Bienvenue

Bienvenue à l'Académie Eroda ! Le forum reprend les univers de Harry Potter et Avatar, le dernier maître de l'air.

Liens utiles

Effectifs

Maison de l'air - 7 membres
Maison de l'eau - 6 membres
Maison de terre - 2 membres
Maison du feu - 3 membres
Personnel - 5 membres
Ministère - 2 membres
Ornevalois - 3 membres

Evènement en cours

Alors que la ville reste toujours à l'affût de la prochaine manifestation, de la prochaine attaque des mages noirs, des hurlements de panique se font entendre dans le chemin des ténèbres. Bien que chacun sait qu'il s'agisse d'un lieu peu fréquentable, il est tout de même étrange d'y entendre du bruit à cette heure de la journée. A quelques rues de là, des villageois qui manifestaient toujours devant le ministère décident de s'y rendre pour régler le problème, eux-mêmes. Si vous parvenez à vous y rendre, vous y verrez deux habitants subir l'humiliation de mages noirs. Il semblerait que de nouveaux sangs mêlés soient une fois de plus en danger. Il est temps que quelqu'un réagisse ...

Membres du mois

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Partagez

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions

Eroda Académie :: Académie Eroda :: Le Deuxième Etage :: Le Gymnase
Eiichirō Iwasaki
Eiichirō Iwasaki

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
eauadulte
Nouveau
AGE RPG : 36 ans
ELEMENT : Eau
METIER : Professeur d'arts martiaux
ALIGNEMENT : Erodien
ACTIVITE : 20
CREDITS : @Ilyria

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Empty
Lun 14 Jan 2019 - 22:29
Avant-propos

- Crédit -
Les informations sont trouvés sur certains sites centré sur les arts martiaux, comme wikipédia. Pour ceux où je n'ai rien trouver ou que des pistes pouvant être exploiter, les informations viendrons donc de mon imagination !

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Fthrline
Les changements de niveaux

- Éroda -
Il se font en fin d'année par le biais d'un examen à passer pour s'assurer que l'élève soit opérationnel pour augmenter son niveau dans la discipline. D'ailleurs, les multiples évaluations précédentes comptes pour l'examen, donnant des points bonus, mais ne peuvent pas être un malus. Si le Dai-Shihan juge qu'il a bien tout apprit, alors l'année suivante, il ira dans le niveau au-dessus. Si ce n'est pas le cas, il continue dans ce niveau l'année suivante, mais pas dans tout les cours, juste dans les entraînements et cours qui lui font défaut (cela sera précisé par le Dai-Shihan), cet élève peut (et va à part s'il ne fait vraiment pas d'effort) changer de niveau au cours de cette année-là en validant ce qui lui manquait par le biais d'évaluation. Donc ce qui fait qu'il risque d'être décaler par rapport au niveau supérieur qu'il va rejoindre...

- Dojo -
Comme il y a plus de cours, cela ne tiens donc pas sur une année scolaire basique, le temps est donc plus long pour finir tous les cours d'un niveau, de ce fait poser une date fixe n'est pas vraiment envisageable. Néanmoins tous les ans, une feuille de candidature est installé dans le genkan durant le mois de juin. Les élèves voulant tenter leur chance pour passer au niveau supérieur doivent juste mettre leur identité et leur niveau actuel. Les dates d'examens sont durant le mois de juillet et/ou août, c'est toujours un samedi après-midi. Dans le cas, où c'est un échec, le Dai-Shihan va toujours expliquer où sont les points manquants ou les choses à valider. Ce n'est pas comme à l'école, là, il faut attendre l'année suivante pour retenter sa chance.

- Élève à Éroda + au dojo -
Ce cas est particulier, mais il ne diffère pas tellement des autres. Vous possédez deux niveaux, un pour l'école et un pour le dojo. Pour monter de niveau à l'école, on prends celui de l'école et vice versa. Il est particulier dans le sens où l'élève à Éroda aura un plus non négligeable pour monter ses niveaux puisqu'il a des entraînements d'apprentissages supplémentaires. Il est conseiller de ne pas aller aux cours déjà appris, ou qui sont à apprendre à Éroda, au dojo sauf s'il y a des difficultés dans son apprentissage.

Niveau 4 et après ?

- Éroda -
Il y a pas d'après vraiment possible, vous pouvez participer aux entraînements du niveau 4 même si vous l'avez complété, mais si vous voulez passer les grades ou avoir des cours supplémentaires, il faut se diriger vers les cours du dojo.

- Dojo -
Et bien une fois que le niveau 4 est complété, soit tous les cours fait et que vous avez réussit votre examen final. Vous êtes considérés comme apte à concourir pour les grades si cela vous intéresse. Votre place est toujours dans le niveau 4 pour ce qui est des entraînements régulier. Pour ce qui est des dates, rien n'est fixe, mais ce n'est pas non plus rien comme événement et c'est toute une organisation donc il faut y être préparer surtout que le délais pour retenter sa chance peut varier selon la performance produite donc plus c'est "mauvais" plus le délais sera long.

Sommaire : Aïkido - Apprentissage |
Voir le profil de l'utilisateur
Eiichirō Iwasaki
Eiichirō Iwasaki

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
eauadulte
Nouveau
AGE RPG : 36 ans
ELEMENT : Eau
METIER : Professeur d'arts martiaux
ALIGNEMENT : Erodien
ACTIVITE : 20
CREDITS : @Ilyria

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Empty
Lun 14 Jan 2019 - 23:11
L'aïkido a été fondé par Ueshiba Morihei O sensei, du clan Iwasaki, entre 1925 et 1969. Il a été officiellement reconnu par le gouvernement japonais en 1940 sous le nom d'aikibudo puis sous le nom d'aïkido en 1942. Le nouveau nom a été donné par la "Dai Nippon Butoku Kai" qui est un organisme gouvernemental visant à regrouper les arts martiaux japonais durant la guerre. Ueshiba Morihei  O sensei a créer cette discipline à partir de son expérience en aikijutsu de l'école daito ryu et du kenjutsu. L'aïkido est donc né de la rencontre entre ses techniques de combat et d'une réflexion métaphysique de son fondateur sur le sens de la pratique martiale à l'ère moderne.

La discipline est composé de techniques avec des armes et à mains nues, utilisant la force de l'adversaire ou plus précisément de son agressivité et de sa volonté de nuire. Les techniques ne visent pas à vaincre l'adversaire, mais à rendre en échec sa tentative d'agression. Elle peut être considéré comme la concrétisation du concept de légitime défense : Une réaction proportionnée et immédiate à une agression. L'esprit de l'aïkido est le fait qu'il n'y a pas de combat, car celui-ci se termine au moment même où il commence. De ce fait, allant dans le même sens, il n'existe pas de compétition dans cette discipline.

Il existe un sanctuaire à Iwama qui est dédié aux 42 dieux et déesses protecteurs de l'aïkido nommé Aïki-jinja. La discipline est donc lié à la religion Shinto.

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Fthrline
Traduction
Le terme aïkido est composé de trois kanjis :
合 ai > concorder
気 ki > énergie
道 dō > la voie.

La traduction est "La voie de la concordance des énergies".

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Fthrline
Pratique de l'aïkido
L'aïkido est dispensé au dojo et à Éroda. Le but de cette pratique est de s'améliorer, de progresser (techniquement, physiquement et mentalement) dans la bonne humeur. Les techniques respectent le partenaire. Il faut savoir que cet art demande un haut niveau de pratique pour pouvoir l'utiliser dans des combats réels. Car il ne faut pas oublier que c'est un art martial qui prépare autant physiquement (souplesse, rapidité, musculature), mentalement (rester calme en toutes circonstances) que techniquement (respecter la distance de sécurité, trouver l'ouverture, se placer, gérer plusieurs attaques simultanées) au combat en toute situation.

Les différents rôles
Le rôle de l'attaquant est nommé aite tandis que le défenseur est nommé tori. Bien que les techniques rendent "vainqueur" tori a chaque fois, l'attaquant gagne tout de même en expérience puisqu'il suit correctement la technique à cause du fait d'être projeté ou amené au sol.

L'aite doit rester actif en permanence et toujours garder une attitude d'attaque, comme s'il cherchait une faille pour frapper, bloquer ou retourner la situation. D'ailleurs, il existe des techniques de retournement (kaeshi waza), ce dernier pouvant donc retourner la situation s'il possède une attitude parfaite. L'aïte doit tout faire pour s'échapper de l'action de tori. En étant aite, un pratiquant apprend de façon détourné les sensations de tori.

Attitude
Comme toutes disciplines martiales, l'enseignement se base sur la répétition, l'entraînement tout simplement. Un mouvement ne peut être réussi que si :
- Tori est toujours stable, il doit donc avoir une attitude parfaite.
- Tori gère les ouvertures (possibilités d'attaque) et fermetures (empêcher aite de contre-attaquer), en gérant les distances, les directions et le rythme du mouvement.
- Tori coordonne ses mouvements et les harmonise pour maîtriser aite sans que celui-ci rencontre une opposition qui lui permettrait de se raffermir.
- Aite est toujours en déséquilibre, ce qui implique un travail sur les directions, l'extension des bras et la continuité du mouvement (ki no nagare).

Il faut savoir que cette attitude est considéré comme très importante car elle est indispensable au progrès. Dans un véritable combat, un mouvement ne présentant pas la plus parfaite exactitude est assez inefficace. L'efficacité réside donc dans l'attitude et non dans l'agressivité.

Principe d'Aki
Cette discipline se base sur le principe de la concordance des énergies, appelé Aki. D'un point de vue du combat, cela peut se comprendre par le biais de trois manières :

1 - Unir les énergies de son propre corps par le biais du seika tander dans le but d'agir, de coordonner les bras et les jambes, on s'attache à mouvoir les deux ensemble - à l'image du sabre - en maintenant une certaine extension des bras, afin de mieux transmettre le mouvement au partenaire grâce à un effet de levier et de maintenir une distance de sécurité soit le maai.

2 - Unir les énergies des deux partenaires. Tori ne doit pas s'opposer à aite, mais va plutôt accompagner son mouvement, s'accorder à son rythme - autre sens de maai -, alors qu'aite s'attend de prime abord à une résistance. Il rencontre donc le vide et même une aide pour poursuivre son mouvement, ce qui provoque sa chute. C'est un peu comme une porte qui s'ouvre au moment où on essaie de l'enfoncer. Tori s'oppose à aite, ce qui le renforce sur ses positions, il le stabilise, alors que s'il l'accompagne dans son mouvement, il maintient le déséquilibre.

3 - Agir comme un juste milieu entre un état de violence et un état où la violence n'est plus, soit, on laisse la violence se déployer où elle ne peut faire de mal. La personne qui agit de cette façon, tori, peut être comparer à un "passeur d'orages", il n'empêche pas les orages de tomber, mais il les diriges de manière à ce qu'ils ne fassent pas de dégâts. Tori ne cherche pas à dominer aite, mais plutôt à débloquer là où il y a fixation (sur une émotion, sur la violence ou l'attaque comme telle...). Après le déblocage, tori ne conduit pas consciemment la violence, mais la laisse plutôt couler vers un endroit où elle ne peut pas faire de mal.

Kotodama, les sons
La pratique de l'aïkido ne fait aucun bruit tout simplement parce que le principe d'accorder un son en même temps que la technique demande beaucoup d'expertise. Ainsi seul les Shihan et donc Dai-Shihan peuvent y parvenir.

Étiquette
En aïkido, l'étiquette vise à garantir l'intégrité physique, soit d'éviter les blessures, mais aussi mentale, soit d'éviter les situations de domination, des pratiquants, tout en gardant à l'esprit que l'on est en situation de combat.

Tenue
Les élèves des niveaux 1 et 2, dojo et éroda confondu, doivent porter un keikogi. C'est un vêtement d'entraînement ressemblant au kimono dans sa forme, mais pas dans sa composition. Il est composé d'une veste fermée par un obi et d'un pantalon, le tout en coton blanc. Il faut savoir que l'on ne met rien en dessous (de la chemise) et l'agente féminine est priée de porter des brassières pour protéger son intimité dans les cas où la veste décide de s'ouvrir par accident (il vaut mieux prévenir que guérir). Le nouage du obi est expliqué au premier cours de l'année, ensuite veuillez privilégié l'entraide entre vous ! Quand il est bien noué, la veste arrive à ras le cou, donc l'individu, qu'importe son genre, sera protégé d'une nudité non voulu. Les manches de la veste doivent libérer les poignets pour favoriser les saisies.

Les élèves des niveaux 3 et 4, dojo et éroda confondu, doivent porter en plus du keikogi un hakama. Ce dernier est un pantalon large plissé et qui est muni d'un dosseret rigide. Il est a porter par-dessus le pantalon du keikogi et il doit être de couleur noir ainsi qu'en polyester. On doit pouvoir voir les pieds, mais pas les chevilles.

Il est demandé aux élèves d'Éroda d'avoir leur prénom et nom d'inscrit sur la veste du keikogi devant et derrière, ceci étant plus simple pour les évaluations et examens pour ne pas se tromper d'identité de tel ou tel élève. Il est bon de noté que l'écriture de devant doit être en écriture japonaise et que l'écriture de derrière doit être de façon romanisé. Pour le dojo, c'est au choix, mais fortement conseillé lors de l'examen du passage de niveau.

Au dojo, l'aïkido se fait sur les tatami tandis qu'à éroda c'est sur un grand tapis. Il est rappeler que les chaussures/chaussons/sandales, sont à enlever avant de rentrer dans la partie d'entraînement, soit du tatami ou du tapis. La pointe des chaussures doit pointer vers l'extérieur pour favoriser les départs.

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Fthrline
Kamae, la garde
La position hanmi est celle de la base de garde en Aïkido. Dans cette position, les hanches sont naturellement placé de trois quart à cause du placement des pieds. L'ordre des pieds, varie d'un individu à l'autre, en fonction d'être gaucher ou droitier. Ainsi le pied avant est gauche pour les droitiers et droit pour les gauchers. Celui-ci doit être dans l'alignement de la jambe tandis que le pied arrière doit être ouvert avec un angle d'environ 50° par rapport à l'axe du pied avant. Le poids du corps est réparti sur la plante des deux pieds, les talons très légers. Cette position à pour objectif d'obtenir une bonne mobilité dans toutes les directions.

Il y a aussi la position hitoemi. Cette dernière consiste à se tenir debout en ayant la pointe des orteils sur une même ligne droite. Dans cette position, on présente totalement le côté du corps au partenaire.

Il n'y a pas de position particulière pour les mains dans cette discipline. Le but est pour éviter de les mettre en avant, et donc de les exposer à une éventuelle arme caché de l'adversaire comme un couteau dans la manche. L'absence de garde est désigné par l'expression shizen tai.

- Le regard -
Dans une garde, il faut regarder droit devant soit, mais de sorte à englober le (ou les) partenaire(s). Il ne faut pas se contenter de fixer un endroit en particulier et surtout par l'arme si l'adversaire est armé. Car si on fixe de la sorte, on fixerait également le corps et l'esprit ce qui n'est pas envisageable.

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Fthrline
Composantes d'un mouvement
Les mouvements viennent de l'attaque d'un des partenaires qui est déclenchée de sa propre initiative par ce dit partenaire (aite) ou demander par le pratiquant qui va appliquer la technique (tori). L'attaque peut être composé d'un coup, d'une saisie ou d'une combinaison des deux. Les coups et les saisies visent généralement la partie supérieure du corps.

Une technique peut être divisé en plusieurs parties :
- L'absorption : c'est le moment où l'énergie de l'attaque de aite se libère, donc que l'attaque arrive. Tori bouge de sa place dans le but de modifier la cible de l'attaque ou de la trajectoire de l'attaque. Cette phase prouve que tori devient maître de l'attaque de aite au lieu de la subir.
- L'entrée :  Tori décide d'esquive par un pivot, avançant sur le côté ou autre. Il y a beaucoup de possibilité. Il peut ensuite attaquer pour obliger l'aite à une réaction de défense et donc d'exploiter cette dernière par la suite.
- Le déséquilibre : Par ses déplacements et mouvements tori dirige, entretient et amplifie le déséquilibre en utilisant l'énergie cinétique et la force de celui-ci.
- Immobilisation ou projection : L'immobilisation s'obtient à l'aide d'une clef tandis que la projection s'obtient à l'aide de différents contrôles au niveau du corps d'aite privant ou dissuadant ce dernier de toute autre issue que la chute au sol.

Combinaisons de mouvement
Il existe beaucoup de combinaisons, plus de quelques milliers. Tous les apprendre seraient une perte de temps. Il ne faut rester encré sur l'apprentissage divulguer, il faut savoir faire preuve d'inventivité, car rien ne vous entrave pour ce qui est de la création de technique. Que cela soit au dojo ou à Éroda, l'apprentissage donner se concentre sur les techniques les plus courantes.

La plupart des techniques possèdent deux variantes. Les techniques exécutées en entrant face à l'adversaire (omote) et les techniques exécutées en entrant derrière l'adversaire en tournant (ura). Les possibilités deviennent donc différentes selon l'attaque du partenaire. Le risque est donc augmenter pour les techniques omote. Leurs réussites requièrent souvent de porter un atemi pour déséquilibrer l'adversaire, le surprendre ou encore le forcer à réagir.

Le principal moteur des techniques que cela soit un omote ou un ura, c'est le mouvement des hanches de tori. C'est en effet à ce niveau que le centre de gravité d'une personne se trouve quand cette dernière est dans une position stable. Le reste du corps de tori, les bras et le torse, sert à relier les hanches d'aite à celles de tori pour ainsi lui transmettre le mouvement et provoquer une chute. Symboliquement, on nomme cet endroit "centre des énergies" (seika tanden).

Les techniques peuvent utiliser, entre autres :
- Uniquement le principe irimi : Tori doit se rapprocher d'aite, esquivant l'attaque (celle-ci passe "derrière" tori) et le déséquilibrer.
- Uniquement le principe tenkan : Le corps s'efface, laissant passer l'attaque. Tori guide ensuite aite dans une trajectoire circulaire dont tori est le centre.
- Une combinaison irimi-tenkan : Tori entre et pivote.
- Une combinaison tenkan-irimi : Tori pivote et entre pour prendre le centre de aite.

Les attaques
- Coup (atemi) -
Shomen uchi > Frappe verticale du sommet de la tête avec le tranchant de la main.
Yokomen uchi > Frappe de biais sur la tempe avec le tranchant de la main.
Sokumen uchi > Comme la précédente mais croisée; cette attaque est impressionnante mais en fait moins difficile à contrôler que les deux précédentes.
Chūdan tsuki > Coup de poing direct à l'abdomen.
Jodan tsuki > Coup de poing direct à la trachée.
Mae geri > Coup de pied frontal à l'abdomen.
Mawashi geri > Coup de pied circulaire.

- Saisies (dori) -
Katate dori > Saisie d'un poignet avec une main. Il peut s'agir d'une saisie du poignet vis-à-vis, ou d'une saisie croisée. Dans ce dernier cas on commence de préférence en plaçant le dos des poignets l'un contre l'autre, croisés, puis aite saisit le poignet de tori. Ceci est directement issu de la garde au sabre.
Ryote dori > Saisie des deux poignets. Cette symétrie n'existe pas au niveau des pieds évidemment sinon il y aurait perte d'équilibre d'où des conséquences variables, telle ou telle technique.
Katate ryote dori ou morote dori > Saisie d'un poignet avec les deux mains. Cette attaque commence comme ai hanmi katate dori mais la saisie simple est renforcée par l'arrivée de la deuxième main (d'où la seconde saisie) et l'avancée de la jambe correspondante. Aite se trouve ainsi à l'extérieur de tori. Aite ayant une saisie très forte, il oblige tori à commencer avec le bras saisi dans l'axe de son corps.
Kata dori > Saisie de l'épaule du keikogi à l'aide d'une seule main. La saisie doit être ferme, dans l'idée de pousser tori (pour le déstabiliser) ou de le tirer - pour lui porter un coup.
Ryo kata dori > Saisie de face du keikogi au niveau des deux épaules. C'est une des attaques pour le randori.
Sode dori > Saisie de la manche de tori au niveau du coude. La distance et la mobilité du bras saisi sont intermédiaires entre Katate dori et kata dori.
Muna dori > Saisie de la doublure du keikogi à une main ou à deux mains.
Kata dori men uchi > Aite saisit d'une main l'épaule du keikogi de tori et de l'autre tente de le frapper au sommet de la tête.

- Attaque par l'arrière (ushiro waza) -
Ushiro katate dori > Aite saisit les deux poignets de tori en passant derrière lui. Un peu déroutante en apparence, cette attaque se comprend comme une réaction à un contre de tori : sur une saisie ai hanmi Katate dori, tori se décale sur le côté et sur l'arrière, exposant le flanc de aite. Celui-ci réagit en accélérant sa course et en passant derrière tori. Il lui faut alors saisir le deuxième poignet de tori afin de prévenir un coup de coude. En position finale, aite doit être le plus près possible de tori, et tenir ses deux poignets vers le bas ; dans une position stable (attention à la possibilité d'un coup de tête en arrière de tori).
Ushiro hiji dori > Saisie par l'arrière des coudes (attention, des coudes, pas des manches) de tori. L'idée est la même que pour ushiro Katate dori.
Ushiro ryo kata dori > Saisie du keikogi au niveau des deux épaules en passant par l'arrière.
Katate kubi shime > Même départ que pour ushiro Katate dori, mais la deuxième main va saisir le revers du keikogi de tori en passant autour du cou pour réaliser un étranglement.
Eri dori > Saisie du col par l'arrière. Commence comme ushiro katate dori, la main glissant le long du bras. Le col est ensuite saisie indifféremment avec l'une ou l'autre des deux mains. De ce fait tori ne sait pas avec quelle main il est saisi.

Les principes fondamentaux
Les cinq principes fondamentaux sont les principes qui sous-tendent nombre de technique en aïkido et qui sont déclinés selon la posture et l'attaque.

Les noms des techniques sont composés de cette façon : Position + Attaque + Principe + Principe fondamentaux + Forme.

Les partenaires sont tout les deux debout, c'est tachi waza. Les partenaires sont tout les deux assis ou a genoux, c'est suwari waza. L'aite est debout et tori est assis, c'est ai hanmi handachi waza. Il est bon de noter qu'on ne prends pas le mot "waza" et "handachi" car ils sont considéré comme encombrant pour les noms.

Ikkyo > Clef de bras ou levier articulaire permettant d'amener aite au sol en contrôlant le poignet et en faisant faire un arc de cercle au coude en direction de la tête.
Nikyo > Triple torsion du poignet de aite.
Sankyo > Torsion du poignet d'aite en hyper-pronation.
Yonkyo > Repose sur le contrôle du poignet de aite, couplé à une pression forte avec le pouce sur son nerf radial.
Gokyo > Utilise une compression de l'avant bras bloqué par la main retournée, paume vers le haut. La prise se termine par une clé articulaire au sol.

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Fthrline
Déroulement des cours
La première partie du cours est centré sur l'attaque. Le Dai-Shihan prends un élève pour modèle devant les autres, il montre l'attaque. Les élèves doivent ensuite s'entraîner dans le vide ou avec des mannequins d'entraînement. Dans le cas où l'attaque est déjà apprise, une petite séance d'entraînement est tout de même de mise. La seconde partie du cours est centré sur la défense. Le Dai-Shihan prends à nouveau un élève et ce dernier doit l'attaquer, le Dai-Shihan montre la défense à avoir.

Durant les cours, que cela soit à Éroda ou au Dojo, la non-violence fait partie intégrante de la discipline, ce qui veut dire que les coups ne sont pas portés, mais seulement mimé. Ce qui n'empêche pas d'être une méthode d'apprentissage compétente. Attention, ce n'est pas a prendre à la rigolade, même si cela peut paraître étrange de "faire semblant de se frapper". Le fait que les entraînements se font d'une façon non-violente est pour la bonne raison que l'aïkido est classer à la fois comme "martial" et "non-violent", donc faire preuve de violence durant l'apprentissage est très contre-productif.

Les mouvements sont montrés avec une grande amplitude pour permettre un apprentissage d'une meilleure vision pour les élèves. Évidemment, en véritable combat les actions sont bien plus courts puisqu'ils sont ainsi plus efficaces, économisant de la rapidité et de l'énergie. Les mouvements des niveaux 1 et 2 (dojo et éroda) sont d'une grande amplitude, tandis que les mouvements des niveaux 3 et 4 (dojo et éroda) sont plus proche de la réalité néanmoins il faut être de niveau 4 depuis pas mal de temps (on parle d'année) pour pouvoir obtenir une amplitude concordant à celle d'un véritable combat. Cette vitesse est d'ailleurs demandé pour passer un grade.

Exercice encadré > L'attaquant attaque le défenseur quatre fois, soit deux à gauche et deux à droite de façon alternatif. Ensuite les partenaires échangent leur rôle et cela recommence. Les attaques et défenses doivent être uniquement celle vu du cours actuel. Le nombre de roulement peut varier, le Dai-Shihan précise combien de fois il faut le faire, il ne faut pas en faire plus ou moins, généralement cela tourne autour de deux ou quatre répétitions avec le même partenaire.

Exercice libre > Seulement donné si le groupe a déjà vu au moins deux techniques. Il n'y a de roulement de rôle, l'aite se relève après chaque mouvement et attaque de nouveau tori. Les techniques sont donc mélanger. Les rôles sont inversés quand le Dai-Shihan en fait le signalement. Cette exercice est généralement utiliser pour les groupes de plus de deux partenaires.

Le travail à genoux (Suwariwaza) > C'est considéré comme une façon de faire difficile (dans le sens où ce n'est pas agréable) par les non japonais après tout ces derniers ont l'habitude d'être assis sur leur genoux à même le sol donc forcément les japonais n'éprouve pas de difficulté à garder ce genre de position durant des heures. Cela permet de renforcer naturellement la souplesse et la force des jambes, de travailler le mouvement, d'expérimenter des rapports de taille et de force différentes de ceux rencontrés debout, de s'obliger à garder le haut du corps à la verticale, d'obliger le travail avec les hanches plutôt qu'avec les jambes, de travailler le rapport de distance tori/aite avec plus de précision.
Voir le profil de l'utilisateur
Eiichirō Iwasaki
Eiichirō Iwasaki

Autres informations
Capacités en combat:
Equipements magiques:
Armes en possession:
eauadulte
Nouveau
AGE RPG : 36 ans
ELEMENT : Eau
METIER : Professeur d'arts martiaux
ALIGNEMENT : Erodien
ACTIVITE : 20
CREDITS : @Ilyria

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Empty
Mer 16 Jan 2019 - 13:42
Les paliers d'apprentissage

- Niveau 1 -
Éroda :
 

Dojo :
 

- Niveau 2 -
Éroda :
 

Dojo :
 

- Niveau 3 -
Éroda :
 

Dojo :
 

- Niveau 4 -
Éroda :
 

Dojo :
 

Horaire à l'académie:
 

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

ANNEXE - Les arts martiaux descriptions Empty
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]FT Kansas auf Elsass
» Mazato, ou le maître des "ténèbres" [Terminé]
» présentation de alzir
» Arts Martiaux et Rokushiki
» Mundis Art ~ [Completed]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eroda Académie :: Académie Eroda :: Le Deuxième Etage :: Le Gymnase-
Sauter vers: