été des plus chaleureux et ça, Kallié le comprenait. En la détaillant une nouvelle fois, la jeune fille comprit que la prisonnière avait été retenue et torturée depuis bien trop longtemps. Lorsqu'elle prit la décision de la libérée, le visage de son interlocutrice fut surpris. Aucune joie ne fut exprimée. Kallié se doutait que Magda n'avait aucune raison de la croire, peut-être qu'après tout elle n'était pas la première à lui faire cette proposition ... Magda semblait attendre la mort. Son corps n'avait plus rien d'humain.

Kallié n'avait aucune preuve, rien de concrès qui puisse lui prouver que son professeur tiendrait sa langue. Une fois dehors, elle pourrait la dénoncer quand elle le voudrait. Même si elle ignorait encore son identité, une fois à l'académie, elle ne prendrait qu'une fraction de seconde pour tomber sur son dossier ... Alors que faire ? Kallié ne risquait pas la mort, ni même l'emprisonnement et ça elle le savait. Elle demeurait bien trop jeune. Mais les autres mages noirs risquaient beaucoup. Magda avait vu son visage et Kallié était certaine qu'elle connaissait l'identité d'autres de ses complices. Alors que faire ? La jeune fille se pinça la lèvre lorsque son interlocutrice pouffa de rire. *La captivité ne réussit personne ...* Kallié savait que son professeur était restée des années, des mois seule. Les seules visites qu'elle avait reçues ne lui avait probablement rien apporté de bon ...

Kallié découvrait Magda au fur et à mesure qu'elle imposait ses conditions. Alors que le marché était sur le point d'être conclut, Magda refusa la pitié de sa détentrice. Kallié comprit. Pour rien au monde elle ne voudrait être traitée de cette façon par un sang-mêlé. Non. Elle préférait mourir qu'être traitée ainsi. Magda n'était pas de sang impur, elle ne méritait pas de mourir. Pour elle, le choix était déjà fait. Son maître lui avait enseigné que la magie appartenait aux mages de sang pur. Magda n'avait donc rien à faire dans ces cachots. Une fois le marché conclut, Kallié toisa sa prisonnière du regard. Une fois les liens défaits, elle en paierait le prix. "- Très bien, nous sommes d'accord."

Sans comprendre pourquoi ni comment, Kallié se rua sur les chaînes de son professeur. Elle les ôta avec un peu de mal et aida sa prisonnière à se relever. Elle prit soin de vérifier qu'aucun mage noir n'attendait sagement devant les barreaux et aida son professeur à quitter les cachots. Elle la conduisit au milieu des bois et lui indiqua la route à suivre. " - L'hôpital est dans cette direction." Elle soutint son regard. "- Je ne sais pas si vous arriverez à atteindre l'hôpital seule mais je ne peux pas vous accompagnez là-bas. Si quelqu'un me voit avec vous je suis morte." Elle tendit la main pour lui indiquer la route. "- Dirigez-vous là-bas. En sortant des bois je préviendrai un gendarme qu'une femme rode dans les bois. On viendra à votre secours." Kallié voyait que son interlocutrice mourrait d'envie de savourer sa liberté. "- Si je ne suis pas dénoncée. Personne ne pourra vous ramener ici." Sa dernière phrase sonna comme une menace. Même si elle délivrait son professeur pour une raison qui lui était encore inconnue, elle n'avait aucune envie que sa gentillesse lui fasse défaut. Elle s'éloigna de son interlocutrice, le regard noir et s'enfonça dans la forêt. Etait-ce réellement de la gentillesse ? Ou l'opportunité d'avoir la mère qu'elle n'avait jamais eue ?

Points ajoutés au sablier.


. . . . . . . . . . . .


Magda Sully
avatar

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
terreadulte
AGE RPG : 29 ans
METIER : Directrice des cerfs, professeure de la terre (actuellement hors fonction)
ACTIVITE : 8
CREDITS : Shiya

Dim 2 Sep 2018 - 14:17

"- Très bien, nous sommes d'accord."

Ces mots résonneraient longtemps dans la tête de Magda. C'était peut-être les seules paroles qui avaient pu lui faire plaisir dernièrement. Très certainement même. Magda resta complètement immobile quand la jeune élève se jetta sur ses chaînes pour la libérer. Elle sentit leur poids libérer ses chevilles, la laissant sans voix. Elle n'eut même pas le temps de se ressaisir que l'élève l'entraînait déjà dehors le plus vite possible, afin que personne ne les remarque. Elle l'entraina prudemment plus loin dans les bois. La première fois que Magda sortit de la bâtisse, elle protégea ses yeux de sa main. En effet, la lumière du soleil était bien trop forte pour ses yeux habitués à l'obcurité depuis de années. Elle trébuchait sur les racines qui dépassait, elle ne voyait rien, mais elle pouvait déjà sentir les rayons du soleil effleurer sa peau entre les feuilles des arbres, la réchauffant doucement. Quitter l'odeur humide et froide de sa cellule réveilla en elle un besoin urgent d'emplir ses sens de la nature qui l'entourait.

La jeune élève continua pourtant de l'entraîner plus loin dans les bois, jusqu'à ce que la tanière des Darkness ait disparu entre les arbres. Elle finit par s'arrêter et se tourna vers Magda, sans se préoccuper vraiment de son état.

" - L'hôpital est dans cette direction." indiqua-t-elle précipitemment.

"- Je ne sais pas si vous arriverez à atteindre l'hôpital seule mais je ne peux pas vous accompagnez là-bas. Si quelqu'un me voit avec vous je suis morte." expliqua-t-elle.

C'était évident. Magda leva les yeux dans la direction indiquée par la jeune élève. Elle cligna des yeux plusieurs fois. La lumière était toujours aussi forte, et elle était prise de vertiges, l'effort était trop important pour elle. Elle enregistrait les informations en mode automatique, et l'adrénaline commençait à faire effet. Elle réalisait enfin sa situation : elle était libre, elle avait quitté sa cellule, et il fallait à présent que tout aille très vite pour qu'elle puisse s'en sortir définitivement.

"- Dirigez-vous là-bas. En sortant des bois je préviendrai un gendarme qu'une femme rode dans les bois. On viendra à votre secours."

Magda se redressa, ses épaules maigres voûtées par la captivité à présent droites et décidées. Sa main protégeant toujours ses yeux, elle observa la direction indiquée par sa sauveuse : des arbres, de ronces, des rochers et autant d'obstacles à perte de vue. Elle n'avait qu'une direction à suivre, et ça lui suffirait amplement. Tant qu'elle pouvait s'éloigner d'où elle venait le plus possible...

"- Si je ne suis pas dénoncée. Personne ne pourra vous ramener ici."

Magda avait déjà fait quelques pas en avant. Elle tourna brièvement son regard vers la jeune blonde en guise de remerciement. Elle n'avait certainement pas d'énergie pour ça. Son unique objectif était pour l'instant d'avancer, sans s'arrêter, et encore moins se retourner.

Elle s'élança, l'adrénaline l'entraînant à une vitesse qu'elle n'aurait certainement pas pu atteindre dans son état. Ses vêtements se prenaient dans les ronces, et elle griffait ses bras osseux contre les branches basses. Au bout de plusieurs minutes de course, ses mains étaient déjà en sang à cause de l'écorce des tronc contre lesquels elle ne cessait de se rattraper.

Sa course lui sembla durer des heures. Chaque pas était plus lourd que le précédent, et pourtant, elle avait l'impression d'être plus libre à mesure qu'elle avançait. Sa gorge était sèche, mais elle ne s'arrêtait pas pour reprendre son souffle. Lorsque les effets de l'adrénaline commencèrent à s'atténuer, elle sentit les vertiges revenir à la charge, plus forts que jamais, et elle avait l'étrange impression que la forêt devenait plus dense à mesure qu'elle avançait, les obstacles se multipliant devant elle plus que jamais.

Elle finit pourtant par émerger de la forêt, épuisée, peinant à mettre un pied devant l'autre. Elle aperçut plusieurs maisons devant elle, ainsi que quelques ornevalois, qui ne semblèrent pas la remarquer tout de suite. Elle s'avança en titubant. Elle ouvrit la bouche pour appeler à l'aide, mais seul un râle étouffé se fit entendre. Sa vision était atrocement brouillée, et alors qu'elle entendit plusieurs exclamations et vit quelques silhouettes floues s'avancer vers elle, ses jambes cédèrent. Elle ressentit une vive douleur dans les genoux lorsqu'ils heurtèrent le sol, mais elle n'avait plus la force de réagir. Elle s'effondra au sol et roula sur le dos, le regard vers le ciel, avant de perdre connaissance.

FIN DU SUJET.
Félicitations, votre sujet est composé de plus de 7 réponses ce qui vous donne accès aux bonus ! Nous vous invitons de suite à venir réclamer des points pour votre maison dans cette section
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [Finish] Because I love you ... Athens [Caly' & Alecto]
» you here to finish me off, sweetheart ?
» ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)
» Melodie. (FINISH 1oo%)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Extérieur du Château :: La Forêt :: Tanière des Darkness-
Sauter vers: